Navigation – Plan du site

Le Carnaval de Schignano : un dernier salut aux émigrants

Alberto Campi et Cristina Del Biaggio
Traduction(s) :
Il Carnevale di Schignano: un ultimo saluto agli emigranti

Texte intégral

La valise de l’émigrantAfficher l’image
Crédits : Alberto Campi (2007)
  • 1  Expression dialectale, tirée de la chanson « El carnevaal de Schignán » de Davide Van De Sfroos, a (...)

1Pour arriver à Schignano, il faut passer par una cürva al giazz e una cürva al suu [Un virage dans la glace et un virage au soleil]1, comme disent les mots en dialecte d’une récente chanson écrite par Davide Van De Sfroos, compositeur-interprète de la région. C’est dans ce petit hameau de la Vallée d’Intelvi, au-dessus du Lac de Côme, que, tous les ans, le carnaval anime le village. Une fête populaire spontanée, sans règles écrites, ni lois, qui survit grâce aux habitants qui l’animent, aux artisans qui sculptent les masques en bois caractéristiques de ce carnaval, aux musiciens de la Fughéta, la bande qui accompagne les masques, et aux femmes qui préparent méticuleusement les habits de la pantomime.

2Il y a trois figures principales dans cette fête, qui peut être qualifiée de spectacle de rue, vues la spontanéité et l’interaction avec le public : le Bèl, le beau, homme riche et opulent, celui qui a fait fortune en émigrant ; le Brüt, le laid et malheureux ; et une figure féminine, la Ciocia, qui se plaint, dans une perpétuelle litanie, de sa condition d’esclave du Bèl, qui la tient en laisse. Pendant toute la période de fête, qui commence en décembre et se termine le mardi gras, en se promenant dans le village de Schignano, on peut se faire surprendre, surtout la nuit, par les protagonistes masqués du carnaval. Les personnages carnavalesques rivalisent, tacitement, afin de pouvoir montrer l’habit et le masque les plus beaux, qui seront également montrés lors du défilé du mardi gras.

  • 2  Expression dialectale, tirée de la chanson « E semm partii… » de Davide Van De Sfroos, album …e se (...)

3Le spectacle est pensé comme une dernière salutation aux hommes qui se préparent à partir. Le carnaval prend son origine dans l’histoire, commune à tant de villages de la région, où les hommes émigraient pendant neuf mois par année. Les hommes quittaient ainsi leur famille et leur village avec une valise dans laquelle gh'è deent nagòtt [il n’y a rien dedans]2, mais ils espèraient bien, un jour, rentrer au pays avec une valise remplie. Ainsi, la fin du carnaval décrète le départ des hommes et la solitude des femmes.

  • 3  www.albertocampiphoto.com/index.php?page=photos&id=4
  • 4  Chanson traditionnelle.
  • 5  Chanson traditionnelle.
  • 6  Expression dialectale, tirée de la chanson « E semm partii… » de Davide Van De Sfroos, album …e se (...)

4Ce spectacle, immortalisé par Alberto Campi dans un reportage photographique3, rappelle ce passé, pas si lointain, de pauvreté et d’émigration qui caractérisait les Alpes. En Italie, aujourd’hui encore, des chansons traditionnelles et des notes écrites par des musiciens contemporains rendent hommage à ceux, nombreux, qui sont partis, en traversant l’Océan à la recherche de travail. Les chansons disent la tristesse de ceux qui restent: Figlio senza domani, con questo sguardo di animale in fuga e queste lacrime sul bagnasciuga che non ne vogliono sapere [Fils sans avenir, avec ce regard d’animal en fuite et ces larmes, sur le rivage, qui ne veulent pas savoir]4. Elles disent aussi l’espoir de ceux qui partent: Io parto per l'America, sposo un'americana, addio bell'italiana, non ti marito più! [Je pars pour l’Amérique, je me marie avec une américaine, adieu, belle italienne, je ne te marie plus]5. Un espoir qui se transforme en doute, au moment du départ : E sèmm partii e sèmm partii, cume tocc de vedru de un büceer a tocc, una vita növa quand finìss el maar, mentre quèla végia la te pica i spàll [Et nous sommes partis, nous sommes partis, comme des morceaux d’un verre brisé, une nouvelle vie, quand la mer sera traversée, tandis que la vieille vie te tape sur les épaules]6.

5La valise de l’émigrant, dans le carnaval, est le symbole métonymique par excellence de la fête elle-même. Elle représente l’espoir et le désarroi de tout départ vers un pays inconnu et un destin incertain.

Haut de page

Notes

1  Expression dialectale, tirée de la chanson « El carnevaal de Schignán » de Davide Van De Sfroos, album Yanez, 2011.

2  Expression dialectale, tirée de la chanson « E semm partii… » de Davide Van De Sfroos, album …e semm partii, 2003.

3  www.albertocampiphoto.com/index.php?page=photos&id=4

4  Chanson traditionnelle.

5  Chanson traditionnelle.

6  Expression dialectale, tirée de la chanson « E semm partii… » de Davide Van De Sfroos, album …e semm partii, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alberto Campi et Cristina Del Biaggio, « Le Carnaval de Schignano : un dernier salut aux émigrants », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rga.revues.org/1401

Haut de page

Auteurs

Alberto Campi

photographe

Articles du même auteur

Cristina Del Biaggio

géographe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités