Navigation – Plan du site

Plus haut « sommet » de la moitié sud de l’atoll de Tarawa à Kiribati

Altitude, changement climatique et réalités du quotidien
JC Gaillard

Texte intégral

1L’altitude, ou l’absence d’élévation, constitue un puissant argument politique et médiatique dans le contexte contemporain du changement climatique. Cette photo prise à South Tarawa, Kiribati, est une parfaite illustration du discours tenu par certains gouvernements des pays les moins élevés au monde pour attirer l’attention sur leur territoire.

2Ainsi, les médias internationaux ont récemment fait leurs titres de l’initiative du gouvernement de Kiribati, et notamment de son charismatique président, d’acheter des terres aux Fiji dans l’optique d’un relogement progressif des habitants de ce chapelet d’atolls du Pacifique menacés par la montée des eaux océaniques. Cette mesure s’inscrit dans la droite ligne d’une série de projets de protection de l’archipel financés à coups de millions de dollars américains par la Banque mondiale et autres acteurs internationaux du développement.

3Si ces actions très médiatisées ont permis à beaucoup de localiser Kiribati sur un planisphère, elles se révèlent éloignées des préoccupations quotidiennes des habitants. Les locaux semblent en effet davantage préoccupés par leurs besoins alimentaires et sanitaires, le paiement des impôts et autres droits de scolarité de leurs enfants, que par la faible altitude de leur atoll et la montée des eaux océaniques à un horizon multi-décennal (Zuñiga, 2007 ; Watters, 2008). De nombreuses études ont d’ailleurs montré qu’anticiper et planifier étaient des concepts étrangers à la culture i-kiribati où les moyens de subsistance favorisent le court terme (Lundsgaarde, 1967 ; Thomas, 2002 ; Watters, 2008). Malgré tout, au cours des deux derniers millénaires, les communautés locales ont fait face avec succès à de multiples challenges environnementaux et sociaux tels de sévères sécheresses, des famines, des épidémies et des changements dans le climat (Lundsgaarde, 1966 ; Nunn, 2007).

4De manière similaire, les institutions du pays sont mal à l’aise avec le besoin de planifier leurs actions sur le long terme tel qu’initialement imposé par le gouvernement colonial britannique puis repris par les agences internationales de développement (Thomas and Tonganibeia, 2007 ; Watters, 2008). La plupart des plans de développement et ceux dessinés pour faire face aux changements climatiques par les autorités gouvernementales ne sont pas adoptés par les conseils insulaires chargé de l’administration des différents atolls, même dans le cas de ceux dont l’altitude ne dépasse pas quelques mètres. Là aussi, le modèle occidental de développement s’oppose au système traditionnel de gouvernance qui s’appuie sur la résolution au coup par coup des problèmes du quotidien lors de réunions tenues au sein des maisons communautaires, baptisées maneaba (Maude, 1980 ; Tabokai, 1993).

5Le décalage entre le discours gouvernemental et le discours international autour de la faible altitude des atolls de Kiribati dans le contexte du changement climatique et les priorités quotidiennes des communautés et institutions locales est évident. Les projets de l’État et des agences internationales de développement ont, de ce fait, peu d’impact au niveau local, notamment au-delà de l’atoll capital de Tarawa. Malgré tout, les bailleurs de fond du développement insistent pour imposer un changement dans les comportements en s’appuyant sur des campagnes d’information sur l’impact potentiel du changement climatique et de la montée des eaux océaniques (Menzies, 2009 ; The World Bank, 2010). Un tel acharnement est préoccupant car il reproduit un schéma de pensée et d’action qui a depuis longtemps montré ses limites au sein des champs plus larges de la réduction des risques de catastrophe et du développement.

6Bien évidemment, mettre en avant les réalités du quotidien ne signifie pas éluder les contraintes à plus long terme qu’impose le changement climatique pour les pays les moins élevés au monde, notamment car les habitants de Kiribati en perçoivent déjà certains effets dans leur environnement immédiat. Il s’agit plutôt de repenser ce dernier dans son contexte local. Quoi qu’il en soit, un renforcement des moyens de subsistance et du quotidien des habitants de Kiribati réduira leur vulnérabilité et consolidera, à long terme, leur capacité à faire face aux impacts du changement climatique. Ceci quelle que soit l’altitude de l’atoll ou du pays.

Haut de page

Bibliographie

Lundsgaarde H.P., 1966. – Cultural adaptations in the Gilbert Islands, Department of Anthropology – University of Oregon, Eugene.

Lundsgaarde H.P., 1967. – Social changes in the Southern Gilbert Islands, 1938-1964, Department of Anthropology – University of Oregon, Eugene.

Maude H.E., 1980. – The Gilbertese maneaba, University of the South Pacific, Suva.

Menzies S., 2009. – Proposed behaviour change campaign in support of KAP-11 – Inception report, Kiribati Adaptation Project, Tarawa.

Nunn P., 2007. – Climate, environment and society in the Pacific during the last millennium, Developments in Earth and Environmental Sciences series 6, Elsevier, Netherlands.

Tabokai N., 1993. – The maneaba system. In H. Van Trease (ed.) Atoll politics : the Republic of Kiribati. Macmillan Brown Centre for Pacific Studies – University of Canterbury / Institute of Pacific Studies – University of the South Pacific, Christchurch / Suva, pp. 23-29.

The World Bank, 2010. – Reducing the risk of disasters and climate variability in the Pacific Islands : Republic of Kiribati country assessment, The World Bank, Washington.

Thomas F.R., 2002. – « Self-reliance in Kiribati : contrasting views of agricultural and fisheries production ». The Geographical Journal, Vol. 168, no2, pp. 163-177.

Thomas F.R. and Tonganibeia, K., 2007. – Pacific island rural development : challenges and prospects in Kiribati. In J. Connell and E. Waddell (eds.) Environment, development and change in rural Asia-Pacific : between local and global, Routledge, Londres, pp. 38-55.

Watters R., 2008. – Journeys towards progress : essays of a geographer on development and change in Oceania, Victoria University Press, Wellington.

Zuñiga M.L., 2007. – Priorities of the people : hardship in Kiribati, Asian Development Bank, Manille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

JC Gaillard, « Plus haut « sommet » de la moitié sud de l’atoll de Tarawa à Kiribati », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rga.revues.org/1736

Haut de page

Auteur

JC Gaillard

School of Environment, The University of Auckland, Nouvelle-Zélande

Articles du même auteur

  • Préface [Texte intégral]
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 100-1 | 2012
  • Foreword [Texte intégral]
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 100-1 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités