Navigation – Plan du site

Co-construction des capacités et des ressources territoriales dans les territoires touristiques de montagne

Étude de cas sur l’Oisans
Jean-Christophe Dissart
Traduction(s) :
Building capabilities and territorial resources in mountain tourist areas

Résumés

Le tourisme de masse des stations de haute montagne s’inscrit dans un contexte en pleine évolution : changement climatique, crise économique, concurrence et évolution de la demande. Dans ce cadre, les projets touristiques se multiplient, mobilisant des acteurs, des ressources, avec pour pivot la référence à la montagne. Cependant, ce mécanisme n’est pas évident, et il semble central de s’interroger sur les conditions de renouvellement de l’offre touristique au sein des territoires de montagne. En d’autres termes, la question posée est celle du passage d’un tourisme de masse à un tourisme plus spécifique. Nous faisons l’hypothèse que par l’exploitation des ressources génériques du territoire, le tourisme crée des « capacités territoriales » qui sont ensuite mobilisées pour construire et valoriser des ressources territoriales. Le tourisme s’appuie sur ces dernières pour se renouveler. Ce « cercle vertueux » du tourisme sera analysé plus particulièrement sur le territoire de l’Oisans, dans les Alpes. Nous montrons d’abord de quelle manière le tourisme a modifié ce territoire en créant les conditions d’émergence des capacités territoriales. Ensuite, nous expliquerons comment ces capacités permettent de renouveler l’offre touristique. Les résultats montrent que les capacités constituent des ressources humaines et sociales au service du territoire et plus particulièrement du développement des projets touristiques de montagne.

Haut de page

Texte intégral

Cet article a bénéficié du travail de terrain réalisé par France Loubet. L’auteur remercie également la Région Rhône-Alpes pour son soutien financier ainsi que l’ensemble des acteurs interrogés dans le cadre de cette recherche.

1Au-delà de l’attrait des sports d’hiver, la référence à la montagne occupe une place centrale dans le développement touristique des stations. L’imaginaire lié à la montagne est large, et englobe à la fois le patrimoine naturel, culturel, historique ou encore culinaire. Le slogan « la montagne, ça vous gagne », issu d’une campagne mise en place par le ministère du tourisme et les professionnels associés de la montagne en 1990, est resté dans les mémoires. La façon dont les projets touristiques exploitent cette référence à la montagne est hétéroclite. De l’image des « petits chalets de montagne » à celles exploitant la neige et le sport, l’étendue des formes de communication est vaste. En parallèle, le tourisme, perçu comme un véritable outil d’aménagement du territoire, a connu d’importantes mutations dans les montagnes françaises. L’évolution de la demande touristique, mais également la problématique du changement climatique (Richard et al., 2010) ont conduit à repenser les projets touristiques.

2Dans ce contexte, le territoire de l’Oisans, dans les Alpes, constitue un terrain de recherche particulièrement riche. En effet, l’exploitation du territoire a longtemps été « générique ». Le recours aux ressources territoriales n’a pas été nécessaire pour attirer les skieurs, particulièrement dans les deux stations internationales de l’Alpe d’Huez et des Deux Alpes. Cependant aujourd’hui, la concurrence amène les acteurs à réinterroger leur stratégie, comme le montre l’inauguration, en 2011, de la « route des savoir-faire ». L’idée centrale est d’élaborer des stratégies permettant de dépasser la forte dépendance au tourisme de masse du territoire. La question qui se pose est alors celle des ressources sur lesquelles ce territoire de montagne « générique » va pouvoir s’appuyer pour construire une offre touristique spécifique. Nous faisons l’hypothèse que ces ressources sont essentiellement sociales et culturelles, une fois les ressources naturelles (enneigement, surfaces disponibles, déclivité) acquises.

3Pour argumenter notre propos, nous mobilisons une grille d’analyse couplant économie territoriale et approche par les capacités. Nous proposons ainsi une analyse originale, qui permet de mettre en évidence que la mise en oeuvre des projets touristiques dans les territoires de montagne constitue un vecteur de développement de capacités spécifiques. Celles-ci viennent ensuite alimenter le projet touristique. C’est ce cercle vertueux que nous cherchons à mettre en évidence sur le territoire de l’Oisans.

L’Oisans, un tourisme Alpin « générique » qui a modifié le territoire : structure du vivre ensemble et capacité d’action collective

4Dans cette section, la question centrale est celle des facteurs sur lesquels les stations touristiques peuvent s’appuyer pour répondre à la nécessité de faire évoluer leur offre touristique. La littérature tant géographique qu’économique propose des éléments quant à la notion de ressources. En outre, l’analyse des dynamiques de développement s’est récemment enrichie d’un outil issu des réflexions sur les théories de la justice : les capacités. Dans ce premier point et après avoir défini ces notions, nous montrerons de quelle manière le tourisme constitue un vecteur de construction des capacités territoriales de manière générale, et plus particulièrement en Oisans.

De la ressource générique à la capacité territoriale : une lecture économique du territoire

5Les approches en termes de ressource constituent des outils de lecture du territoire, des enjeux de sa construction et de son développement. Ce point constitue la première étape de compréhension des conditions de renouvellement du projet touristique dans les stations de montagne.

6Colletis et Pecqueur (1993) proposent une identification des différents types de ressources dont dispose un territoire, de la ressource générique à la ressource spécifique. La ressource générique est facilement délocalisable, il peut s’agir par exemple de matière première, ou d’une réserve de main d’oeuvre non qualifiée. Les ressources spécifiques sont quant à elles liées aux acteurs. C’est la mise en commun des compétences des différents acteurs du territoire, liés pour résoudre un problème productif inédit, qui va venir activer la ressource spécifique. Les ressources spécifiques naissent de l’interaction entre les acteurs, et n’existent que par les acteurs. Au-delà de la ressource spécifique, la notion de ressource territoriale émerge, définie comme « une caractéristique construite d’un territoire spécifique et ce, dans une optique de développement » (Gumuchian, Pecqueur, 2007, p. 5). Pour Corrado (2004), la ressource territoriale est latente, et doit sa découverte et son actualisation à une interprétation d’une partie des individus qui constituent la société. Elle résulte de la coordination des acteurs autour d’un objet (histoire, mythe, identité, valeur commune...) (Lamara, 2009). L’enjeu pour un territoire est donc l’identification de ressources spécifiques et la construction et la valorisation des ressources territoriales. Ces ressources vont permettre au territoire d’amorcer un processus de développement. Cela rejoint les analyses développées par Raffestin (1980), qui montre que c’est bien lorsque l’espace est investi par les intentions et les pratiques des acteurs qu’il devient alors territoire. La ressource territoriale naît donc de l’intentionnalité des acteurs, de leur volonté d’agir.

7La problématique se pose alors de ce qui va permettre aux acteurs de révéler les ressources et de les valoriser dans le projet touristique. Cette question peut trouver une réponse dans la notion de « capacités territoriales ». La liberté est au centre de la construction théorique de l’approche par les capacités. Pour Sen (1999), la liberté de choisir le mode de vie que l’on a des raisons de valoriser doit être au coeur des analyses du développement. Dans ce contexte, les capacités sont définies comme l’ensemble des libertés réelles dont disposent les individus. Elles correspondent à l’ensemble des opportunités que peut saisir un individu (Alkire, 2005). L’approche par les capacités est aujourd’hui revisitée par des chercheurs s’intéressant à l’aspect collectif des capacités (Dubois et al., 2008). Les capacités collectives sont des capacités qui ne sont présentes qu’à travers le processus d’action collective, et c’est la collectivité dans son ensemble qui bénéficie des nouvelles capacités générées (Ibrahim, 2006).

8Deux dimensions sont constitutives des capacités collectives : les « structures du vivre ensemble » et l’action collective. D’un côté, ces capacités vont se construire à travers les structures dans lesquelles l’individu évolue : tissu économique local, infrastructures ou encore histoire et culture de la société. D’un autre, l’action d’un groupe d’individus va permettre d’obtenir des capacités que chaque individu seul n’aurait pu obtenir. À partir de là, il est possible de proposer une vision « territoriale » de ces capacités collectives. Le territoire, à la fois structure du vivre ensemble et support de l’action collective, va permettre aux individus d’obtenir des capacités liées à leur inscription dans le territoire. Le territoire peut tout d’abord être défini comme une structure du vivre ensemble : il est constitué d’une histoire, d’une culture commune. Ensuite, il est le support de l’action collective. C’est bien l’action d’un ensemble d’acteurs autour d’une production ou d’un projet qui fonde la construction du territoire, la révélation et la valorisation des ressources territoriales. Ainsi, une dialectique se crée entre capacités et ressources territoriales sur un territoire. Pour faire émerger les ressources territoriales, il est nécessaire de mobiliser les capacités disponibles à cette échelle. En réponse, la valorisation de ces ressources territoriales participe à l’émergence de capacités sur le territoire. Dans cette dynamique, le secteur touristique joue un rôle fondamental au niveau des destinations en tant que vecteur de construction des capacités territoriales.

Le tourisme de montagne comme vecteur de construction des capacités territoriales

9Ici, nous nous intéressons aux territoires de montagne alpins, qui se caractérisent par un fort développement touristique, un tourisme de masse. La communauté de communes de l’Oisans, dans le sud du département de l’Isère, nous sert plus particulièrement de terrain d’étude pour illustrer le propos. C’est un territoire situé au coeur des Alpes, d’environ 10 000 habitants, avec une économie tournée vers le secteur tertiaire (du fait de son fort développement touristique), mais sur lequel on trouve également de l’industrie, avec l’hydroélectricité notamment. L’Oisans est un territoire touristique très développé, mais peu spécifique, ce qui en fait un terrain intéressant pour notre recherche. C’est également un territoire très contrasté, avec d’importantes stations internationales mais également de petites communes isolées. En outre, le tourisme a eu d’importants effets d’éviction sur ce territoire (Bensahel, Donsimoni, 2001), faisant presque complétement disparaître l’agriculture. Contrairement aux destinations de Savoie et de Haute-Savoie qui proposent des produits spécifiques, ou des destinations comme les Baronnies qui offrent un « panier de biens » (Pecqueur, 2001), l’Oisans a un travail à faire pour construire une spécificité. Cependant, les acteurs du territoire évoquent des atouts liés au tourisme tels que l’adaptabilité de la main d’oeuvre, ou encore la culture de l’accueil.

10Pour commencer, il existe une dialectique forte entre tourisme et territoire. Le territoire fournit au tourisme les ressources pour se développer, quelle que soit la nature de ces dernières. Il s’appuie sur les caractéristiques (même génériques) d’un lieu pour se développer (Mollard et al., 2006). Le tourisme est donc un secteur d’activité particulier, dans le sens où son ancrage au territoire est très fort et ses impacts sur la destination sont multiples. Ces deux particularités font que, au-delà du tourisme, c’est le projet touristique lui-même qui permet de générer du développement sur un territoire. D’un autre côté, le tourisme contribue à la spécification du territoire, en mettant en évidence ses atouts et en le rendant attractif. Un maillon manque dans ce raisonnement, les capacités, c’est-à-dire la manière dont les ressources territoriales sont révélées et exploitées. La grille de lecture des capacités appliquée au lien tourisme-territoire ouvre de nouvelles perspectives d’analyse.

11Le tourisme va en effet développer les deux dimensions du territoire qui entrent en jeu dans la construction des capacités collectives. Le tourisme agit sur le territoire en tant que « structure du vivre ensemble » : il va influer sur la culture du territoire, les compétences des individus qui s’y trouvent et les liens sociaux qui s’y créent. Mais il va également constituer un vecteur de l’action collective sur le territoire. En effet, le tourisme développe une dimension collective des capacités par la nécessité de mobiliser tous les secteurs d’activité du territoire. Finalement, un dialogue se crée sur le territoire, illustré par le Schéma 1.

Schéma 1. Le cercle vertueux ressources-tourisme-capacités territoriales

Schéma 1. Le cercle vertueux ressources-tourisme-capacités territoriales

12C’est ce mécanisme que l’on observe sur le territoire de l’Oisans. La méthode, construite à partir des méthodes classiques utilisées pour l’application de l’approche par les capacités, a consisté à interroger une trentaine d’acteurs sur le territoire, de catégories diverses (élus locaux, acteurs du tourisme, acteurs économiques, chargé de mission, acteurs sociaux, associations). L’enquête, construite autour d’un questionnaire semi-directif, avait pour objectif de déterminer, à travers le discours des acteurs, le niveau de capacités sur le territoire, mais également le lien entre ce niveau de capacité et le développement de l’activité touristique. C’est donc bien l’aspect subjectif des capacités qui est approché.

13L’analyse des forces et des faiblesses telles que décrites par les acteurs souligne le rôle central du tourisme dans la dynamique territoriale. Dans leur vision, développement du territoire et développement touristique sont intrinsèquement liés. L’aspect négatif du développement touristique, tel que la forte dépendance au secteur, n’émerge pas dans leur discours. Ainsi, le tourisme est perçu comme une bouée de sauvetage pour le territoire, ce qui relativise ses aspects négatifs. Les deux principaux atouts identifiés de l’Oisans sont sa situation géographique et ses ressources naturelles, suivis par le dynamisme des acteurs. Les acteurs interrogés dans leur ensemble soulignent que les ressources naturelles constituent la base de l’économie de l’Oisans, correspondant à des ressources génériques : on y trouve les mêmes caractéristiques que sur d’autres territoires de montagne. À partir de ces ressources génériques, c’est la volonté des acteurs locaux qui a permis de construire le développement touristique. On trouve bien ici la dimension « action collective » qui met en oeuvre le projet touristique.

14Ainsi, comme le souligne un maire, l’Oisans est un territoire où tout est basé sur le tourisme, donc, pour être dynamique, il faut tout mettre en oeuvre pour le développement touristique. Toutes les catégories d’acteurs interrogées soulignent que sur le territoire, l’ensemble des secteurs d’activité est lié au développement touristique : un élu souligne que « le tourisme est un gros consommateur de services » et une chargée de mission que « les services administratifs sont nécessaires pour l’organisation de l’offre touristique ». Un véritable réseau, constitué d’élus, d’acteurs économiques et d’acteurs du développement local, se crée autour du tourisme ; c’est bien la capacité d’action collective du territoire qui est développée, grâce à l’exploitation du tourisme de masse. En parallèle, le tourisme permet de créer des liens non seulement à l’intérieur du territoire mais également avec l’extérieur, par exemple au niveau du Contrat de Développement Rhône-Alpes (CDRA) Alpes Sud Isère. Ces liens, l’habitude de travailler ensemble, constituent des atouts pour la mise en oeuvre d’autres projets.

15Ensuite, le tourisme crée de l’identité sur un territoire. En effet, les acteurs privés comme publics partagent l’identité « tourisme » et « montagne » du territoire, comme illustré par les logos des entreprises qui font référence au territoire de l’Oisans. De plus, les acteurs rencontrés reconnaissent l’Oisans en tant que tel, non comme un territoire de montagne indifférencié, en invitant les acteurs locaux à s’interroger sur ses ressources, ses frontières, ce qui le constitue. Le développement touristique incite à « penser » le territoire, à le définir et, par extension, à en saisir les enjeux. C’est ce que montre l’étude du discours des acteurs dans l’Oisans : une chargée de mission souligne que « c’est pour le tourisme que la collaboration a débuté. Avant, chacun travaillait dans son coin. Le tourisme a incité à travailler ensemble ». Ce qui ressort dans le discours des acteurs de l’Oisans, c’est que le tourisme agit à deux niveaux : d’une part, la création d’identité sur le territoire (le territoire comme « structure du vivre ensemble ») et d’autre part, les liens sociaux sur le territoire (le territoire comme support de l’action collective). L’exemple du territoire de l’Oisans montre qu’à partir de l’exploitation de ressources dites « génériques », le tourisme a permis d’influencer la structure même du territoire, et de mettre en place les conditions de production de capacités territoriales. À ce stade de l’analyse, deux éléments doivent être étudiés. Tout d’abord, la nature de ces capacités territoriales. Ensuite, l’identification des capacités qui permettent de révéler et d’exploiter les ressources territoriales, et ensuite de renouveler l’offre touristique sur le territoire.

Spécification de l’offre touristique en Oisans : le cercle vertueux ressources-capacités

16L’étude du territoire de l’Oisans permet de proposer une lecture de l’évolution de l’offre touristique de montagne en termes de capacités. Les entretiens réalisés auprès des acteurs du territoire permettent de faire émerger le mécanisme par lequel les capacités collectives construites autour de l’exploitation des ressources du territoire font évoluer l’offre locale vers une exploitation plus territoriale des ressources. Ainsi, à l’échelle des territoires touristiques de montagne, la question qui se pose est celle des capacités construites à travers l’activité touristique de manière globale. Ensuite, il est nécessaire d’identifier celles qui constituent des supports pour faire émerger et valoriser des ressources territoriales, et ainsi faire évoluer l’offre touristique « de masse » vers une offre touristique spécifique.

Les capacités territoriales sur le territoire de l’Oisans

17À la suite d’une revue de la littérature sur les capacités, les territoires touristiques et le développement territorial mais également à partir d’échanges avec des chercheurs, sept capacités territoriales peuvent être considérées comme significatives du développement des territoires touristiques de montagne : le capital social, le capital humain, le niveau de revenu, l’accès à l’emploi, l’accès aux services, l’accès au logement et le tissu économique local. Chacune de ces capacités représente différentes facettes des opportunités qu’offre un territoire touristique aux individus qui y vivent. Cependant, c’est bien la dimension collective de ces capacités qui constitue un atout pour le renouvellement de l’offre touristique de montagne. Ainsi, il est nécessaire d’interroger quelles sont celles qui vont permettre d’aboutir à ce résultat. Pour cela, une analyse de chacune de ces capacités sur le territoire de l’Oisans a été réalisée.

18Tout d’abord, le revenu, s’il ne peut être considéré à lui seul comme un indicateur de développement, doit être néamoins intégré dans la réflexion. Sur le territoire de l’Oisans, le niveau d’accès à un bon niveau de vie est très contrasté, du fait du lien entre développement et niveau d’activité touristique sur le territoire. Le tourisme a permis de créer de hauts revenus sur le territoire, mais également des emplois peu qualifiés et saisonniers. La capacité « emploi » mesure la capacité du territoire à fournir des emplois, mais également à fournir des emplois stables, ce qui constitue une dimension importante dans les territoires touristiques. Sur le territoire de l’Oisans, l’emploi est peu varié et le tourisme représente la majeure partie des offres d’emplois proposées. Les acteurs ont une vision plutôt positive de l’offre d’emploi dans l’Oisans. Ainsi, ils soulignent que le tourisme permet de fournir des emplois à des personnes qui veulent vivre à la montagne. Cependant, des enjeux importants existent autour de la saisonnalité de l’emploi notamment. Concernant le niveau d’accès au logement, il est nécessaire de s’interroger sur une éventuelle concurrence entre logements touristiques et logements pour les habitants. Dans l’Oisans, les acteurs (en particulier ceux travaillant dans le secteur social) s’accordent à dire que l’accès au logement est difficile en raison du nombre limité de logements et du prix élevé du foncier. Le tissu économique local mesure la capacité d’un territoire à fournir un environnement économique dynamique à ses habitants. De ce point de vue, l’Oisans apparaît comme un territoire dynamique, sur lequel des secteurs d’activité se sont développés parallèlement à l’activité touristique. Concernant la dimension « capital humain », les acteurs s’accordent pour dire qu’il n’existe pas de compétence spécifique sur le territoire. Enfin, le capital social est une dimension contrastée, en ce sens qu’elle est bien développée à l’échelle des stations de ski, où l’ensemble des acteurs collabore autour de l’activité touristique, ce qui contribue à la mise en œuvre d’autres projets. Mais, d’un autre côté, les liens sont difficiles à mettre en place sur un territoire plus large. Cependant, une dynamique de liens accrus commence à émerger dans l’Oisans, liée à une volonté de mettre en place des projets innovants à l’échelle du territoire dans son ensemble.

19De manière générale, le territoire de l’Oisans apparaît donc comme un territoire bien développé (selon les dimensions explicitées ci-dessus) et le tourisme a joué et continue à jouer un rôle central dans son développpement. Ce point fait consensus auprès des acteurs. Cependant, le développement n’est pas homogène au sein du territoire, et cela concerne l’ensemble des capacités. Ainsi le clivage entre stations et petites communes (notamment en termes de revenu et d’accès aux services) est largement souligné par les élus de ces dernières, mais également par les acteurs sociaux et les chargés de mission. La question est alors celle d’un renouvellement de l’offre touristique pour un développement plus harmonieux de ce territoire. L’analyse suivante concerne donc le cercle vertueux ressources-tourisme-capacités.

Les capacités : des ressources sociales au service du projet touristique de montagne

20Les capacités constituent des opportunités à l’échelle individuelle, mais également des éléments mobilisables pour faire évoluer le projet touristique. En d’autres termes, il est nécessaire de déterminer de quelle manière la création de capacités territoriales issues du développement touristiques d’un territoire permet à l’offre touristique de se renouveler. Dans ce dernier point, notre objectif est de mettre en évidence de quelle manière fonctionne ce cercle vertueux tourisme-ressources-capacités sur le territoire de l’Oisans.

21En effet, pour l’ensemble des acteurs, le tourisme constitue la principale opportunité de développement. Cela passe par le développement de nouvelles formes de tourisme, plus respectueuses de l’environnement et de ses impacts sociaux, ou encore la question de la saisonnalité. Dans une perspective de durabilité, il est nécessaire pour les acteurs de diversifier l’activité touristique et de proposer de nouvelles activités. La seconde opportunité de développement est la collaboration, la mise en oeuvre de projets à l’échelle du territoire. Cela concerne tant les projets touristiques que sociaux ou culturels. Ainsi, une réflexion importante, qui implique l’ensemble des acteurs du territoire, a été menée sur les conditions de vie des saisonniers. C’est bien l’ensemble des liens construits autour de l’activité touristique qui va permettre de renouveler l’offre touristique en construisant de nouvelles ressources territoriales. La nécessité de faire évoluer l’offre touristique en Oisans a notamment conduit à créer la « route des savoir-faire » : une offre de produits locaux, qui permet au territoire de devenir plus spécifique. Cette route des savoir-faire a mobilisé l’ensemble des acteurs du territoire autour de l’objectif touristique : agriculteurs, artisans, acteurs du tourisme, élus. Par opposition aux ressources génériques (e.g., conditions d’enneigement) jusque là exploitées sur le territoire, cela les a amenés à construire et à valoriser des ressources territoriales, avec la mise en valeur du patrimoine agricole et artisanal.

22Pour cela, le tourisme s’est appuyé sur l’ensemble des capacités du territoire, c’est-à-dire à la fois les dynamiques d’action collective du territoire et la capacité de réponse du territoire aux dynamiques exogènes (Mardsen, 1998). Or, sur le territoire de l’Oisans, les acteurs soulignent qu’il existe une collaboration très forte autour de l’enjeu touristique. Un élu indique que « pour que le territoire se développe, il faut créer un réseau, se tourner vers les autres. […] La clientèle touristique est une raison de travailler ensemble ». Il faut ainsi mettre en place une collaboration entre les acteurs des différents secteurs, qui s’accordent tous sur un point : l’objectif commun de maintenir, d’améliorer et de développer l’activité touristique qui incite à collaborer, à monter ensemble des projets. C’est aussi ce qui a permis de faire évoluer l’offre touristique : un directeur d’office du tourisme souligne « la conscience que les visiteurs veulent découvrir un territoire dans son ensemble et non plus juste la station ou le village ». Les élus de l’Oisans, notamment, mettent en évidence le fait qu’ils travaillent avec tous les acteurs de la station, des exploitants des remontées mécaniques aux pompiers ou à la gendarmerie. L’objectif est de faire collaborer tous les acteurs autour de l’objectif commun du développement touristique. Cela incite à développer des initiatives qui profitent à l’ensemble de la population, par exemple la mise en place de services facilitant l’accès au logement et à l’emploi (création d’un relais des services publics en 2011).

23La nécessaire évolution du tourisme amène aussi à homogénéiser le développement sur le territoire. Les petites communes sont mobilisées pour proposer le développement de nouvelles formes de tourisme (comme le trail ou de nouvelles formes de pratique du vélo), mais également pour dépasser la saisonnalité du territoire. Ainsi, si jusqu’à présent la collaboration était limitée entre les stations et les autres communes du territoire, elle se développe aujourd’hui autour de l’offre de nouvelles perspectives touristiques.

24Les élus évoquent également une exploitation plus « durable » des ressources touristiques, citant les navettes électriques, les canons à neige mobilisant des systèmes à énergie positive, les maisons à énergie positive, le développement du solaire, le moindre recours à la voiture, et de manière générale le fait d’aller vers des stations plus vertes. Le tourisme dépend donc de la préservation de l’environnement, plus particulièrement en Oisans. Ainsi le développement touristique du territoire a influencé la perception du développement durable qu’ont les acteurs. En effet, l’enjeu que représente l’activité sur le territoire, et le lien entre la pérennité de cette dernière et la préservation de l’environnement a entraîné la construction d’un regard particulier des acteurs sur la question. Le maintien de l’activité touristique rend en effet nécessaire une réflexion sur un mode de développement plus durable du territoire : protection de l’environnement, aspects sociaux du tourisme mieux pris en compte.

25Les capacités territoriales sont essentielles pour le renouvellement de l’offre touristique des territoires de montagne. Le tourisme de montagne, ancré sur le territoire, en modifie la structure, et influe ainsi sur les capacités territoriales. Ensuite, ces dernières vont contribuer à révéler et exploiter des ressources territoriales, permettant ainsi un renouvellement de l’offre touristique.

Conclusion

26Pour conclure, l’application de l’approche par les capacités à l’analyse du lien entre tourisme et développement des territoires montagnards permet de réinterroger les questions de territoire et de développement territorial. Cela permet ainsi de repenser le rôle du lieu de vie ou de travail dans l’acquisition de libertés et d’opportunités à l’échelle individuelle, mais également d’offrir un cadre pour penser l’action collective. Concernant le territoire de l’Oisans, le développement d’un tourisme générique a profondément modifié, voire modelé le territoire, ce qui a permis de faire émerger des capacités territoriales. Celles-ci constituent en retour le terreau permettant de développer le capital territorial de l’Oisans (Camagni, 2009).

27En termes de politiques publiques, des enjeux se dégagent de ces approches innovantes basées sur les capacités. En effet, cela peut permettre de mieux définir en amont les conditions nécessaires pour que le tourisme constitue un levier pour le développement local, et ainsi de mieux construire en amont les projets touristiques. D’un point de vue théorique, ces éléments permettent une approche plus « globale » du territoire, au delà des analyses propres à chaque discipline scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Alkire S., 2005. « Why the capability approach ? », Journal of Human Development vol. 6, n°1, pp. 115-133.

Bensahel L., Donsimoni M., 2001. « L’activité touristique, facteur de développement économique », in Bensahel L., Donsimoni M., (dir.), Le tourisme, facteur de développement local, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

Camagni R., 2009.– « Territorial and regional development », in Capello R., Nijkamp P., (ed), Handbook of regional growth and development theories, Business & economics, Royaume-Uni.

Colletis G., Pecqueur B., 1993. « Intégration des espaces et quasi-intégration des firmes : vers de nouvelles rencontres productives ? », Revue d’Économie Régionale et Urbaine n°3, pp. 489-508.

Corrado F., 2004. « Vers un concept opératoire : la ressource territoriale », Montagnes Méditerranéennes, n°20, pp. 21-25.

Dubois J.-L., Broulet A. S., Bakhshi P., Duray-Soundron C., 2008.– Repenser l’action collective, une approche par les capabilités, L’Harmattan, Paris.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007. La ressource territoriale, Economica, Paris.

Ibrahim S., 2006.– « From individual to collective capabilities : The capability approach as a conceptual framework for self-help », Journal of Human Development vol. 7, n°3, pp. 397-416.

Lamara H., 2009. « Les deux piliers de la construction territoriale : coordination des acteurs et ressources territoriales », Développement Durable et Territoires, mis en ligne le 7 juillet, consulté le 4 août 2010.

Mardsen T., 1998. « New rural territories : regulating the differentiated rural spaces », Journal of Rural Studies, vol. 14, n°1, pp. 107-117.

Mollard A., Rambonilaza M., Vollet D., 2006. « Aménités environnementales et rente territoriale sur un marché de services différenciés : le cas du marché des gîtes ruraux labellisés en France », Revue d’Économie Politique, vol. 116, n°2, pp. 251-275.

Pecqueur B., 2001.– « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Économie Rurale, n°261, pp. 37-49.

Raffestin C., 1980. Pour une géographie du pouvoir, Librairies Techniques, Paris.

Richard D., George-Marcelpoil E., Boudières V., 2011.« Changement climatique et développement des territoires de montagne : quelles connaissances pour quelles pistes d’actions ? », Revue de Géographie Alpine/Journal of Alpine Geography, Vol. 98, n°4, mis en ligne le 27 janvier, consulté le 6 mars 2012.

Sen A., 1999. Development as freedom, Oxford University Press, Oxford.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Le cercle vertueux ressources-tourisme-capacités territoriales
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/1781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Dissart, « Co-construction des capacités et des ressources territoriales dans les territoires touristiques de montagne », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 100-2 | 2012, mis en ligne le 27 décembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rga.revues.org/1781 ; DOI : 10.4000/rga.1781

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Dissart

Irstea Grenoble, UR DTMDomaine universitaire, 2 rue de la Papeterie, BP 76 F-38402 Saint-Martin-d’Hères Cedexjean-christophe.dissart@irstea.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités