Navigation – Plan du site

Toponymie : un héritage précieux

Ruggero Crivelli
Traduction(s) :
Toponimia: una preziosa eredità

Texte intégral

Une montagne de motsAfficher l’image
Crédits : © Ruggero Crivelli

Une montagne de mots (Olivone, Tessin, Suisse)

1En 2008, Mauro Corona publie un livre dont le titre était I fantasmi di pietra (les fantômes de pierre). Il y raconte des histoires de vie de son village, Erto, dans la région du Vajont, détruit par l’alluvion de 1963 et pratiquement abandonné depuis. En prenant prétexte d’une visite des lieux de son enfance, dont il ne reste plus que les ruines des maisons et des places, l’auteur s’arrête de coin en coin et raconte des morceaux d’une vie passée dont les protagonistes sont des gens ordinaires de la montagne. Il croise des restes en pierre, où la marque des intempéries se mélange à celle de la végétation spontanée, qui tantôt enferme ces maisons, tantôt les pénètre de l’intérieur. Ces pierres sont les fantômes d’un passé qui vit dans sa mémoire : celui de son adolescence et de sa jeunesse. À chaque coin de rue, les fantômes prennent la forme d’un souvenir précis : aventures d’adolescent découvrant les premières poussées de testostérone, aventures nocturnes du jeune braconnier avec sa bande de copain, ... Ces pierres sont ce qui reste d’un espace humanisé ! Sur l’image ci-contre, ce ne sont pas des pierres de fantômes à extraire du passé, mais des noms qui remplissent quelque peu la même fonction.

2Nommer est, sans doute, l’un des premiers actes qu’un groupe humain réalise en identifiant les objets et les lieux dont il se sert. La structuration des pratiques spatiales repose sur la cohérence existant – et jusqu’à ce qu’elle existe – entre les noms et les objets. Les toponymes, ici, sont les restes de ce qui constituait une territorialité. Cependant, il s’agit de restes fragiles, car leur support n’est pas la pierre, mais la mémoire collective ou individuelle. Dans l’exemple proposé, cette fragilité de la mémoire territoriale est particulièrement frappante quand on compare le lieu photographié à la carte topographique. Celle-ci, même en considérant une surface plus large que celle qu’on pourrait délimiter à partir de l’image, ne rapporte que deux mesures d’altitudes et le nom de la montagne (Sosto), auquel on peut encore ajouter deux ou trois autres noms – en langue véhiculaire, l’italien – qui suggèrent une caractéristique générique du terrain (Boschetto, petit bois ; Parete di Pino , paroi de pin). Dans le panneau photographié, la même montagne est recouverte d’une trentaine de noms dans la paroi proprement dite et de plus d’une cinquantaine en tout : cela est l’expression de la pratique spatiale d’une communauté pour laquelle le plus petit morceau d’herbe était vital, surtout pour sa composante sociale la moins favorisée. Dans ces communautés montagnardes on n’hésitait pas à monter dans des endroits périlleux pour faire les foins, parfois au risque de sa vie, comme témoignent les nombreux ex-voto que nous pouvons encore trouver dans des églises locales. Cette photographie est donc intéressante dans la mesure où elle nous renseigne sur l’utilisation de l’espace par une société (agraire, montagnarde et traditionnelle dans ce cas) : une véritable utilisation capillaire d’un espace vital. Elle est aussi intéressante dans la mesure où elle nous renseigne sur la nature de l’acte de dénomination : un acte fonctionnel et pratique (il n’y a pas de mesures abstraites et métriques, comme celles auxquelles nous sommes aujourd’hui habitués). Je ne connais pas la signification de tous les mots, car ici nous avons affaire à une toponymie vernaculaire, mais je reconnais certains termes dialectaux qui sont aussi les miens : le nom du lieu reflète sa nature propre, comme Ra Buza, qui renvoie à un éboulement ; dul castell qui renvoie à un château (et dans cet endroit il y avait, au Moyen Âge, une tour appartenant à un seigneur d’une autre vallée), ou encore des mots comme Pareit et Sott Pareit, où le Sott indique la position (dessous), etc. En d’autres termes, le nom renseigne sur une société dans laquelle la connaissance est étroitement liée à la pratique : on sait parce qu’on fait ! Celui qui n’est pas des lieux (du groupe !) ne les connaît pas parce qu’il n’a pas de fréquentation à leur égard.

3Toute cette toponymie n’existe plus aujourd’hui, parce que les gestes qui la soutenaient n’existent plus. Mais ces noms sont des fantômes qui renseignent sur une forme d’utilisation du territoire et ce panneau a d’autant plus de valeur que quelqu’un a voulu se souvenir de la richesse humaine de ce fragment d’espace. Faire parler une toponymie vernaculaire, aujourd’hui, signifie résister à la morale dominante qui, en « redonnant » à la nature certains espaces montagnards, efface l’histoire de leurs populations. Et en l’effaçant, elle masque le fait que tout espace dit naturel est un espace humanisé. L’importance des restes (matériels ou immatériels) de la mémoire territoriale se trouve dans le fait qu’ils pourraient être un terrain de rencontre entre le géographe, le touriste et l’habitant dans une démarche de respect des cultures.

Haut de page

Bibliographie

Corona M., 2008.– I fantasmi di pietra, Milano, Mondadori.

Lowehthal D., 2008.– Passage du temps sur le paysage, Gollion (CH), Infolio.

Roubault M., 1970.– Peut-on prévoir les catastrophes naturelles ?, Presses Universitaires de France.

Turco A., 1988.– Verso una teoria geografica della complessità, Milano, Unicopli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruggero Crivelli, « Toponymie : un héritage précieux », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rga.revues.org/1873

Haut de page

Auteur

Ruggero Crivelli

Département de Géographie et Environnement, Université de Genève,
Ruggero.Crivelli@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités