Navigation – Plan du site

Espaces et acteurs pastoraux : entre pastoralisme et pastoralité

Appel à articles – jusqu’au 31 mai 2013

Après avoir été vilipendé pour le surpâturage et la dégradation de certains espaces fragiles puis marginalisé par l’industrialisation de l’élevage ou encore réduit à une technique parmi d’autres d’élevage extensif, le pastoralisme se trouve auréolé de nouvelles qualités de gestionnaire avisé d’espaces semi naturels. En témoigne que le pastoralisme est de plus en plus mobilisé par des territoires qui l’identifient comme une ressource pour revitaliser une économie montagnarde ou alpestre anémiée (Cournil, 2010). C’est le cas de certains territoires de la région Rhône-Alpes impliqués dans les plans pastoraux territoriaux (PPT), où la notion de pastoralité émerge pour désigner les qualités attribuées à ces espaces et à leurs acteurs (Cournil, Calmettes, Turquin, publication en cours). Cette pastoralité, qui reste dans une large mesure à préciser, mais que l’on pourrait définir par analogie avec la ruralité comme « le caractère, l’essence, de ce qui est pastoral », semble porteuse de dynamiques nouvelles et de reliances singulières entre les habitants des montagnes et les usagers des villes.

Quels rôles tiennent les espaces et les acteurs pastoraux dans la construction des territoires sur lesquels ils vivent ? Le pastoralisme peut-il répondre à toutes les attentes ? Peut-on parler de pastoralisme et de pastoralité ou la diversité des cas de figure impose-t-elle d’employer le pluriel ? Qu’est-ce que l’émergence de la pastoralité dit de l’évolution des espaces et des acteurs pastoraux ? Pourquoi et comment cette notion de pastoralité émerge-t-elle aujourd’hui ? Correspond-elle à un verdissement du discours, à une patrimonialisation des activités ou/et à une écologisation des pratiques ? Contribue-t-elle à brouiller l’image du pastoralisme ou permet-elle au contraire de lui donner une nouvelle légitimité ?

Autant de questions qu’il est possible d’aborder sous plusieurs angles, comme par exemple :

  • du point de vue géographique et spatial avec l’évolution des frontières du domaine pastoral, entre le changement climatique qui repousse les limites des pâturages vers le haut et l’évolution des demandes urbaines qui tire les troupeaux vers le bas pour entretenir les friches périurbaines et les parcs, voire les jardins urbains

  • du point de vue territorial avec des activités marginales et des zones de confins qui deviennent centrales dans l’identité de nouveaux territoires en émergence comme certains PNR.

  • du point de vue social avec l’émergence de la pastoralité comme moteur de nouvelles alliances « improbables » mais aussi avec le renouvellement et la féminisation des acteurs pastoraux et notamment du métier de berger 

  • du point de vue économique avec la révélation de nouvelles ressources territoriales basées sur la valorisation de la force symbolique des activités pastorales tout autant que sur des produits ou services spécifiques

  • du point de vue politiques avec la construction de formes de gouvernance adaptées à des acteurs qui interrogent les limites spatiales et temporelles du territoire car bon nombre sont des « intermittents du territoire » qui pratiquent leurs activités dans des espaces transversaux à travers plusieurs territoires.

Autant de façons, d’observer, de décrire et de tenter de comprendre le fait pastoral contemporain. Ces questions qui émergent dans les Alpes du Nord nous semblent questionner aussi l’ensemble des acteurs et des espaces à vocation pastorale au nord comme au sud, en altitude comme en plaine... La publication se veut ouverte aux contributions de l’ensemble des auteurs concernés par la problématique sans aucune exclusive géographique ou disciplinaire.

Calendrier

Les propositions sont à adresser à Olivier Turquin (o.turquin@gmail.com) et Coralie Mounet (coraliemounet@hotmail.com), directeurs du numéro, ou à Emmanuelle Tricoire (Emm@nuelleTricoire.eu), coordonnatrice de la rédaction.

Les résumés (500 mots) sont attendus pour le 15 avril au plus tard. Les contributions sélectionnées, rédigées selon les normes de publications de la RGA devront être envoyées au format de 30 000 signes, et nous parvenir pour le 31 mai 2013. Les règles de publication de la RGA sont à consulter sur le site de la revue : http://rga.revues.org.

Les articles retenus devront être fournis en français et en anglais. Les articles non conformes aux consignes ci-dessus seront renvoyés à leurs auteurs.

Bibliographie

Bornard A., Cozic Ph., 2000.– « Les intérêts multiples des milieux pâturés d’altitude gérés par le pâturage domestique », in Bornard André et Brau-Nogue Catherine (Coord.), Le pastoralisme en France à l’aube des années 2000, Pastum Hors-Série, Éditions de la Cardère, 2000, pp. 231-236.

Brisebarre A.-M., Fabre P., Lebaudy G., 2009.– Sciences sociales, regards sur le pastoralisme contemporain en France, Coédition Association française de Pastoralisme, Maison de la transhumance et Cardère éditeur.

Calmettes A., 2010.– Pastoralisme et territoire en Belledonne : analyse au regard de la ressource territoriale dans le territoire pastoral de Belledonne, Mémoire de Master Ingénierie du développement territorial, Grenoble, Institut de Géographie Alpine – Université Joseph Fourier.

Calmettes A., Cournil P.-J., Turquin O., Les territoires pastoraux entre pastoralisme et pastoralité (publication en cours).

Cournil P.-J., 2010, Contribution pour une économie alpestre ressourcée, Mémoire de Diplôme de Recherche Technologique en développement territorial, Grenoble, Université Joseph Fourier, Institut de Géographie Alpine, UMR PACTE-Territoires.

Echeynne C., 2007.– Hommes et troupeaux en montagne. La question pastorale en Ariège, éditions L’Harmattan.

Landel P.-A., 2007, « Invention de patrimoines et créations de territoires », in Gumuchian Hervé, Pecqueur Bernard, La ressource territoriale, Paris, Éditions Economica, 2007, pp. 157-176.

Mauz I., 2005.– Gens, cornes et crocs, Éditions Cemagref, CIRAD, Ifremer, INRA, collection Indisciplines.

Turquin O., 2009.– « L’agrinature ou l’art d’économiser la nature en écologisant nos cultures », in Hervieu Bertrand et Hubert Bernard (dir.), Sciences en campagne, Éditions de l’Aube, pp. 325-336.

Haut de page

Actualités