Navigation – Plan du site

Du papier à l’écran : aventure aristo-libertaire dans les Hautes-Vosges

Le Haut-fer et Les grandes gueules de José Giovanni
Jean-Baptiste Bing

Texte intégral

1Joseph Damiani, dit José Giovanni (1923-2004), a ceci d’intéressant – entre autres – qu’il n’est pas un écrivain de montagne classique : passé par la collaboration puis le grand banditisme, condamné à la peine de mort puis gracié, il a passé onze ans en prison avant de devenir enfin auteur de romans noirs et cinéaste. La montagne n’occupe qu’une place marginale dans son œuvre ; cependant, on la retrouve par-ci par-là, non comme simple décor d’arrière-plan mais comme cadre directif de l’intrigue, par exemple dans Le Haut-fer (1962), porté à l’écran par Robert Enrico sous le titre Les Grandes gueules (1965).

  • 1 Scierie artisanale, à énergie hydraulique.

2Hector Valentin (Bourvil dans le film), est un bûcheron d’origine vosgienne revenu au pays après avoir longtemps bourlingué au Canada. Il tente de faire revivre le vieux haut-fer1 de son père, malgré son isolement au milieu des forêts. Il se heurte surtout à la concurrence déloyale de Therraz (Nick Stephanini), propriétaire d’une scierie industrielle et prêt à tout pour s’approprier le monopole dans la vallée. Débarquent un jour au haut-fer deux ex-taulards, Laurent (Lino Ventura) et Mick (Jean-Claude Rolland), que les rudes conditions de vie séduisent. Ils convainquent Hector d’engager comme employés des libérés conditionnels. À force de travail, une estime réciproque naît peu à peu entre eux, jusqu’à ce qu’une bagarre de trop contre les hommes de Therraz renvoie les libérés conditionnels en prison. Hector, ruiné, met le feu à son haut-fer après avoir appris que Laurent préparait en fait une vengeance contre un autre détenu. Revenu sur les lieux, Laurent sauve Hector de l’incendie.

  • 2 Expression tirée des critiques de l’époque.

3Passer d’un roman à un film n’est jamais une simple formalité ; dans le cas du Haut-fer devenu Grandes gueules, la double participation de Giovanni (auteur du roman et coscénariste du film) a bien sûr contribué à la réussite de cette transformation d’un récit d’aventure en « western vosgien » et « de terroir2 ». L’imbrication des deux médias se trouve d’ailleurs à la genèse de l’œuvre qui prit d’abord la forme de projets de nouvelle puis de film, avant de se concrétiser d’abord en roman et enfin en film.

4Au-delà de ces aspects formels, l’implication de Giovanni est plus profonde : l’histoire s’inspire de ses expériences (entre autres métiers, il exerça celui de bûcheron) et, en retour, nourrit une mythologie personnelle qui, au fil de ses romans et ses films, connote son passé de valeurs positives et dessine son personnage public, à mi-chemin du bandit d’honneur et de l’aventurier, tel qu’il apparaît dans ses interviews et ses écrits autobiographiques. Dans le making of des Grandes gueules, Giovanni fait le récit de sa découverte, en 1959, de la clairière de Cellet – étape qu’il place à l’origine du livre et où fut tournée une grande partie du film – d’une manière qui semble tirée de l’histoire elle-même.

5La montagne tient dans cette construction un rôle bien précis : littéralement au-dessus d’une société où règne la médiocrité incarnée par la mesquinerie (Therraz) et les contraintes (la compagne de Mick), la montagne offre au solitaire un espace où mener une vie tissée d’épreuves mais aussi de solidarité. Certes, la lutte sans compromis est vouée à l’échec (le haut-fer détruit) ; elle permet toutefois l’éclosion de l’amitié entre compagnons de lutte (Hector et Laurent). Dans cette histoire d’hommes, les femmes ne font que passer. Elles tirent les héros vers la foule et la vallée – vers le bas, donc ; seule fait exception (plus valorisée dans le film que dans le livre) Jackie (jouée par Marie Dubois) qui, par son intégration aux solitudes des cimes parvient à séduire Laurent – amour authentique mais impossible, puisque Laurent repart.

6Entre Le Haut-fer et Les grandes gueules, dans Meurtre au sommet (1964), Giovanni réutilisa cette « montagne aristo-libertaire » qui ressemble au Grand Nord nietzschéen de Jack London. Ce roman noir de facture plus classique, situé entre Chamonix et les Drus, rend hommage à sa manière à la Société des guides d’une façon bien moins politiquement correcte que, par exemple, les récits de Roger Frison-Roche.

Haut de page

Bibliographie

Sources

J. Giovanni, 1962, Le haut-fer, Paris, Gallimard.

R. Enrico, 1965, Les grandes gueules, France-Italie, scénario de R. Enrico et J. Giovanni.

Filmographie complémentaire

Making-of du film Les grandes gueules inclus dans le DVD (2005).

Archives INA sur le tournage.

Haut de page

Notes

1 Scierie artisanale, à énergie hydraulique.

2 Expression tirée des critiques de l’époque.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bing, « Du papier à l’écran : aventure aristo-libertaire dans les Hautes-Vosges », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Montagnes en fictions, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://rga.revues.org/2268

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bing

Université de Genève, département de géographie et environnement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine

Haut de page

Actualités