Navigation – Plan du site

Le Rocher de Gibraltar

Presqu’île, quasi-montagne et réserve dite naturelle
Jean-Baptiste Bing

Texte intégral

GibraltarAfficher l’image
Crédits : Jean-Baptiste Bing
  • 1 Le film L’Anglais qui gravit une colline mais redescendit une montagne (1995), basé sur une histoir (...)

1Certes, la toponymie confère au Rocher de Gibraltar – Mons Calpe de l’Antiquité devenu Djebel Tarik – la dignité de montagne ; mais son altitude (426 m.) semble bien peu élevée… Cette petite péninsule de 6,5 km2, territoire autonome du Royaume-Uni revendiqué par l’Espagne, ne serait-elle alors qu’une colline ? Attention, sujet délicat : être ou ne pas être une montagne a des implications identitaires parfois fortes1.

2Or, au sujet de son statut, le point de vue de la population gibraltarienne (environ 27 000 habitants) peut se résumer en trois points : rejet de toute intégration à l’Espagne, mais frontière ouverte ; refus de la domination anglaise « coloniale », mais protection par l’armée ; impossibilité constitutionnelle de changer le statut de l’enclave sans l’accord du peuple gibraltarien. Les Gibraltariens mettent donc tout en œuvre pour prouver, d’une part, son autochtonie et, d’autre part, sa spécificité vis-à-vis de ses voisins, en s’affichant comme un melting pot ethno-religieux dont l’unité vient d’une histoire vécue en partage au pied du Rocher depuis 1704.

  • 2 Il ne s’agit pas là d’une blague franchouillarde assimilant les Anglais à des singes. Un dicton aff (...)

3L’Espagne considère comme preuve d’appartenance (politique) le fait (géomorphologique) que Gibraltar est une presqu’île andalouse. À cela il est répondu, sur le même registre naturaliste, que l’écosystème du Rocher se distingue radicalement non seulement de celui de l’Andalousie voisine et de la péninsule Ibérique, mais carrément de toute l’Europe. L’iconographie (monnaie, sites web, brochures…) met ainsi en avant plusieurs espèces dont la vedette, commune au Maghreb, n’existe par contre au Nord du détroit qu’à Gibraltar : il s’agit de Macaca sylvanus ou macaque de Barbarie. Les incertitudes qui persistent quant à l’origine de cette population (présence naturelle ou transfert humain ?) comme les légendes qui courent à leur sujet (existence d’un tunnel naturel sous le détroit, lien entre leur présence et la souveraineté britannique2) contribuent à renforcer l’attachement à la Grande-Bretagne (tout en s’en distinguant) et l’éloignement de l’Espagne.

  • 3 Ainsi, la Suisse – puissance maritime connue pour avoir remporté plusieurs fois la Coupe de l’Ameri (...)

4En dépit de l’isthme qui relie le Rocher à La Línea de la Concepción, la médiance gibraltarienne relèverait donc de l’insularité (isolement) voire de l’îléité (rupture). Cette assimilation d’une enclave à une île est très efficace en termes rhétoriques, d’où sa fréquence3. L’aspect massif (mot à entendre à la fois comme adjectif et comme substantif) du Rocher sert cette territorialité : largement visible depuis le Maroc, depuis les contreforts des sierras andalouses et depuis son vis-à-vis Ceuta (deuxième colonne d’Hercule et… enclave espagnole en terre marocaine !), Gibraltar se détache dans le paysage du détroit. Cette individualité paysagère rejaillit sur l’enclave et ses habitants, par un classique phénomène d’assimilation.

5Cela dit, la « montagnitude » du Rocher va plus loin que le seul discours géopolitique. Du port à la réserve naturelle, de la côte Ouest à la côte Est, la vie s’y organise en étages et en versants – à la montagnarde, donc, même si parler d’adret et d’ubac semble abusif. Le flanc Ouest, qui finit dans la baie d’Algésiras, offre des pentes douces ; la ville s’y établit, entre le port et le fort, avant de s’étendre au bas des pentes puis sur des polders. Après la démilitarisation des années 1990, les grandes installations militaires du haut du Rocher (40% du territoire) devinrent l’Upper Rock Natural Reserve où vivent magots et autres perdrix. Enfin, le flanc Est plonge directement dans la mer ; sa topographie ne permet d’accueillir qu’un petit village au Nord-est (Catalan Bay), mais il a abrité des installations complexes, aujourd’hui désaffectées, destinées à recueillir et à stocker l’eau de pluie. Si, côté baie, deux routes et plusieurs chemins mènent à la réserve, côté Méditerranée seul un sentier escarpé relie la crête à la route côtière.

6D’une manière générale la vie quotidienne se déroule en ville, l’Upper Rock ne servant sauf exception qu’aux promenades de fin de semaine et aux touristes. Cela n’empêche pas des conflits d’usage sévères, qui valent bien ceux des alpages d’Europe. Ainsi, celui opposant la Gibraltar Ornithological and Natural History Society (GONHS, chargée de coordonner les soins aux macaques et les recherches à leur sujet) à des habitants des quartiers hauts et à certains opérateurs touristiques. Dans le premier cas, les habitants réclament le droit de se défendre contre les déprédations engendrées par les magots du clan de Farringdon Battery qui, pour trouver de la nourriture, n’hésitent pas à fouiller les poubelles, à pénétrer dans les maisons et les boutiques ou à voler les sacs ; à la demande de la GONHS, les autorités refusent (l’espèce étant protégée), et n’envisagent pas de clôturer la réserve (au nom d’une « nature » pourtant déjà fort anthropisée et de la « sauvagerie » des magots pourtant en sureffectif artificiel). Dans le second cas, il s’agit de l’application de la loi réservant à la GONHS le monopole de nourrir les macaques (pour que seuls des aliments adaptés leur soient servis), que guides et chauffeurs de taxi violent allègrement (auprès des clans de Middle Hill et d’Apes Den), à coups de biscuits et d’autres friandises, afin d’attirer les magots et d’amuser les touristes (et réciproquement ?).

7Gibraltar constitue donc une maquette de montagne autant qu’une fabrique d’insularité. Dans cette éprouvette transcendant les divisions entre géographie physique et géographie humaine, ces deux composantes offrent en guise de précipité une « britannité » fort spécifique – et, admettons-le, diablement sympathique quand, en plein mois de janvier, on peut partager dans la douceur d’une soirée méditerranéenne une bonne pinte de stout à la terrasse d’un pub.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berque A., 1990.– Médiance. De milieu en paysage, Paris, Belin.

Bing J.-B., 2005.– Partage territorial chez les primates simiens : Homo sapiens et Macaca sylvanus à Gibraltar, mémoire de maîtrise sous la direction de J.F. Staszak, Université Paris 1.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bonnemaison J., 1991.– « Vivre dans l’île. Une approche de l’îléité océanienne », L’Espace géographique, t. XIX-XX, n°2, p. 119-125.
DOI : 10.3406/spgeo.1990.2961

Debarbieux B. et Rudaz G., 2010.– Les faiseurs de montagne. Imaginaires politiques et territorialités, XVIIIe-XXIe s., Paris, CNRS éd.

Haut de page

Notes

1 Le film L’Anglais qui gravit une colline mais redescendit une montagne (1995), basé sur une histoire vraie, illustre bien cela, dans un autre contexte à la fois britannique et non-anglais.

2 Il ne s’agit pas là d’une blague franchouillarde assimilant les Anglais à des singes. Un dicton affirme : « When the monkeys will disappear, the British will go ». W. Churchill prenait au sérieux le poids des traditions : bien que (ou car ?) ayant une guerre mondiale à gagner, il s’occupa personnellement de faire venir des macaques du Maroc afin de repeupler le Rocher, dont la population d’origine, traumatisée par les bombardements allemands, se mourait.

3 Ainsi, la Suisse – puissance maritime connue pour avoir remporté plusieurs fois la Coupe de l’America.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bing, « Le Rocher de Gibraltar », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 24 septembre 2014. URL : http://rga.revues.org/2270

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bing

Université de Genève, département de géographie et environnement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine

Haut de page

Actualités