Navigation – Plan du site

Bernard Debarbieux et Gilles Rudaz, La montagne suisse en politique

Pierre Dessemontet
Référence(s) :

Bernard Debarbieux et Gilles Rudaz, La montagne suisse en politique, 2013

Texte intégral

1Dans la construction de l’identité nationale suisse, la montagne joue un rôle important – de l’émergence du tourisme à l’initiative sur les résidences secondaires en passant par le réduit national, son rôle dans la politique suisse a souvent – mais pas toujours – joué un rôle beaucoup plus important que son poids, démographique et économique. La montagne est un thème majeur de la politique suisse et de ce point de vue on ne peut que saluer la publication par les PPUR via sa collection Le Savoir Suisse d’un opuscule consacré à la thématique, et écrit par deux géographes : Gilles Rudaz, chargé de cours au département de géographie de l’université de Genève, et Bernard Debarbieux, professeur auprès de la même institution.

Ce qu’est ce livre

2Un opuscule, disions-nous : c’est le format de la série qui l’impose : un poche d’une centaine de pages, une brève introduction, une conclusion encore plus courte, et entre les deux, cinq chapitres qui constituent le cœur du propos et qu’il vaut donc la peine de détailler.

3Intitulé « La montagne et l’imaginaire national de la Suisse », le premier de ces chapitres revient sur l’irruption de la mythologie alpestre dans la construction de l’identité nationale et rappelle qu’elle est finalement très contemporaine, postérieure à la fondation de la Suisse moderne en 1848, et datant plutôt de Heidi, soit de la fin du XIXème siècle, et culminant naturellement durant la seconde guerre mondiale et les trente glorieuses.

4Le chapitre suivant, « L’entrée de la montagne dans les politiques publiques », revient plus en détail sur la traduction politique de cette thématisation de la montagne dans la politique helvétique, dressant un catalogue qu’on croira volontiers complet des différentes mesures prises, et qui pour le coup apparaissent bien ancrées dans des problématiques tout-à-fait matérielles : de la protection contre les inondations aux programmes de reboisement, d’ailleurs menés à la hussarde et contre la volonté locale, les premières politiques fédérales sont très interventionnistes sur le milieu alpin, ainsi que volontiers condescendantes vis-à-vis des autochtones. Ces politiques se couplent vite d’une forme de paternalisme qui proclamant la spécificité du milieu alpin, s’ingénie à améliorer les conditions de vie de sa population, et à viser à la réduction des disparités économiques entre plaine et montagne, politiques qui se poursuivront durant une grande partie du XXe siècle, et qui accompagneront les mutations économique et démographique de l’espace alpin.

5Le chapitre central de l’ouvrage, « La remise en cause contemporaine : la montagne en filigrane », revient pour sa part sur la rupture politique des années 1990, marquée par un abandon progressif des politiques interventionnistes sur le territoire alpin et leur remplacement par des politiques plus pointillistes, dans la droite ligne du « new public management ». En réalité, un lâchage des régions alpines après près d’un siècle de quasi-assistance spécifique, mais qui fait aussi suite au dépeuplement alpin, en même temps qu’à l’affirmation de plus en plus vocale de la Suisse urbaine et métropolitaine.

6L’avant-dernier chapitre, « convergences, controverses et lignes de clivage » s’intéresse quant à lui aux débats politiques portant sur la montagne en Suisse – autant d’ailleurs que sur ses points de convergence. L’impression qu’on en retire est que la Suisse est passée par différentes visions de ce qui doit être fait en montagne, passant par des périodes d’unanimisme – le réduit national, l’aide aux montagnards… – durant certaines périodes à des situations beaucoup plus conflictuelles, opposant par exemple différentes régions de montagne entre elles – comme sur l’initiative des Alpes, opposant les cantons du Gothard aux autres, mais aussi, et c’est nouveau, les régions alpines au reste du pays, comme la votation sur l’initiative sur les résidences secondaires l’a démontré. Le pays oscille donc entre une vision politique unanime et des visions conflictuelles de l’espace alpin.

7Le dernier chapitre « Montagnes sans frontières » s’intéresse enfin à la montagne suisse dans son environnement régional, un élargissement de vue rendu nécessaire par l’intégration de plus en plus forte de la Suisse dans son environnement européen, et la réponse institutionnelle : Convention alpine, programmes Interreg, COTRAO, etc…, qui en a été donnée.

Ce que ce livre n’est pas

8Au total, cet ouvrage constitue clairement une référence pratique et complète concernant les politiques publiques que la Suisse a menée en regard de ses régions de montagne, une véritable mini-encyclopédie où le lecteur non averti peut trouver des réponses et des pistes de recherche concernant toute politique publique ayant touché l’espace montagnard depuis la création de la Suisse moderne. Il est déjà beaucoup plus rapide sur la dimension mythologique de la montagne dans la psyché helvétique, sujet liquidé en à peine dix pages.

9Mais parce que nous écrivons dans une revue de géographie et que les deux auteurs sont géographes, il convient tout de même de spécifier ce que cet ouvrage n’est pas : il n’est pas une géographie de la montagne suisse – pas même une géographie politique de cet espace. C’est évidemment dû au format réduit de la collection, qui impose des choix drastiques. En l’occurrence, celui de s’en tenir, pour l’essentiel, aux politiques publiques concernant l’espace alpin et jurassien. C’est là la limite de l’exercice – sur un tel sujet, on aurait aimé que l’ouvrage détaille peut-être plus en détail les conséquences des politiques publiques menées, comme celles de l’évolution organique de cet espace.

10Il faut donc prendre cet ouvrage pour ce qu’il est : une excellente introduction à la politique suisse vis-à-vis de la montagne.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Dessemontet, « Bernard Debarbieux et Gilles Rudaz, La montagne suisse en politique », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Notes de lecture, 2014, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://rga.revues.org/2272

Haut de page

Auteur

Pierre Dessemontet

CEAT, EPFL, Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités