Navigation – Plan du site

Frédérique Novat, Arthur Novat, Laurent Belluard, Plans des pistes, les domaines skiables de France dessinés par Pierre Novat

Christophe Gauchon
Référence(s) :

Frédérique Novat, Arthur Novat, Laurent Belluard, Plans des pistes, les domaines skiables de France dessinés par Pierre Novat, Glénat, 2013

Texte intégral

1Son nom est sans doute moins connu que ses œuvres : Pierre Novat (1928-2007) produisit pendant plus de quarante ans des panoramas de domaines skiables. Tous les touristes et les amateurs de ski purent observer les affiches dans les offices du tourisme et eurent un jour en poche la version pliable. Voici donc que les éditions Glénat publient un épais album présentant un large choix des œuvres de Pierre Novat. C’est en 1964 que Pierre Novat livra son premier panorama de l’ensemble Tignes Val d’Isère dont les pistes venaient alors d’être reliées. Pierre Novat s’était défini lui-même comme panoramiste, néologisme qui décrivait bien son activité commerciale. Mais ses talents allaient au-delà de sa raison sociale et les panoramas reproduits dans cet album montrent que Pierre Novat fut aussi un grand peintre de la montagne enneigée.

2Le domaine skiable a été l’objet de prédilection de Pierre Novat. Sa palette couvre toutes les nuances de blanc et de bleu, d’abord dans des teintes plutôt pastels (par exemple Les Houches, 1969 ou La Clusaz, 1973) puis avec des couleurs de plus en plus saturées (Flaine, 1986 ou Chamonix, 1992). Lorsqu’il représente le Jura en hiver (1996), Lausanne et Vevey à l’arrière-plan sont uniformément recouverts de neige… Par comparaison, les panoramas estivaux sont plus ternes, manquent de relief et de contraste et tendent plus vers un art rural naïf (le Grand Bornand, 1981). Cette prédilection pour les paysages de la montagne hivernale témoigne de la sensibilité liée à l’essor des sports d’hiver. Les pentes sont là pour fournir du plaisir aux skieurs, Pierre Novat en saisit tous les détails et les magnifie par une virtuosité dans la disposition des ombrages (bel exemple sur la vallée des Belleville, 1974). Novat s’inscrit dans un rapport très personnel au réalisme : à première vue, il semble tendre vers une forme d’hyperréalisme dans la représentation de la montagne, mais ses panoramas ne sont rendus possibles que par des distorsions permanentes des distances, des directions, des hauteurs et des profondeurs de champ. Ainsi la place donnée aux premiers plans et aux arrière-plans est très caractéristique de cet art qui exagère la profondeur de champ pour mieux faire ressortir le domaine skiable au centre de la composition. On observe d’ailleurs les progrès réalisés par Pierre Novat au fil des années, si l’on se réfère au panorama assez maladroit des Portes du Soleil proposé en 1974 : sans doute l’espace embrassé par ce grand domaine relié était-il alors trop vaste.

3Pierre Novat procède à des changements d’angle, il invente des points de vue virtuels qui offrent une vue d’ensemble sur le domaine skiable qu’il souhaite représenter. Ainsi, dans un panorama de 1984, arrive-t-il à montrer en même temps Valmorel et Saint-François-Longchamp en chevauchant le col de la Madeleine et la vallée de Celliers. Les arrière-plans sont très soignés, parfois plus que les plans intermédiaires, car ils portent les grands sommets repères qui font aussi la valeur symbolique des stations. La distorsion bien maîtrisée et le choix judicieux des points de vue permettent ainsi de faire apparaître le mont Blanc ou la Meije dans les positions les plus surprenantes.

4Dans un sens, le titre de l’album est réducteur, car Pierre Novat n’a pas limité son activité aux seuls plans de pistes : certaines commandes l’ont amené loin des montagnes pour s’essayer aux panoramas urbains d’Orléans ou de Vichy. Les résultats apparaissent beaucoup plus banals, Novat ne peut pas jouer de la succession des plans ni des ombrages qui sont sa signature. Il a aussi produit quelques grands panoramas régionaux à l’échelle des Alpes du Nord, des Alpes occidentales ou du Jura ; à cette échelle, il lui est plus difficile d’opérer des distorsions et de les compenser par le dessin. Ces panoramas ressemblent donc à des photos aériennes obliques, voire à des cartes, cette tendance trouvant son aboutissement dans ce panorama des Hautes-Alpes (1991) qui s’inscrit dans la silhouette cartographique du département.

5Mais un choix éditorial aussi est responsable de cette distance entre le titre et le contenu de l’ouvrage : en effet, seule une dizaine de panoramas sont présentés dans la version finalisée de « plan des pistes », avec pistes et remontées mécaniques. Tous les autres sont des panoramas sans habillage commercial, sur lesquels ne figurent en général que les montagnes, les routes d’accès et le bâti des stations. Tout juste perçoit-on quelquefois les trouées à travers les forêts (Super-Bagnères, 1983). P. Novat travaillait ses panoramas auxquels il ajoutait ensuite différents calques fonctionnels dont il concevait aussi l’agencement et les légendes. Plus encore, on est surpris par l’absence totale de personnages, habitants ou touristes, sur ces panoramas (seule exception : Arette, 1970). Ce choix fait tout l’intérêt esthétique de l’album, mais en réduit aussi la valeur documentaire, car il serait illusoire de vouloir utiliser ces versions-là des plans-panoramas pour suivre l’évolution des espaces de pratique et de leur aménagement, à quelques exceptions près comme le plan de Pralognan (1987) qui figure des itinéraires de ski de randonnée, ou celui de Vars-Risoul (1997) avec les aménagements spécifiques, type snow-parks.

6C’est toute l’originalité de l’œuvre de Pierre Novat : résolument non réaliste d’un point de vue géométrique et cartographique, chaque panorama doit d’abord remplir son office de repérage. Cette œuvre conduit à réfléchir aux qualités requises par un discours non verbal sur l’espace des pratiques sportives et touristiques, autrement dit un discours qui s’adresse en priorité à des personnes qui ne connaissent pas bien le terrain sur lequel elles évoluent et où elles ont besoin de se repérer. C’est là que réside l’intérêt principal de cet album, à l’articulation entre les pratiques et les représentations, entre l’intemporalité des paysages enneigés et l’ancrage minutieux dans l’économie de la montagne à la fin du XXème siècle. Les panoramas de Pierre Novat donnent ainsi à réfléchir aux images de la montagne qui se sont imposées à la faveur de l’émergence et de l’organisation d’espaces dédiés à la pratique des sports d’hiver.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gauchon, « Frédérique Novat, Arthur Novat, Laurent Belluard, Plans des pistes, les domaines skiables de France dessinés par Pierre Novat », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Notes de lecture, 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rga.revues.org/2362

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Laboratoire Edytem, « Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne », Le Bourget du Lac,
christophe.gauchon@univ-savoie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités