Navigation – Plan du site

Antenina (Madagascar)

Ces « côtiers » qui, de leurs « montagnes », n’ont jamais vu la mer
Jean-Baptiste Bing

Texte intégral

Antenina (Madagascar)Afficher l’image
Crédits : Jean-Baptiste Bing
  • 1 Ainsi le domaine des Tsimihetys est doté d’un double accès à la mer dans Le riz à Madagascar de H. (...)

1La littérature ethnographique traditionnelle et la plupart des documents grands publics encore en circulation (guides de voyage, par exemple) divisent souvent la population malgache en deux grands types d’« ethnies », opposant les « côtiers » aux « habitants des Hautes-terres » (ou, expression plus surannée, « des Hauts-plateaux »). Or cette division, quoique largement entretenue par les Malgaches eux-mêmes, pèche par un bien trop grand schématisme. Elle masque une méfiance persistante entre les porteurs des différentes cultures de l’île qui, par-delà les stéréotypes et les caricatures, peut déboucher sur une véritable xénophobie parfois manipulée politiquement (par exemple par Didier Ratsiraka quand, en 1992 puis 2002, il a cherché à enrayer sa chute du pouvoir). Pourtant, la grande diversité des traditions et des dialectes n’empêche pas une réelle unité culturelle et linguistique de l’ensemble des Malgaches ; quant aux « frontières entre ethnies », elles sont des marches si mal définies qu’elles varient grandement selon les cartes1. Le rattachement quasi-automatique des populations à la côte ou aux Hautes-terres est donc tout simplement trop simpliste.

  • 2 La commune d’Antenina est d’ailleurs traversée par la route des zébus qui, élevés dans le pays Tsim (...)
  • 3 Pour un exemple humoristique de la chose – dû, justement, aux Inconnus – cf. http://www.youtube.com (...)

2Petit cas d’étude. Le village d’Antenina se trouve dans la région Analanjirofo, elle-même partie de la « côte Est » de Madagascar. En fait sise à une cinquantaine de kilomètres de la mer, Antenina trône sur l’une des collines qui font transition entre les lagunes bordant le littoral et les Hautes-terres. Cette zone de piémont se caractérise par l’enclavement, qui allonge et raréfie les déplacements. En dehors des zones bordées par les rares pistes carrossables, la quasi-totalité des trajets se fait à pied ou, sur la courte portion navigable des fleuves, en pirogue. Pour aller d’Antenina à Soanierana Ivongo (chef-lieu de district, où se trouve par exemple le lycée le plus proche), il faut trois à quatre jours de marche sur des chemins dont l’entretien et le balisage ont assez peu en commun avec nos GR2 ; plus précisément : trois pour les habitants, quatre pour les citadins ou les étrangers qui y ont à faire – ce qui, ce jour-là, était mon cas. Certains des enfants d’Antenina n’ayant jamais vu la mer, je tentai de la leur décrire ; à la difficulté d’exprimer avec des mots ce qui relève de l’inconnu (le « syndrome de Moctezuma »)3, s’ajoutaient les difficultés linguistiques, eux parlant aussi peu français que moi malgache. Par-delà l’anecdote, l’incident avait un caractère à la fois maritime et montagneux.

3Maritime. De Maroantsetra au Nord à Mahanoro au Sud s’étend le domaine des Betsimisarakas, dont la commune d’Antenina constitue l’une des marges occidentales. Ce gentilé apparut aux XVIIe siècle, quand les clans locaux constituèrent une vaste fédération, interface entre les puissances maritimes européennes et les tribus de l’intérieur. Jusqu’au XVIIIe siècle, leur flotte de guerre mena des raids de pillage sur les côtes Nord et Nord-ouest de Madagascar, aux Comores et en Afrique orientale. À en croire la tradition, Ratsimilaho lui-même, fondateur et unificateur du royaume, naquit de l’union d’une petite reine locale, Rahena, et d’un certain Thomas White qui ne serait autre que Thomas Tew, honorable commerçant anglo-américain devenu pirate (et, selon Daniel Defoe, un temps « grand amiral » de la République utopique de Libertalia). Encore aujourd’hui les zanamalata (« fils de mulâtres »), qui descendraient des amours entre femmes locales et Européens aux interlopes activités, forment une aristocratie métisse qui s’enorgueillit de ses origines. Enfin, les villages qui bordent l’océan Indien et les Pangalanes tirent une bonne partie de leurs ressources de la pêche. Bref en résumé : les Betsimisarakas incarnent, pour des yeux extérieurs, le prototype des « côtiers », et eux-mêmes entretiennent cette identité.

4Montagneux. Pour l’équipe venue de Soanierana Ivongo (en bord de mer, 30°C toute l’année…), nous étions en montagne. À force de franchir crêtes et thalwegs, nous avions peu à peu grimpé. Le soir, les températures baissaient nettement, tombant bien à une petite quinzaine de degrés et imposant l’usage de pulls et de bonnets. Avec les conditions biogéographiques, le paysage et l’économie avaient largement changé. D’abord, le riz pluvial avait presque complètement remplacé les rizières. Enfin les palmiers avaient quasiment disparu ; or, sur la côte et dans les collines de l’arrière-pays immédiat, l’exotique cocotier et l’endémique ravenala fournissent sinon tout, du moins beaucoup : toits et murs des maisons, ficelle, une partie de la nourriture et de la boisson.

5Tout cela étant posé, une précision s’impose : les habitants d’Antenina ne se définissent eux-mêmes ni comme « côtiers » ni comme « montagnards », mais comme agriculteurs. Ils travaillent la terre et, au besoin, savent exploiter les forêts proches. Leur appartenance aux Betsimisarakas est affaire de dialecte et de coutumes, pas de mer ou de côte. Enfin, même élevé et pentu, le relief conserve l’appellation de « collines » plutôt que de « montagnes » – terme qui, à l’exception de la « Montagne d’Ambre » au nord de l’île, se rapporte plutôt aux massifs dominant les Hautes-terres. D’ailleurs Antenina, même au-dessus d’un premier escarpement, reste largement sous les plateaux. Ces petits « côtiers de montagne » qui n’ont jamais vu la mer sont donc certes cocasses, mais comme souvent un examen un peu plus serré des deux termes et de leur contenu sémantique suffit à démonter l’apparent paradoxe.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre C., 2007.– Violences malgaches, Antananarivo, Foi et Justice.

Aubert S., Razafiarison S. et Bertrand A. (éds.), 2008.– Déforestation et systèmes agraires à Madagascar. La dynamique des tavy sur la côte orientale, Antananarivo, CIRAD/CITE/FOFIFA.

Debarbieux B., 2007.– « Le syndrome de Moctezuma ou Réflexions sur l’actualité et la pertinence du couple ville-campagne dans l’analyse territoriale », in. L. Monteventi Weber et al. (dir.), Campagne-ville : le pas de deux. Enjeux et opportunités des recompositions territoriales, Lausanne, Presses Polytechniques Universitaires et Romandes.

Debarbieux B., 2008.– « Construits identitaires et imaginaires de la territorialité : variation autour de la figure du montagnard », Annales de géographie, no660-661.

Deschamps H., 1972.– Les pirates à Madagascar, Paris, éd. Berger-Levrault.

Rajeriarison P. et Urfer S., 2010.– Madagascar, Paris, Le Cavalier Bleu.

Haut de page

Notes

1 Ainsi le domaine des Tsimihetys est doté d’un double accès à la mer dans Le riz à Madagascar de H. de Laulanié S.J., alors qu’il en est privé dans Mythes, rites et transes à Madagascar de R. Jaovelo-Dzao (très bons livres, à part ça).

2 La commune d’Antenina est d’ailleurs traversée par la route des zébus qui, élevés dans le pays Tsimihety, descendent par centaines jusqu’à la côte pour y être vendus et transformés en (succulentes) brochettes ; or par « route » il faut entendre un étroit sentier raviné – et imaginer les centaines de bêtes, encadrées par quatre ou cinq vachers à pied, dévalant chaque jour plusieurs dizaines de kilomètres…

3 Pour un exemple humoristique de la chose – dû, justement, aux Inconnus – cf. http://www.youtube.com/watch?v=55-W35dmye8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bing, « Antenina (Madagascar) », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rga.revues.org/2534

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bing

Université de Genève, département de géographie et environnement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités