Navigation – Plan du site

La mise en art des espaces montagnards : acteurs, processus et transformations territoriales

Appel à articles. Dates limites : 31 janvier 2016 (résumé) et 31 mai 2016 (articles). Direction du numéro : Sylvain Guyot, Université de Limoges, sylvain.guyot@unilim.fr.

Image 100000000000034700000276176BD1F1.jpg

“Hill and Valley”, 2014, Steven Siegel (USA), Blackfoot Pathways : Sculpting the Wild, Lincoln, Montana, USA (cliché : Sylvain Guyot, juin 2015).

Contexte

Cet appel à articles interroge les relations entre la mise en art et les espaces montagnards du point de vue d’une approche de géographie sociale et politique qui place les acteurs et leurs intentionnalités au cœur de la réflexion.

La mise en art ne consiste pas en une simple localisation d’un projet artistique au sein d’un espace montagnard. Il s’agit d’un processus spatio-temporel qui confère à l’artiste, à son œuvre et à son éventuel commanditaire un pouvoir d’interaction intentionnelle et de transformation des représentations et dynamiques territoriales en jeu. La mise en art s’intéresse préférentiellement à un type d’art situé, réalisé et exhibé in situ en extérieur (sculpture, installation, performance, land art etc.). Les articles s’intéressant à des médias artistiques de type peinture ou photographie pourront trouver leur place dans cet opus à condition que la réalisation et l’exposition des œuvres soient réalisées au sein du lieu de création (type « colonie de peintres »). La mise en art peut être éphémère, saisonnière ou permanente en fonction du type de production artistique retenue, à condition que cette dernière laisse une trace (matérielle, immatérielle, discursive etc.) à-même de transformer l’espace montagnard considéré. A ce titre, les projets artistiques in situ permanents seront considérés au même titre que certains festivals saisonniers d’art environnemental ou de land art.

La mise en art va au-delà du processus d’artialisation défini par Roger (1997) pour proposer une transformation des espaces montagnards basée sur le tryptique méditation / médiation / médiatisation et centrée sur les relations entre les artistes, leurs commanditaires, le public et les habitants. Une attention particulière sera portée sur les relations entre la mise en art et la spécificité des milieux naturels de montagne, au sein de périmètres protégés (parc national, PNR, réserve naturelle etc.).

Si les liens entre art et géographie, et entre art, nature, environnement et paysage ont fait l’objet de nombreuses réflexions de la part des spécialistes des sciences sociales, de l’histoire de l’art comme de l’esthétique l’étude de la mise en art, comme facteur de transformation et de légitimation territoriale, ouvre de nouvelles perspectives scientifiques. L’objectif de ce numéro spécial est d’établir et d’interpréter les processus qui sous-tendent la mise en art dans les espaces montagnards (espace alpin et, par extension, montagnes du monde).

Les relations entre la mise en art et les espaces montagnards apparaissent comme révélatrices des dynamiques contemporaines globales d’esthétisation des périphéries mondiales. Notre hypothèse est que la mise en art renouvelle la conception et la représentation des espaces montagnards et sont utilisés à des fins de transformation territoriale par différents types d’acteurs (ONG environnementales, élus, secteur touristique, habitants etc.). Notre appel à articles est résolument multiscalaire et associe une mise en perspective mondiale du phénomène à plusieurs applications régionales et locales représentatives de contextes spatio-temporels distincts :

Ce numéro spécial se donne pour objectif d’interroger de manière critique les fonctions et les finalités territoriales, politiques, économiques et sociales de la mise en art des espaces montagnards.

Problématiques et thèmes potentiels d’articles

Les propositions d’articles s’attacheront à nourrir le processus émergent de « mise en art », en s’appuyant de manière critique à la fois sur les démarches propres des artistes, sur les logiques (économiques, politiques etc.) de leurs éventuels commanditaires et sur leur réception par les différents publics (touristes, habitants etc.).

  1. Pourquoi les espaces montagnards ont-ils de plus en plus recours à la mise en art, et vice-et-versa ?

  2. En quoi la mise en art dans transforme-t-elle les espaces montagnards ?

  3. En quoi la mise en art participe-t-elle à la protection des espaces naturels montagnards ?

Calendrier

Les propositions d’articles d’environ 600 mots sont à envoyer en français (si auteur francophone) OU en anglais (auteurs d’autres langues) pour le 31 janvier 2016 à Sylvain Guyot sylvain.guyot@unilim.fr, et à la coordination éditoriale : Olivier Vallade, olivier.vallade@msh-alpes.fr et Sylvie Duvillard (Université pierre-Mendès France, CNRS PACTE, CNRS UMR5194), sylvie.duvillard@upmf-grenoble.fr.

Les articles définitifs sont attendus pour le 31 mai 2016.

Les articles définitifs doivent être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais. L’auteur doit au préalable prévoir la traduction dans la seconde langue après expertise. L’une des deux versions doit être en anglais. Si l’article est proposé en anglais au départ, la traduction doit être faite en français.

La publication est prévue dans le courant de l’année 2017.

Bibliographie

Références bibliographiques indicatives

Anne-Laure Amilhat Szary, 2012.– « Walls and border art : the politics of art display, Journal of Borderlands Studies » 27, 2 (2012) 213-228.

Besse J.-M. (ed.), 2010-a.– « La géographie comme référence en histoire des sciences, esthétique et philosophie », Numéro spécial de l’Espace Géographique, 2010-3.

Blanc N., Ramos J., 2010.– Ecoplasties : art et environnement, Paris : Manuella Editions.

Camille Boichot, 2012.– « Centralités et territorialités artistiques dans la structuration des espaces urbains. Le cas de Paris et Berlin », Thèse de doctorat, sous la direction de Nadine Cattan et de Stefan Krätke.

Boissiere, A. et al., 2010.– Activité artistique et spatialité, Paris : L’Harmattan.

Brady, E., 2007.– « Aesthetic Regard for Nature in Environmental and Land Art ». Ethics, Place & Environment, 10(3), p. 287-300.

Brun, J., 2007.– Nature, art contemporain et société : le Land Art comme analyseur du social, 3 vol. , Paris : L’Harmattan.

Claire Delfosse et Pierre-Marie Georges, 2013.– « Artistes et espace rural : l’émergence d’une dynamique créative », Territoire en mouvement, Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2014. URL : http://tem.revues.org/2147

Guinard, P., 2014.– Johannesburg : L’art d’inventer une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Guyot, S., 2015.– « Lignes de front : l’art et la manière de protéger la nature », Habilitation à diriger des recherches, Université de Limoges.

Hawkins, H., 2013.– « Geography and art. An expanding field : Site, the body and practice », Progress in human geography, February 2013 vol. 37 no. 1 52-71

Paquet S., 2009.– Le paysage façonné : les territoires postindustriels, l’art et l’usage, Québec : Presses de l’Université de Laval.

Regnauld, H., Volvey A., Heulot P, 2012.– « Géomorphosites et collection du FRAC Bretagne », Géocarrefour [En ligne], vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2013, consulté le 07 mai 2013. URL : http://geocarrefour.revues.org/8871

Roger, A., 1997.– Court traité du paysage. Paris : Gallimard.

Tiberghien, G.A., 2001.– Nature, art, paysage, Arles : Actes sud.

Volvey, A., 2012.– « Transitionnelles géographies : Sur le terrain de la créativité artistique et scientifique », Habilitation à diriger des recherches, Université Lumière Lyon 2, 303 p.

Zebracki, M., 2012.– Public Artopia : Art in Public Space in Question, Pallas Proefschriften, 190 p.

Haut de page

Actualités