Navigation – Plan du site

Montagne en e-chanson : Se canto sur YouTube

Jean-Baptiste Bing

Texte intégral

  • 1 Des vitraux des cathédrales à Hugo Pratt, le patrimoine européen est riche…
  • 2 Dans son L’art populaire en Suisse (Genève, Zoé, 1999), Nicolas Bouvier considère que le XXe siècle (...)

1Il y a bien des manières de raconter une histoire. En faire une chanson, par exemple, exige une maîtrise à la fois technique et poétique, afin de concentrer toute la force d’un imaginaire et d’une narration en quelques couplets. Autre méthode : la traduire en images, ce qui permet au narrateur d’orienter la concrétisation de l’imaginaire dans telle ou telle direction1. Depuis quelques années, la chanson et l’iconographie – ces deux arts populaires2 – se croisent grâce au développement de l’Internet : des sites comme YouTube ou Dailymotion offrent ainsi un large champ d’expression à l’imaginaire de la montagne et à l’étude de ses transformations.

2Ici, il sera question du Se canto3, vieille chanson occitane qui remonte au XIVe siècle et est attribuée à Gaston III Fébus (1331-1391, comte de Foix et seigneur de Béarn). Aujourd’hui, en la présentant souvent comme un « hymne occitan4 » (voire « de l’Occitanie5 »), ses amateurs – fort divers – l’entonnent par exemple en solo à l’Assemblée nationale pour interpeller un ministre6, ou en chœur dans les stades de football7 et de rugby8 pour revendiquer un attachement à leur club et à leur région. Dans des contextes plus apaisés, sa popularité résonne en chorale dans des églises9, sur des places10 et en camp scout11.

Croix occitanes et maillot du TFC : Se canto appropriée par les supporters toulousains.

Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=tto2ZPxIEbU

3Sur YouTube, la chanson apparaît souventes fois illustrée par de superbes photos des Pyrénées12 ; les commentaires, eux, vont de louange en louange à propos de ce massif. Les paroles de la chanson révèlent pourtant une toute autre perception du milieu :

Dessous ma fenêtre
Y'a un oiselet
Toute la nuit chante
Chante sa chanson

Refrain :

S'il chante, qu'il chante
Ce n'est pas pour moi
Mais c'est pour ma mie
Qui est loin de moi

Ces fières montagnes
A mes yeux navrés
Cachent de ma mie
Les traits bien-aimés

Refrain

Baissez-vous montagnes,
Plaines, haussez-vous
Que mes yeux s'en aillent
Où sont mes amours

Refrain

Les chères montagnes
Tant s'abaisseront
Qu'à la fin ma mie
Mes yeux reverront

4Les montagnes, quoique « chères », y apparaissent donc comme un obstacle séparant les amoureux, et le narrateur conclut en souhaitant leur disparition. Contradiction ? Non : changement d’époque. Entre le médiéval Gaston Fébus et les contemporains posteurs sur YouTube, il y eut le passage (via, entre autres, l’abbé Joseph Bovet et son Vieux chalet13) de la montagne-malédiction à la montagne-loisirs.

Les paroles exhortent les montagnes (très jolies) à s'abaisser.

Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=qI_F69kckGc

5Par ailleurs, outre que (comme nous venons de le voir) les interprétations d’un même texte varient selon les auditeurs, plus généralement l’imaginaire transcende la réalité à laquelle il fait référence. Ainsi, Se canto a servi d’accroche à un spectacle sur les Cathares14 ; or ceux-ci avaient déjà disparu quand Gaston Fébus vint au monde : quoiqu’erronée du point de vue chronologique, l’équation identitaire Cathares = Occitanie = Se canto, joue à plein dans bien des commentaires. Quant à la version nîmoise, elle néglige assez logiquement les montagnes, mais fait référence à d’autres imaginaires – pas moins agréables d’ailleurs – comme l’amour et le bon vin…

Par-delà la chronologie et les doctrines, une ambiance de fête dans la cité dite médiévale de Carcassonne autour de l'histoire revisitée des Cathares.

Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=2pvc8Pj1Wi8

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Des vitraux des cathédrales à Hugo Pratt, le patrimoine européen est riche…

2 Dans son L’art populaire en Suisse (Genève, Zoé, 1999), Nicolas Bouvier considère que le XXe siècle et les Trente Glorieuses ont fait disparaître l’art populaire – dont il exclut d’ailleurs la chanson. Je considère plutôt que, si certaines formes d’art populaire ont disparu, d’autres, mieux adaptées aux techniques et aux goûts contemporains les ont remplacées (les « tifos » dans les stades, par exemple) ; par ailleurs certaines chansons (celles appropriées, transmises, transformées par le grand public) me paraissent relever effectivement de l’art populaire. (La place manque ici pour un débat approfondi quant à l’art populaire, mais ce livre est si riche et j’apprécie tant son auteur, que je m’offre ici cette petite polémique.)

3 Selon la variété dialectale, on trouve ce titre également orthographié Se canta, Se chanto ou Se canti. Mais la chanson s’intitule aussi Aqueras montanhas (voir video en annexe) (ou Aqueros montagnos), A la font de Nimes… Cf. http://www.nemausensis.com/Nimes/Secanto/SeCanto.htm pour comparer les paroles de différentes versions.

4 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=lQIRt9D-IUw

5 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=ZaJEpA_IODE

6 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=WlnT_Hbo9UE

7 À Toulouse : https://www.youtube.com/watch?v=tto2ZPxIEbU

8 À Albi : https://www.youtube.com/watch?v=3GNg_SptJFc. On attend avec impatience qu’une équipe ose franciser le haka venu du Pacifique, en l’adaptant à ce chant !

9 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=zlWwSsIIr2E

10 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=XOAZpmgKN5w

11 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=gpWWRrDpu9g

12 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=FO5ZQSftGCk ou https://www.youtube.com/watch?v=p1un0NeCBUw

13 Connue aussi sous le titre Là-haut sur la montagne : Cf. http://www.youtube.com/watch?v=_9Scg3kzpD8

14 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=2pvc8Pj1Wi8

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copie d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=FO5ZQSftGCk
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2963/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Croix occitanes et maillot du TFC : Se canto appropriée par les supporters toulousains.
Crédits Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=tto2ZPxIEbU
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2963/img-2.png
Fichier image/png, 441k
Légende Les paroles exhortent les montagnes (très jolies) à s'abaisser.
Crédits Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=qI_F69kckGc
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2963/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Par-delà la chronologie et les doctrines, une ambiance de fête dans la cité dite médiévale de Carcassonne autour de l'histoire revisitée des Cathares.
Crédits Capture d’écran YouTube, 6/01/2016. https://www.youtube.com/​watch?v=2pvc8Pj1Wi8
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2963/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bing, « Montagne en e-chanson : Se canto sur YouTube », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Montagnes en fictions, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://rga.revues.org/2963

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bing

Université de Genève, département de géographie et environnement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités