Navigation – Plan du site

Et La Guindaine accoucha du CAL

Annie Béalon

Texte intégral

Et La Guindaine accoucha du CalAfficher l’image
Crédits : CAL, 2015

1Qu'est le CAL ? Une allitération : « kelkal ? » Un lointain cousin de Quetzalcoatl... avec l'ajout de quelques lettres ? Que nenni, le CAL est le tout jeune Club Alpin Libertaire, né le 6 août 2015 à La Guindaine, située à presque 2000 mètres d'altitude au-dessus de Villar d'Arène dans les Hautes-Alpes. Quelques passionnés de montagne en avaient eu l'idée deux à trois mois auparavant. La Guindaine est une improbable maison d’architecte, propriété de la commune de Villar d’Arène et gérée par l’association « Astroguindaine1 », en position un peu précaire sur une pente instable. Tellement instable qu’une partie de la terrasse propice aux observations astronomiques a dû être démolie car devenue trop dangereuse. Et de grandes fissures parcourent les murs de La Guindaine qui, parait-il, les jours de grand vent vibre. Une autre association « Guindain'again » vient de voir le jour2. La Guindaine est un lieu qui inspire…

Pourquoi un nouveau Club Alpin ?

2Il existe le vénérable Club Alpin Français (CAF), devenu Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne (FFCAM) en 2005. Né le 2 avril 1874 à Paris après la création de clubs alpins anglais, suisse, italien... avec, le CAF a comme son nom l'indique, un caractère national voire nationaliste. Il nait à Paris, bien loin des montagnes alors que le CAL est né au milieu des épilobes et des edelweiss (un peu plus haut les edelweiss !). Le CAF a été créé, comme ses confrères européens, par des bourgeois cultivés mais avec, et c'est tout à son honneur, une grande différence : il n'a jamais fait preuve de misogynie même s'il n'y a pas de femme parmi les membres fondateurs. Le CAL est né de la volonté d'un groupe qui ne se définit pas par son origine sociale mais par ses intérêts variés pour la montagne et ses attachements libertaires. Un groupe comprenant des femmes et des hommes de tout âge.

3En 1904, le CAF adopte la devise « Pour la patrie, par la montagne ». 1904, c'est après la défaite de 1871, la Commune et la difficile naissance de la Troisième République, à une époque où le nationalisme revanchard prospère. Tous les clubs alpins européens affichent des volontés nationalistes, ce qui entraîne des conflits entre eux puisque les Alpes sont disputées entre nations : en 1947 la France annexe la Vallée Etroite qui était italienne et qui, maintenant, est rattachée à la commune de Névache. Si aujourd'hui les conflits ne sont plus les mêmes, la devise, elle perdure.

4En 2015, le CAL adopte la devise « Par la montagne, pour l'émancipation ». Seul point commun avec le CAF, la référence à la montagne. Mais pour le CAL, il s'agit de toute la montagne sans tenir compte des frontières fussent-elles dites naturelles alors qu'elles ne le sont pas et ne l'ont jamais été. Les Alpes ne sont pas françaises, suisses... elles sont montagne. En refusant l'enfermement par des frontières, le CAL est libertaire. Le CAL n'est pas patriote et ne se reconnaît pas du tout dans la devise du CAF. À la patrie, il oppose l'émancipation qui n'est pas enfermement mais ouverture, l'affranchissement de toute contrainte dit le dictionnaire Larousse. L'individu peut s'émanciper grâce à la montagne, grâce à la liberté qu'il peut y trouver, émancipation physique mais aussi intellectuelle. Et au delà, en partageant ses connaissances, ses pratiques, ses expériences avec les autres et en profitant des connaissances, pratiques et expériences des autres, c'est l'émancipation de tout un groupe que la montagne peut générer.

CALeuses et CALeux en marche

Crédit : CAL, 2015

5L'existence du CAL était donc nécessaire pour regrouper librement des individus dont l'attachement à la montagne ne se réduit pas seulement à trouver une place dans un refuge, à partir le premier, à la frontale, pour éviter que les précédents ne déclenchent quelques malencontreuses chutes de pierres quitte à les infliger aux suivants ! Bien qu'un peu schématique et réducteur, ce propos n'est pas complètement faux. La compétition qui engendre de tels comportements depuis que des cordées « font » des sommets est totalement étrangère et même en contradiction avec l'esprit du CAL.

Que faire du CAL et dans le CAL ?

6Le CAL sera ce que les gens qui se reconnaissent dans sa charte en feront. La charte est courte, claire et disponible sur le site du CAL3.

7« Le club fonctionne en réseau », dit la charte. Cela permet des relations entre personnes ayant des centres d'intérêt communs. Tous ceux qui se reconnaissent dans la charte ne sont pas obligés de faire la même chose en même temps. Appartenir au CAL est le fruit d'une réflexion sur la montagne, pas le résultat du paiement d'une cotisation pour obtenir une carte de membre ! Pas de cotisation, pas de carte mais des projets communs à un groupe.

8Le petit groupe fondateur qui s'est réuni à La Guindaine a commencé par faire connaissance car tous ne s'étaient pas déjà rencontrés, a mis au point la charte le soir après des journées bien remplies. Certains ont fait de longues randonnées. Mais il y a aussi eu la réflexion sur le barrage du Chambon et son avenir4, des rencontres avec des habitants de la vallée et les bergers s'occupant de quelques 1800 brebis au dessus de La Guindaine. En une semaine, et même moins pour certains, des aspects différents de la montagne ont été abordés physiquement ou intellectuellement. Sans oublier... « photographiquement ».

Vallée de la Haute Romanche, au-dessus de La Guindaine

Crédit : CAL, 2015

9Bien sûr, il y a des projets, pas seulement dans les Alpes, pour 2016. Le CAL, fondé à La Guindaine presque par hasard parce que quelqu'un connaissait quelqu'un qui connaissait, par définition s'émancipe y compris des lieux ! En 1936, il y a 80 ans, commençait la guerre civile en Espagne. On a du mal à imaginer aujourd’hui en voyant les troupeaux de vaches, moutons et chevaux plus ou moins ensemble franchir allègrement et sans surveillance la ligne de crête faisant office de frontière entre France, Espagne et Andorre pour trouver des conditions météorologiques favorables, que les Pyrénées devinrent alors une montagne barrière que certains voulaient franchir. Du sud vers le nord pour sauver sa peau, du nord vers le sud pour aller soutenir les républicains et les passages sud-nord puis nord-sud pour aller d’ouest en est et vice versa. ! Et surtout, la France (celle du Front Populaire) voulut rendre hermétique cette frontière pour empêcher les réfugiés d'affluer avec des idées politiques qui n'étaient pas les bienvenues. Les passeurs prennent alors une grande importance. Un séjour dans les Pyrénées vers Gavarnie entre le 20 et le 29 août permettra d’aborder cet aspect de la vie en montagne en célébrant les passeurs libertaires comme Ramon Vila Capdevila dit Caraquemada, en liaison avec des camarades espagnols. Une intervention publique dans la vallée est envisagée afin que le séjour et les idées qu’il générera prennent une dimension collective, sociale. Tout est en projet et à préciser. Il y a de multiples possibilités de « pratiquer » la montagne et ce séjour en sera la preuve.

10Dernière précision : je vous présente le CAL alors que je ne peux plus faire de randonnée. Ce point importe peu en raison des possibilités offertes par la rencontre et le partage d'idées qui remplacent et (pour d'autres) complètent les plaisirs de la marche ou de se tenir perché sur un sommet. Echanger avec les bergers autour d'un apéro un peu improvisé. Prendre conscience en voyant les lieux, des problèmes concrets des habitants de la Haute Romanche privés de la liaison avec Grenoble. Alors que la plupart des médias guettent surtout l'effondrement de la montagne dans le lac du Chambon sans trop chercher à savoir comment on en est arrivé là.

11C'est la montagne et c'est le CAL, il vous attend5.

Haut de page

Bibliographie

Dictionnaire encyclopédique des Alpes, 2006.– Editions Glénat, Grenoble, 2 vol.,1280 p.

Haut de page

Notes

1 http://www.astroguindaine.com/

2 Son but, tel que publié dans le Journal officiel : « Poursuivre, entretenir et animer, dans l’esprit de sa fondatrice Philiberte Joannard, la construction remarquable sise au lieu-dit La Guindaine, témoin d’une époque et marqueur particulier de la vallée des Faranchins. »

3 https://clubalpinlibertaire.wordpress.com/charte-du-cal/

4 Cf. « La lettre d’Orion » (blog de P. Pelletier, Université Lyon II) : http://libelalettredorion.blogs.liberation.fr/

5 Contact : clubalpinlibertaire@riseup.net

Haut de page

Table des illustrations

Légende CALeuses et CALeux en marche
Crédits Crédit : CAL, 2015
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Vallée de la Haute Romanche, au-dessus de La Guindaine
Crédits Crédit : CAL, 2015
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/2985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Béalon, « Et La Guindaine accoucha du CAL », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rga.revues.org/2985

Haut de page

Auteur

Annie Béalon

Professeur retraité d'histoire-géographie en lycée

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités