Navigation – Plan du site

Martin F. Price, Mountains : A Very Short Introduction

Bernard Debarbieux
Référence(s) :

Price, M. F., 2015. – Mountains : A Very Short Introduction. Oxford University Press, Oxford, 152 p.

Texte intégral

1Quand un domaine d’expertise académique a déjà fait l’objet de quantité de publications, il peut sembler plus simple d’ajouter à la liste un livre de 300 pages que d’en rédiger un très bref et très synthétique. C’est pourquoi la collection de livres de poche d’Oxford University Press “Very short introductions” mérite notre attention. Chacun des livres de cette collection riche déjà de près de 450 titres contient entre 120 et 180 pages. Chacun s’efforce de combiner une connaissance de base largement partagée et la vision personnelle d’un auteur réputé pour le thème retenu.

2L’ouvrage sobrement intitulé Mountains, vient entre Mormonism et Muhammad. Son auteur, Martin Price, a déjà publié nombre de livres sur les montagnes. Il a aussi joué un rôle décisif dans la mise en place, à l’échelle mondiale, d’une communauté scientifique spécialisée sur les montagnes ; récemment, il a organisé, pour la troisième fois consécutive, le rassemblement de cette communauté en Écosse. Dans ce contexte, ce livre peut être dit classique de par sa posture épistémologique, représentatif des principales façon d’écrire sur les montagnes chez les scientifiques de ces 25 dernières années, mais aussi, dans le même temps, original dans la façon de combiner ses contenus.

3Le livre s’ouvre sur des considérations personnelles sur les montagnes – « une partie importante de ma propre vie » (xv) – puis discute la question toujours ouverte de la définition de la montagne. Price nous rappelle la surprenante proposition faite par Peattie en 1936 : un des critères de définition de la montagne, est qu’elle frappe l’imagination de ceux qui vivent dans ses alentours. Mais très rapidement, Price adopte un point de vue assez différent : il définit et qualifie les montagnes selon des critères objectifs et leur cartographie à l’échelle planétaire constitue le cadre de l’analyse d’ensemble. Ce faisant, le projet reste très fidèle à l’acception de la notion de montagne qui a dominé la littérature académique des trois derniers siècle (voir Debarbieux et Rudaz, 2015).

4Par la suite, l’essentiel du livre s’efforce d’expliquer en quoi les montagnes sont importantes pour l’écosystème planétaire (châteaux d’eau, hotspots de biodiversité, etc.) et les modes de vie humains (exploitation minière, valeurs culturelles, etc.). Ici, Price combine son expertise académique (fondée sur des données disponibles à l’échelle planétaire et des illustrations) et une conviction personnelle (« pourquoi les montagnes comptent-elles ? »). Cette approche a été au cœur de la mobilisation scientifique depuis le Sommet de la Terre, quand les défenseurs de la cause des montagnes sont parvenus à attirer l’attention sur elles durant la Conférence et à leur faire une place dans l’Agenda 21. Depuis lors, Price a été un des principaux chercheurs à répéter à l’envi pourquoi les élus, les ONG et la société civile devraient se soucier des montagnes, apportant les éléments factuels sur lesquels repose cette conviction.

5Le troisième caractéristique de ce livre réside dans la façon originale qu’a Price d’organiser sa description. Il est toujours à l’aise dans les synthèses ambitieuses, articulant les dimensions humaines et naturelles des régions de montagne, désireux de souligner les similarités et les différences entre les montagnes des diverses parties du globe. Le lecteur ne trouvera pas de chapitre dédié exclusivement aux caractéristiques naturelles avant des chapitres traitant successivement les faits démographiques, sociaux, culturels et politiques. Bien que le livre s’en tienne à une ontologie duale classique (nature versus culture), tous les chapitres combinent des éléments de caractérisation humaine et naturelle, souvent sur un mode original. Ainsi, un chapitre intitulé d’une façon qui défie la représentation du sens commun – « les montagnes ne sont pas éternelles » – combine des observations relatives à l’orogénèse, à l’érosion, aux risques naturels et à l’exploitation minière ; le chapitre consacré à l’eau analyse le rôle des montagnes dans le régime des cours d’eau à l’échelle mondiale, mais décrit aussi les techniques variées utilisées pour collecter l’eau pour l’irrigation et la mettre au service de la production d’électricité ; le chapitre « aires de biodiversité » confère autant de place à la biodiversité qu’à la diversité culturelle. D’une certaine façon, ce livre s’efforce de placer au centre même de sa description multi-thématique quelques notions transversales qui rendent son contenu original.

6Il s’agit assurément d’une « très courte introduction » à la thématique des montagnes ; mais ce livre de poche est aussi une très bonne illustration de ce qui se dit sur les montagne aujourd’hui dans le monde académique, et il le dit avec une réelle plus-value due aux qualités personnelles de son auteur.

Haut de page

Bibliographie

Debarbieux B., Rudaz G., 2010.– Les Faiseurs de Montagne, Paris, CNRS Editions.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3109/img-1.png
Fichier image/png, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Martin F. Price, Mountains : A Very Short Introduction », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Notes de lecture, 2016, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://rga.revues.org/3109

Haut de page

Auteur

Bernard Debarbieux

Department of Geography and Environment, University of Geneva, 1205 Geneva, Switzerland
Bernard.Debarbieux@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités