Skip to navigation – Site map

Pascal Mao et Fabien Bourlon, Le tourisme scientifique en Patagonie chilienne

Un essai géographique sur les voyages et explorations scientifiques
François de Grandpré
Bibliographical reference

Mao P., Bourlon F. Le tourisme scientifique en Patagonie chilienne. Un essai géographique sur les voyages et explorations scientifiques. Harmattan (L') - coll. Tourismes et sociétés. Mars 2016 - 260 pages - 27.00 € (papier). ISBN : 978-2343077871

Full text

1Pascal Mao et Fabien Bourlon, tous deux géographes, réussissent avec éloquence à montrer que la rencontre du tourisme et de la science – le premier qui consiste à quitter son lieu habituel de vie le temps d’un séjour et le second à développer méthodiquement les connaissances – a été, et est encore aujourd’hui, au cœur de la Patagonie chilienne. Ils en dégagent une définition et une déclinaison du tourisme scientifique qui semble porteuse pour la mise en valeur de ce territoire. Ils rapportent aussi différentes initiatives mises de l’avant pour positionner ce territoire chilien sur ces bases.

2Les auteurs commencent par proposer une définition du tourisme scientifique, qu’ils déclinent en quatre formes apparentées à la science :

  1. le tourisme d’exploration et d’aventure à dimension scientifique ;

  2. le tourisme culturel à contenu scientifique ;

  3. l’écovolontariat scientifique ;

  4. le tourisme de recherche scientifique.

3Ces formes de tourisme sont présentées sur deux axes. Le premier axe réfère au niveau d’implication de l’acteur (touriste, usager ou concepteur) dans la construction du produit. Le second axe renvoie à la dimension scientifique de l’activité dans sa conception et son déroulement. Ces pratiques touristiques, que nous pouvons appeler « produits » sont souvent amalgamées pour former ce que les auteurs nomment le « cercle vertueux du tourisme scientifique ». Des exemples concrets sont évoqués quant à l’utilisation du tourisme scientifique pour mettre en valeur le territoire, particulièrement dans la Région d’Aysén.

4Les auteurs plongent ensuite le lecteur au sein de faits historiques bien documentés, qui nous amènent au temps de la découverte des Amériques, des premières circumnavigations autour du monde, et de la rencontre avec les premiers habitants de ces territoires. Ils nous offrent une lecture intéressante, pertinente et porteuse de réflexions. Avec des talents de « conteurs » par moment, de théoriciens à d’autres et de stratège enfin, ils arrivent à montrer la pertinence sociale, culturelle et stratégique de cette approche de développement qui semble tout à fait propice à ce territoire. Est-ce une autre utopie qui vient s’ajouter à toutes celles dont ce territoire a été le théâtre ? Je ne pense pas, je pense même que d’autres territoires, qui sont eux aussi situés aux confins du monde, comme le Grand Nord canadien par exemple, pourraient s’inspirer de ce positionnement original. Le boréal gagnerait à s’inspirer de l’austral.

5La Patagonie, qu’elle soit chilienne ou argentine, est profondément entrée dans l’imaginaire des voyageurs pour peu qu’ils soient aventuriers et amateurs de nature et de grands espaces. L’évocation de ses ressources naturelles (océans, fjords, glaciers, lacs, montagnes, forêts, climat, faune et flore), de ses endroits mythiques (Terre de Feu, détroit de Magellan, Cap Horn, la cordillère des Andes, Ushuaia, la ville « del fin del mondo ») et de ses explorateurs (Magellan, Darwin, Drake, etc.) en font un endroit chargé d’une symbolique qui alimente fortement l’imaginaire. Il n’est donc pas surprenant que des écrivains tels Jules Vernes y aient trouvé inspiration. D’un autre côté, la distance qui sépare ce territoire des grandes zones émettrices de touristes, la concurrence à l’échelle mondiale, le niveau limité du développement des structures et des infrastructures nécessaires au tourisme, la prédation des multinationales, la faible démographie, la position australe extrême qui influence son climat sont autant de facteurs qui, malheureusement pour certains, et heureusement pour d’autres, en font un territoire relativement à l’abri des assauts du tourisme de masse. Comme le rapportent les auteurs, la Patagonie est plus connue qu’elle n’est visitée.

6Ce livre est essentiellement basé sur la portion chilienne de la Patagonie. Le côté argentin (plus de 80 % de la Patagonie), qui est pourtant plus important en superficie, en population et en fréquentation touristique n’y est que très partiellement abordé. C’est peut-être une bonne chose. Cela a permis aux auteurs d’isoler un phénomène qui ne serait pas ressorti aussi clairement si l’offre avait été plus abondante et diversifiée.

7La Patagonie chilienne présente une offre touristique relativement limitée considérant l’ampleur de ce territoire. Les auteurs citent tout de même, le Parc national de Torres del Paine, les îles de Chiloé à la limite Nord de la Patagonie avec ses maisons multicolores sur pilotis et ses églises, des lodges pour la chasse et la pêche, et la Carretera Austral. Cette route, laissée en héritage par le régime Pinochet, permet d’explorer depuis peu des coins de pays qui étaient jusqu’à récemment pratiquement inaccessibles sans compter qu’elle présente une alternative à la mieux connue route 40 en Argentine.

8En dehors de ses quelques destinations et infrastructures, la Patagonie chilienne reste un territoire difficile à visiter. Elle ne s’offre pas facilement au premier venu. Comme le rapportent les auteurs, « la Patagonie n’est pas un lieu d’errance et de divagation touristique ». À l’image des trois M (militaires, missionnaires et marchands) le touriste scientifique, au sens large, est peut-être le mieux outillé pour explorer et apprivoiser la Patagonie chilienne.

9La mise en lumière de cette forme particulière de tourisme alternatif est une des contributions intéressantes de ce livre. Le produit « tourisme scientifique » s’ajoute ainsi à la mosaïque des produits touristiques. En fait, le tourisme scientifique est intéressant à plus d’un point de vue. Dans le cas de la Patagonie chilienne, il fournit une trame historique, contemporaine et prospective qui donne un sens au tourisme dans cette région. De plus, le tourisme scientifique est un produit « noble » puisqu’il est associé à l’apprentissage, au développement des connaissances personnelles et collectives, sans compter qu’il s’insère dans une volonté d’implication locale. Ces avantages aident à légitimer les déplacements aux confins du monde dont l’empreinte carbone est considérable vu la distance qui les sépare des grands marchés émetteurs.

10On apprend que le tourisme scientifique est plus qu’une simple déclinaison de l’écotourisme même si des rapprochements sont évidents. C’est une approche qui définit le territoire et qui pourrait même contribuer à la construction identitaire de sa population.

Top of page

List of illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3481/img-1.jpg
File image/jpeg, 272k
Top of page

References

Electronic reference

François de Grandpré, « Pascal Mao et Fabien Bourlon, Le tourisme scientifique en Patagonie chilienne  », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [Online], Books reviews, 2016, Online since 05 October 2016, connection on 25 September 2017. URL : http://rga.revues.org/3481

Top of page

About the author

François de Grandpré

Professeur-chercheur. Université du Québec à Trois-Rivières. Département d'études en loisir, culture et tourisme. CP 500 Trois-Rivières (Qc, Can) G9A 5H7. Directeur de la revue Tourisme & Territoires / Territories & Tourism

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page

News