Navigation – Plan du site

La mise en art de la Blackfoot Valley (Montana, USA) ou comment (ré) concilier le front minier et le front écologique ?

Sylvain Guyot et Gabrielle Saumon
Traduction(s) :
Aestheticising the Blackfoot Valley (Montana, USA), or How to Reconcile the Mining Frontier and the Eco-Frontier

Résumés

Cet article met en scène une vallée des montagnes Rocheuses, dans l’État du Montana (États-Unis), au cœur des espaces symboliques de l’Ouest américain, fortement marqués par les notions identitaires de wilderness et de frontier. Riche d’un passé d’extraction minière, forestière et d’une importante activité d’élevage, au service des pionniers, la vallée de la Blackfoot est aujourd’hui un excellent exemple de ligne de front, entre ce passé extractif – non complètement enfoui – et la protection de la nature, véritable front écologique actif initié aux niveaux fédéraux, étatiques mais aussi aux niveaux communautaire et individuel. Les différentes représentations et appropriations de l’espace montagnard tendent ainsi à créer des fractures socio-économiques et socio-politiques au sein des populations de la vallée. Un projet artistique in situ entièrement privé (Blackfoot Pathways : Sculpting the Wild) permet de proposer une ressource alternative partagée entre éco-gentrifieurs et chômeurs post-extractifs. Les œuvres in situ entrent en effet en résonnance avec le passé minier de la vallée autant qu’avec la nature sauvage environnante. Ce projet implique-t-il le partage de valeurs communes dans un espace rural en pleine recomposition ? S’il permet de concilier spatialement un front minier en voie de patrimonialisation et un front écologique très vivace, permet-il vraiment de réconcilier sur le long terme des populations montagnardes aux trajectoires socio-économiques très diverses ?

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article s’insère dans les recherches menées au sein de l’ANR IRGENT (Gentrification rurale en France, Royaume-Uni et États-Unis), UMR 6042 CNRS GEOLAB, Université de Limoges.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Terrain réalisé en juin 2015 par les auteurs, pour le compte de l’ANR IRGENT (gentrification rurale (...)

1Cet article s’intéresse à un espace montagnard, la vallée de la Blackfoot dans l’Ouest du Montana1 (États-Unis), caractérisé par une double problématique d’extraction-protection qui est encore d’actualité dans d’autres montagnes du monde (Andes, Alpes). Les sociétés montagnardes en prise avec de tels processus antithétiques sont fragmentées et sont marquées par des oppositions sociales préjudiciables à une gestion apaisée des territoires. L’hypothèse est faite ici que la mise en art (voir article introductif de Sylvain Guyot dans le même numéro), définie comme processus de création et d’installation artistiques réalisés in situ en résonnance avec l’espace montagnard (Guyot, 2015), permet de tisser de nouveaux liens socio-politiques entre des activités apparemment irréconciliables. La mise en art permet de transformer, à la marge ou de manière plus profonde, des représentations négatives énoncées autour de certains espaces montagnards (« montagne à vaches », « vallée sinistrée », « espace de relégation »), en les re-esthétisant, comme en France dans la montagne auvergnate avec le projet « Horizons Arts-Nature en Sancy » ou dans l’arrière-pays dignois avec le projet des « Refuges d’art » (voir article introductif).

2L’art peut ainsi être tout autant considéré comme un outil d’apaisement/envenimement des situations conflictuelles que comme un moyen de (re)connaissance et de revitalisation de patrimoines culturels et naturels montagnards en interrelation. Le concept de front (miniers et écologiques) est également convoqué ici (Guyot, 2012) afin d’éclairer la manière dont s’affrontent de manière conflictuelle dans l’espace et dans le temps des usages différenciés de la nature.

3En effet, consubstantiels des notions de frontier et de wilderness, les concepts de fronts miniers et écologiques trouvent un écho particulier dans le contexte de l’Ouest des États-Unis (Guyot, 2011). Au XIXe siècle, la conquête de l’Ouest se nourrit autant de l’extraction minière que d’une fascination pour la nature sauvage qui a conduit à des mesures précoces de protection dès les années 1870 : la wilderness et la frontier sont les terreaux de l'identité américaine (Turner, 1920 ; Ridge, 1991 ; Nash, 2001 ; Lewis, 2007) et la conquête des pionniers le cœur du processus de construction nationale. Les deux notions sont en effet intrinsèquement liées l’une à l’autre : la wilderness est ce qu'il reste de nature sauvage de l'autre côté de la frontier (Saumon, 2016 & en cours). Si wilderness et frontier, qui trouvent leur origine dans les balbutiements de l’histoire de l’Ouest, sont toujours au cœur des dynamiques territoriales, les fronts miniers et écologiques connaissent quant à eux des périodes d’ouverture et de fermeture et font l’objet de cyclicités (Guyot, 2012 & 2015). Dans la vallée montagnarde de la Blackfoot, le front minier a connu son apogée dans les années 1940 mais ne semble pas encore totalement révolu (gestion post-minière, nouvelles revendications) ; le front écologique, malgré un premier cycle au début du XXe siècle, est en pleine expansion depuis une vingtaine d’années. L'Ouest américain connaît ainsi une profonde mutation territoriale qui repose sur la manière dont l'environnement est réinvesti aujourd'hui, de ressource naturelle à extraire, dans une perspective productiviste, à un paysage à valoriser, dans une perspective post-productiviste. Cette réinterprétation de la nature de l'Ouest est au fondement de la transformation de l’« Old West » en « New West » (Power, Barrett, 2001 ; Travis, 2007 ; Bryson, Wyckoff, 2010), qui signifie la nouvelle attractivité d'un territoire reconquis aujourd'hui par des néo-arrivants et des gentrifieurs (Saumon, en cours). Le processus de mise en art, matérialisé par l’initiative « Blackfoot Pathways, Sculpting the Wild », appartient à la logique post-industrielle du New West mais créé des ponts mémoriels et patrimoniaux entre les acteurs, et avec l’Old West. S’il permet de concilier spatialement un front minier en voie de patrimonialisation et un front écologique très vivace, permet-il vraiment de réconcilier des populations montagnardes aux trajectoires socio-économiques très diverses ?

4Un premier temps de l’article est consacré à la Blackfoot comme vallée montagnarde en transition, symbolique de l’Old West, qui devient iconique du New West, entre ligne de front et espace partagé. Un second temps est dédié à la question de la mise en art comme facteur de réconciliation territoriale entre Old et New West.

La Blackfoot, une vallée des Rocheuses en transition 

5La Blackfoot est une vallée du Nord des montagnes Rocheuses située à l’Ouest du Continental Divide (ligne de partage des eaux entre Pacifique et Atlantique), entre Missoula à l’Ouest et Helena à l’Est (figure 1).

Figure 1. La vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis)

Figure 1. La vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis)

Conception et réalisation S. Guyot, G. Saumon, F. Cerbelaud, Université de Limoges, GEOLAB CNRS 6042, juin 2016.

6Moins connue internationalement par les touristes que le parc national de Glacier situé plus au Nord, elle a tout de même servi de cadre au récit de Norman Maclean A River Runs Through It (MacLean, 1976), adapté au cinéma par Robert Redford en 1992 (Redford, 1992). Réel moteur des migrations d’aménités, la pêche à la mouche est devenue une véritable industrie touristique depuis le succès de ces récits de nature. Haut-lieu de la conquête minière, de l’exploitation forestière et de l’élevage, la vallée se tourne aujourd’hui vers les aménités environnementales pour attirer de nouvelles populations aisées et à fort capital culturel.

Une vallée emblématique de l’ « Old West »

7Les trois piliers de l’Old West sont l’extraction minière, l’exploitation forestière et le ranching. Ces activités ont induit la création d’une settler society de montagne, très attachée aux ressources primaires produites par le sol et le sous-sol (Travis, 2007) et nourrie par des récits de cow-boys.

8La découverte de l’or dans la vallée en 1865 marque l’envol de la localité de Lincoln. Mais ce sont surtout le zinc et le plomb, localisés dans la partie amont de la vallée (Upper Blackfoot Mining Complex), qui ont structuré le front minier dans cette région des Rocheuses. Le pic extractif a lieu dans les années 1940, pour la fabrication de missiles et de munitions dans l’économie de guerre. Puis l’extraction connait des phases de fermeture et de réouverture, avec des précautions minimales prises pour la protection du bassin versant. Un lac artificiel, censé contenir les écoulements pollués, est aménagé en 1941 (Mike Horse Dam) mais se fissure le 19 juin 1975, polluant massivement la rivière Blackfoot. La gestion de cette pollution et le démantèlement/réaménagement des mines est encore d’actualité avec la décision, prise en mars 2016 par le Ministère de la qualité environnementale de l’État du Montana, de lancer le « final cleanup » du complexe minier2. Dans les années 1990, un autre grand projet minier d’envergure, le Mc Donald Gold Project, défraye la chronique et ravive de manière conflictuelle l’esprit local du front minier.

  • 3 Les 155 forêts nationales américaines sont des forêts fédérales, gérées par l’United States Forest (...)

9L’exploitation du bois (bûcheronnage et découpe) s’est faite en relation avec l’exploitation minière dans les forêts nationales3 d’Helena et de Lolo, démarquées par le gouvernement fédéral dès 1906. Elle donne lieu à la création de vastes scieries, dont la plupart sont fermées aujourd’hui, à l’exception de la Blackfoot Timber Products qui a rouvert depuis peu en utilisant du bois importé.

  • 4 Les nouveaux arrivants participent parfois à la fabrique d’un idéal fermier, mettant en scène leur (...)

10Dans la partie centrale de la vallée (vers Ovando) s’est développée une importante activité d’élevage autour de la constitution de vastes ranchs. Certaines de ces exploitations sont encore en fonctionnement aujourd’hui, mais la plupart tendent à se transformer en amenity ranches4 (Gill et al. 2010 ; Woods 2016), appartenant à des gentrifieurs motivés par la recherche et la protection d’aménités environnementales.

11Ces trois activités marquent encore considérablement les paysages, les habitants et les mentalités de la vallée de la Blackfoot, même si elles donnent aujourd’hui des signes d’essoufflement. Avec la création des aires de wilderness5 de Bob Marshall en 1964, de Scapegoat en 19726, et la prise de conscience par les habitants de la pollution de la rivière en 1976, des logiques plus écologiques vont s’imposer dans cette région des montagnes Rocheuses, en phase avec l’arrivée régulière de nouvelles populations, porteuses de représentations renouvelées du territoire et de l’environnement.

Une vallée iconique du « New West » 

12Le tournant démographique de l'Ouest américain est radical et la littérature scientifique a enregistré cette mutation : comparés au taux national de 13,2 %, les 11 États de l'Ouest ont connu une croissance démographique de 20 % dans les années 1990, contre 13,2 % pour le taux national, soit 10,2 millions de nouvelles arrivées, majoritairement dans les nonmetropolitan counties (Travis, 2007). Dans le comté de Lewis et Clark, où est localisée la partie supérieure de la vallée de la Blackfoot, l’évolution suit les mêmes tendances : + 16,25 % de 2000 à 2014, avec une surreprésentation nette des catégories socio-professionnelles intellectuelles supérieures par rapport au reste du pays : 45,1 % contre 36,4 % (Headwaters Economics, 2016). Ces mobilités s’inscrivent dans le cadre des mouvements de retour à la nature, manifestes depuis les années 1970 : dès la fin des années 1980, Laurence A.G. Moss créé le concept d’amenity migration pour qualifier ces mobilités motivées par la recherche d’aménités environnementales (Glorioso et Moss, 2011).

13Si l’Old West est lié à la figure du front minier, le New West est consubstantiel du front écologique. Les amenity migrants correspondent à une catégorie d’éco-conquérants qui souhaitent associer qualité de vie, conscience environnementale et conservation locale des paysages, des écosystèmes (Guyot, 2015).

14Au front écologique top-down (logiques fédérale et étatique) déployé dans la vallée depuis la création des forêts nationales en 1906 jusqu’à la mise en place des aires de wilderness dans les années 1960, se substitue un front écologique co-piloté par les nouveaux habitants de la vallée, les autorités publiques, des ONG environnementales nationales et internationales. Il suit plusieurs étapes mettant en scène différentes initiatives. La carte montre l’extension du front écologique local, ou comment la protection de la nature devient le facteur principal de reconquête territoriale de cette vallée montagnarde (figures 2 et 3). La phase pionnière de ce front correspond aux années 1975-1992, puis se concrétise par la création, en 1993, du Blackfoot Challenge (cf. infra) et, enfin, se consolide dans les années 2000 avec la coopération de grandes ONG comme le Nature Conservancy.

15L’élément déclencheur de ce front écologique est l’importante pollution de la rivière en 1975 suite à la rupture du Mike Horse Dam qui retenait les eaux contaminées du complexe minier de l’Upper Blackfoot. Les habitants réalisent qu’une telle pollution impacte fortement pêche et chasse (faune empoisonnée ou empoisonnements), activités partagées par toutes les catégories d’habitants ainsi que par les touristes. Se pose aussi un problème de santé publique pour les résidents de la vallée.

Figure 2. Le front écologique en œuvre dans la vallée de la Blackfoot

Figure 2. Le front écologique en œuvre dans la vallée de la Blackfoot

Source & droits : Blackfoot Challenge.

16La première initiative concerne l’adoption en 1976 d’un plan de gestion récréatif de la rivière Blackfoot, suivi par la création de la première servitude de conservation (conservation easement) de l’État du Montana. Ces programmes7 permettent à des particuliers de transformer tout ou partie de leurs terrains en aires de protection des écosystèmes, leur ouvrant le droit à une subvention de conversion ou à de conséquentes réductions d’impôts, contre l’impossibilité de construire de nouveaux bâtiments sur les parcelles dorénavant protégées. Des associations ou organismes étatiques coordonnent ces servitudes de conservation : le « Five Valley Land Trust », le « Montana Land Reliance » ou encore le « Fish and Wildlife Program ». Ces programmes permettent d’éviter la subdivision des parcelles (65 ha minimum dans le comté de Powell, au centre de la vallée) et sont un atout pour maintenir l’intégrité écologique de la vallée. À travers le dispositif (conseil, expertise et inspection) mis en place par les organismes coordinateurs se transmettent aussi des valeurs de vérité et de discipline inhérentes à la gouvernementalité du front écologique (Foucault, 1978 ; Fletcher, 2010 ; Guyot, 2015). Beaucoup de résidents interrogés ont exprimé l’importance des discussions entre voisins et avec des représentants d’ONG pour changer leurs mentalités. Certains nouveaux venus protègent les aménités environnementales en tant qu’investissement financier, directement valorisable par l’augmentation du prix de leurs propriétés. Un autre effet est d’empêcher la construction de nouveaux logements en nombre et donc de sélectionner socialement les catégories de nouveaux arrivants.

  • 8 Tous les ans, l’ONG American Rivers publie un rapport intitulé The America’s Most Endangered Rivers (...)
  • 9 http://bbctu.org/Home_Page.php, consulté le 10/06/2016.
  • 10 « Restore and conserve the cold water fishery of the Blackfoot River and its tributaries »
  • 11 http://blackfootchallenge.org/, consulté le 10/06/2016.

17En 1989, l’ONG American Rivers déclare que la Blackfoot est la rivière la plus en danger des États-Unis8. Cette déclaration fait suite à la création en 1987 par un groupe de propriétaires, pêcheurs et biologistes de la « Big Blackfoot Chapter of Trout Unlimited9 » dont l’objectif est « la restauration et conservation des poissons d’eaux froides de la rivière Blackfoot et de ses affluents ».10 Le devenir de la rivière est enfin relayé au niveau national. Dans cette dynamique, en phase avec le coup de projecteur médiatique de R. Redford en 1992, est créée l’année suivante l’organisation locale à but non lucratif « Blackfoot Challenge »11 pour établir des liens entre les habitants dans leur diversité, qu’ils soient locaux de longue date, néo-arrivants, agriculteurs, bûcherons ou retraités, et les problématiques environnementales posées au bassin versant de la Blackfoot. Le président de l’association est statutairement un propriétaire privé local. La méthode de cette association est le principe du « 80/20 » : faire avancer les questions consensuelles qui recueillent l’adhésion de 80 % des membres et discuter de manière constructive les 20 % de sujets problématiques restants comme la faune sauvage ou l’extraction minière – le Wildlife Conflict Reduction Program par exemple tend à négocier la présence, nuisible pour certains, de loups (12 meutes) et grizzlis (50 têtes). Les bureaux du Blackfoot Challenge sont au cœur de la vallée, à Ovando, à moins d’une heure de route des habitations de la plupart des 1 500 membres. Certains ranchs ne seraient pas viables sans le Blackfoot Challenge qui se charge de coordonner le paiement des compléments financiers en lien avec les programmes de protection de la nature.

18Après la création du Blackfoot Challenge, le front écologique gagne en intensité et en stabilité, avec la mise en place de 2004 à 2015 de projets pour transférer en zones de protection des parcelles forestières privées exploitées par l’entreprise Plum Creek : le Clearwater Project12 et le Montana Legacy Project13, avec la Nature Conservancy. De la coopération entre cette dernière et le Blackfoot Challenge va naître, en 2004, le Blackfoot Community Project14 qui amène les propriétaires fonciers locaux à cogérer des parcelles forestières, des prairies et des zones humides pour un élevage durable et la préservation des écosystèmes. Il faut ajouter à ces initiatives le principe du « block management15 », géré depuis 1996 par l’État du Montana, qui donne un revenu aux propriétaires qui acceptent chasseurs et pêcheurs, ayant signé une charte de bonne conduite écologique, sur leurs terres. De nombreux propriétaires, sans participer à tous les programmes évoqués, gèrent cependant leurs terres de manière écologiquement consciente. Cette conversion écologique génère-t-elle alors une ligne de front conflictuelle incompatible avec les logiques d’extraction minière ?

Ligne de front ou espace partagé ?

19La vallée de la Blackfoot est divisée par une triple ligne séparatrice, économique, sociale et territoriale, génératrice de conflits récurrents.

20L'émergence d'une économie du New West a eu pour corollaire le déclin de l'économie de l'Old West. Ces dernières décennies, les productions primaires issues de la mine, du bois, de l'agriculture ou du ranch, au cœur de l'économie de l'Ouest américain depuis 150 ans, ont souffert d'un effondrement des prix, d'un épuisement progressif des ressources, de mutations technologiques, d'évolutions des politiques de régulation. Alternativement, il faut souligner dans la littérature scientifique la place accordée à une économie qualifiée de « postproductive » dans la mutation territoriale de l'Ouest américain. Ce sont dorénavant les aménités environnementales, et non les ressources à extraire, qui en constituent le cœur (Bryson and Wyckoff, 2010).

21D'un point de vue social, le New West est interprété par certains auteurs comme le territoire d'une nouvelle forme de lutte des classes. Pour J. Dwight Hines, l'opposition entre les nouveaux arrivants issus de la middle class et upper middle class et une population locale working class s'exprime par la manière dont les résidents envisagent le paysage dans lequel ils s'inscrivent et l'usage qui doit en être fait : entre une interprétation industrielle de l'utilisation des sols – via l'agriculture, l'exploitation minière et forestière – et une relecture postindustrielle où le paysage est pensé comme le support d'expériences récréatives et contemplatives, le conflit de classe est manifeste (Hines, 2010). Il est très visible à Lincoln (amont de la vallée), où vivent de nombreux ménages modestes, parfois frappés par le chômage, il l’est moins vers Ovando (centre de la vallée).

Figure 3a. Paysage de la vallée, dans les environs de Lincoln

Figure 3a. Paysage de la vallée, dans les environs de Lincoln

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

Figure 3b. Paysage de la vallée, dans les environs d’Ovando

Figure 3b. Paysage de la vallée, dans les environs d’Ovando

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

22La ligne de séparation, économique et sociale, est aussi territoriale. La vallée de la Blackfoot est divisée administrativement entre trois comtés (d’ouest en est, ou d’aval en amont : Missoula, Powell et Lewis and Clark) administrés par trois capitales situées à l’extérieur du bassin-versant (Missoula, Deer Lodge et Helena) (figure 1). Les localités de Seeley Lake, Ovando et Lincoln, non constituées en communes autonomes, sont gérées par leurs capitales de comtés et par des commissaires élus. Cette division ne facilite pas la gestion publique du bassin-versant. Les trois parties de la vallée se différencient d’un point de vue paysager et socio-économique. Les alentours de Seeley Lake sont dédiés au tourisme et aux activités récréatives, les environs d’Ovando sont des espaces ouverts convoités par les amenity ranchers convertis aux servitudes de conservation et la haute vallée de Lincoln reste marquée par les activités extractives et par une surreprésentation des forêts nationales. La ligne de front extraction minière/conversion écologique remonte vers l’amont de la vallée, en témoigne l’augmentation des servitudes de conservation autour de Lincoln (figure 2), et correspond aux lignes de séparation socio-économiques déjà évoquées.

23Ces lignes de front sont propices à la résurgence cyclique de conflits entre acteurs. De 1992 à 2000, un projet d’extraction aurifère à l’est de Lincoln, le McDonald Gold Project, a divisé les habitants de la vallée, parfois au sein des mêmes familles. Il a été annulé suite à un référendum dans l’État du Montana : « En 1998, les écologistes ont soutenu le référendum d’initiative populaire n°137, qui interdit le recours au cyanure (permettant de séparer l’or de sa matrice minérale) dans toutes les nouvelles mines. Le référendum a été approuvé par les habitants du Montana. » 16  » L’état financier du consortium extractif a aussi pesé dans la renonciation minière17. À Lincoln, de tels conflits peuvent diviser de manière récurrente les résidents. Ce n’est donc pas un hasard si le projet de mise en art « Blackfoot Pathways, Sculpting the Wild » a été localisé à proximité de cette ville, au contact de la ligne de front entre extraction minière et conversion écologique.

La mise en art pour réconcilier l’Old et le New West ? Le projet « Blackfoot Pathways, Sculpting the Wild »

24Les projets artistiques dans la vallée de la Blackfoot ne se résument pas au parc de sculptures de Lincoln18. Néanmoins, ce dernier apparait en phase avec les différentes identités territoriales évoquées en première partie. Sa dimension in situ en fait un processus de mise en art visible par le plus grand nombre et n’est pas associée à une démarche commerciale. Comment la partie amont de la vallée s’est-elle « mise en art » ? Quel est l’impact d’un tel projet sur les logiques séparatrices traversant le bassin versant ? Selon quels processus la mise en art participe-t-elle au processus de règlement des situations conflictuelles déjà évoquées ?

Le processus de mise en art entre acteurs, territoires et réseaux

25Le parc de sculpture « Blackfoot Pathways, Sculpting the Wild » a été créé en 2014 à l’initiative de Kevin O’Dwyer19, artiste métallurgique et commissaire artistique irlandais, et de Rick Dunkerley20, artiste métallurgique (couteaux) américain installé depuis 30 ans à Lincoln. Leur rencontre en 2011 à Seattle, dans le cadre d’une résidence artistique autour de l’acier, a débouché sur l’idée de trouver un terrain proche de Lincoln pour y créer des œuvres in situ faisant un double écho à l’histoire environnementale et extractive de la vallée, en s’assurant de la participation conjointe de ses habitants et d’artistes internationaux travaillant dans des contextes naturels et industriels similaires. L’objectif du processus de mise en art est quadruple : exhumer le patrimoine extractif dans un but de valorisation artistique et patrimoniale ; alerter sur la vulnérabilité environnementale et la richesse des écosystèmes de la vallée ; associer les habitants, en particulier les plus jeunes au travers de sorties éducatives ; développer le tourisme dans la partie supérieure de la vallée de la Blackfoot, que les visiteurs ne font en général que traverser (route 200).

26Rick Dunkerley s’est assuré de l’adhésion de la « communauté » avant de faire venir Kevin O’Dwyer en 2013 pour débuter officiellement le projet. Il faut insister sur le caractère « grassroot » (populaire) de cette initiative, qui n’a pas été soutenue, au début du moins, par les autorités culturelles du comté, de l’université de Missoula et de l’État du Montana, en raison de son caractère prétendument « anecdotique ». Ce sont des donateurs locaux, nationaux et internationaux qui ont permis de faire venir des artistes internationaux et de les rémunérer pour leur travail. Kevin O’Dwyer a déjà développé un processus de mise en art post-industrielle en Irlande21 et, fort de cette expérience et de son réseau international développé, il a plaidé pour attirer à Lincoln des artistes de renommée internationale22 (Chris Drury, Brandon Ballengee), qui permettront ainsi de médiatiser nationalement et internationalement ce territoire périphérique relativement isolé. L’objectif est aussi d’améliorer la perception de la partie amont de la vallée de la Blackfoot connue pour ses scandales miniers et ses désastres écologiques. Comme le dit un résident rencontré, c’est « un grand pas pour Linclon un sacré coup de pouce et une vraie distinction23 » L’association à but non lucratif qui gère le parc de sculptures est composée essentiellement de résidents et d’acteurs de la vallée24. Depuis notre venue sur le terrain en 2015, elle incorpore plusieurs membres du Blackfoot Challenge25 afin de créer des liens entre les différentes parties de la vallée en particulier avec les gentrifieurs d’Ovando. Depuis l’ouverture du parc de sculptures en 2014, cinq résidences artistiques ont eu lieu, et une douzaine d’œuvres in situ ont été installées au cœur d’un bois loué par l’école de Lincoln à l’association. Ce terrain de 28 ha devait initialement permettre à l’école de s’agrandir au début des années 2000 si le projet de mine d’or (McDonald) avait dû voir le jour. À l’échelle du parc de sculptures et de sa localisation26, l’objectif de réconciliation entre les dimensions Old et New West de la vallée semblent évident : qu’en est-il aux échelles des œuvres d’art et des habitants ?

L’art au service d’un triple processus de médiation

27La mise en art de la vallée de la Blackfoot se fait au travers de la création et de l’installation d’œuvres semi-permanentes in situ (durée de vie d’une dizaine d’années) au service d’un triple processus de médiation, territoriale, environnementale et sociale.

28La médiation territoriale par l’art consiste à faire entrer en résonance artistique et à donner de la visibilité (à) des éléments appartenant à l’Old et au New West. L’œuvre Montana Memory: Re-Imagining the Delaney Sawmill TeePee Burner (figure 4), réalisée de 2014 à 2015 par Kevin O'Dwyer, est représentative de cet objectif : « Autrefois très répandus dans le Montana et dans tout le NW, ces incinérateurs sont le témoignage d’une industrie forestière jadis florissante. Icônes du patrimoine industriel, ces incinérateurs ont disparu du paysage, effaçant par là-même le patrimoine culturel de générations d’habitants locaux. Cette œuvre d’art permet de restaurer ce dernier point de repère industriel de Lincoln, au nom de la mémoire collective et pour les générations futures.27 » C’est la pièce maitresse du parc de sculptures, imposante par ses dimensions (22,86 x 13,71 m), devenue emblématique de l’ensemble du dispositif, utilisée comme logo de communication. Ancienne tour de combustion d’une scierie locale fermée en 1971, elle était abandonnée dans la nature. Elle a été démontée puis remontée dans ce nouvel espace artistique et dotée d’un éclairage nocturne orangé évoquant le temps de son fonctionnement. Élément du patrimoine montagnard local, cette œuvre rappelle aux plus anciens habitants une époque maintenant révolue et permet aux nouveaux arrivants d’intégrer la profondeur historique des lieux. Depuis l’été 2015, l’intérieur du Teepee sert de lieu de spectacle destinés autant aux touristes qu’aux habitants de la vallée.

Figure 4. Montana Memory: Re-Imagining the Delaney Sawmill TeePee Burner, 2014-2015. Kevin O'Dwyer (Irlande)

Figure 4. Montana Memory: Re-Imagining the Delaney Sawmill TeePee Burner, 2014-2015. Kevin O'Dwyer (Irlande)

Dimensions : 22,86 x 13,71 m. Œuvre financée par le Tippet Rise Fund of the Sydney E. Frank Foundation & Montana History Foundation

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

29Une autre œuvre est au service de cette ambition de médiation territoriale : « A Gateway of Change », réalisée en 2014 par l’artiste danois Jorn Ronnau. Elle représente un siège, un totem, une porte (figure 5a) et une cité d’or (Figure 5b).

« En créant une porte d’entrée, on ouvre sur une nouvelle expérience. À 14 mètres de cette entrée, en face de l’ouverture, j’ai placé une chaise haute avec des escaliers en colimaçon, tous réalisés avec des troncs d’arbres. À l’opposé de l’entrée, et visible depuis la chaise, on trouve maintenant un petit village avec des toits d’or, directement sculptés dans un tronc. D’un côté de la forêt, la nature… et de l’autre, une vision, un village de rêves, d’initiatives, une utopie, au choix selon vos désirs personnels. »28

30L’œuvre évoque trois dimensions essentielles de la vallée : la nature montagnarde du Montana – du bois local de pin a été utilisé comme matériau artistique – le nature writing, et la cité d’or mythique que Lincoln aurait pu devenir. Figurative, cette œuvre contemporaine peut être appropriée par tous les types de publics présents dans la vallée ou parmi les visiteurs de passage car elle montre qu’une porte (gateway) peut ouvrir vers plusieurs fronts pouvant cohabiter. À ce jour, c’est la seule œuvre faisant référence aux Nations indiennes, les inscriptions du totem ayant été traduites en langue Crow.

Figure 5a. A Gateway of Change (porte et chaise haute), 2014. Jorn Ronnau (Danemark)

Figure 5a. A Gateway of Change (porte et chaise haute), 2014. Jorn Ronnau (Danemark)

Materiaux: Pin Ponderosa, pierre dorée à la feuille d’or, (hauteur 5 m, longueur 30 m, largeur 10 m).

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

Figure 5b. A Gateway of Change (cité d’or), 2014. Jorn Ronnau, (Danemark)

Figure 5b. A Gateway of Change (cité d’or), 2014. Jorn Ronnau, (Danemark)

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

31La médiation environnementale par l’art consiste à utiliser une œuvre pour faire prendre conscience à un public de l’importance d’une problématique écologique peu visible en l’absence de cette intervention artistique. L’œuvre de Brandon Ballangee « Love motel for insects29 » (figure 6) consiste à attirer la nuit, sur une surface unie en forme de papillon, éclairée par une lumière fluorescente, des insectes en voie de disparition – en l’occurrence le monarch butterfly30 –, et qui resteraient invisibles pour l’œil humain en l’absence de ce médium artistique. L’artiste, biologiste et militant écologiste, fait passer son message lors de sa résidence artistique d’une semaine dans la vallée en juin 2015, devant élèves et résidents.

Figure 6. Love motel for insects, Brandon Ballangee (États-Unis)

Figure 6. Love motel for insects, Brandon Ballangee (États-Unis)

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

32Enfin, la médiation sociale par l’art consiste à utiliser la « communauté locale » lors de l’installation d’une œuvre, pour permettre ainsi à différents types de résidents de se rencontrer et de s’approprier en commun un objet qui fait sens à leurs yeux. Cette participation a été sollicitée à plusieurs reprises dans le parc de sculptures, par exemple en 2014 lors de l’érection de Hill and Valley, œuvre de l’artiste états-unien Steeven Siegel (figure 7) : « En associant fabrique artistique et processus environnementaux, il construit des sculptures impressionnantes en utilisant des grandes quantités de produits de consommation courante qui reflètent parfaitement les cycles d’accumulation et de décomposition matérialisés dans le sol. Le travail de Siegel permet d’engager un dialogue sur la société, le paysage et les formes, avec un œil rivé sur les processus naturels.31 »

  • 32 Une autre œuvre, East West Passage (2015), des artistes britanniques (rôle nationalité ?) Mark Jaco (...)

3314 tonnes de journaux ont été récupérés dans des imprimeries et ont été disposées, à la main, avec 200 kg de clous et 28 troncs de pins locaux par un collectif d’habitants, véritable allégorie des dynamiques anthropiques et naturelles observées dans la vallée. À l’image de cette dernière œuvre, la plupart des pièces présentées dans ce parc32 cumulent deux ou trois fonctions de médiation.

Figure 7: Hill and Valley, 2014. Steeven Siegel (États-Unis)

Figure 7: Hill and Valley, 2014. Steeven Siegel (États-Unis)

Matériaux : 14 tonnes de journaux, 200 kg de clous et 28 troncs de pins locaux.

Cliché : S. Guyot, G. Saumon.

34Un tel projet a permis d’associer localement les artisans héritiers du front extractif (travailleurs du bois, du métal, de la pierre) et les nouveaux habitants en quête d’aménités environnementales et de contenu culturel. En revanche, plusieurs résidents rencontrés expriment ouvertement leur scepticisme par rapport à un projet chronophage, couteux et qui, pour le moment, n’a guère attiré de nouveaux touristes. D’autres mettent en avant des arguments contraires. Ils s’inquiètent à l’idée qu’un tel parc de sculptures va médiatiser à outrance la vallée, en attirant des touristes, mais aussi davantage de nouveaux habitants en quête de terrains et propriétés. Ils citent pêle-mêle les exemples de Whitefish, de Bozeman, de la Bitterroot Valley, tous très convoités dans le Montana, comme autant de contre-modèles de ce que ne devrait jamais devenir la vallée de la Blackfoot. Entre ces deux types d’oppositions, qui restent minoritaires, semble plutôt s’esquisser une success-story, même s’il est encore trop tôt pour en mesurer les effets réels. D’autres processus de mise en art d’espaces périphériques étudiés par les auteurs en France (Guyot, 2015) et en Afrique du Sud (Guyot & Guinard, 2015) ont montré des oppositions plus marquées de la part des populations locales. Une des caractéristiques de la vallée de la Blackfoot, à l’image du Blackfoot Challenge, réside peut-être dans la capacité des acteurs locaux à mettre argent et énergie autour d’objectifs partagés, à identifier et minimiser les conflits… qui pourtant peuvent ressurgir du jour au lendemain, comme l’a prouvé cette irruption inopinée d’une milice d’extrême droite dans la vallée en 2015. De même, l’investiture de Donald Trump, dont le programme politico-économique s’affiche clairement en faveur des activités extractives, risque de mettre à mal l’équilibre environnemental sur lequel repose l’apaisement social de la vallée.

Conclusion :

35La mise en art de la vallée de la Blackfoot s’impose comme un outil temporaire de résolution des conflits socio-spatiaux et propose l’esquisse d’une transition pacifiée entre Old et New West, basée sur une forme nouvelle d’hybridation des récits (entre narrations héritées autour du passé extractif et art contemporain), des ressources environnementales (enfouies, extraites et aménités à protéger) et des espaces montagnards (vallée supérieure autour de Lincoln, vallée intermédiaire autour d’Ovando et vallée inférieure à proximité de Seeley Lake). Le parc de sculptures de Lincoln permet d’esthétiser et de positiver la ligne de front existant toujours entre passé extractif et présent écologisant, en proposant une triple médiation territoriale, environnementale et sociale. Si un tel projet récent peut permettre de médiatiser sur le court terme nationalement et internationalement la vallée de la Blackfoot, Lincoln en particulier, il ne résout pas encore sur le long terme la question de l’identité et du patrimoine autochtones au sein d’un jeu d’acteurs encore très « blancs », puisqu’aucun artiste indien n’est intervenu dans le projet artistique. Il interroge aussi la capacité à promouvoir une formation et une valorisation artistique locales. Processus de réconciliation entre front minier et front écologique, dynamique d’hybridation entre Old et New West, la mise en art nécessitera un investissement soutenu dans le futur pour produire une véritable transformation territoriale continue et durable.

Haut de page

Bibliographie

Bryson J., Wyckoff W., 2010.– « Rural Gentrification and Nature in the Old and New Wests », Journal of Cultural Geography, vol.27, n°1, pp. 53-75

Gill N., Klepeis P., Chisholm L., 2010.– « Stewardship Among Lifestyle Oriented Rural Landowners », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 53, n°3, pp. 317-334

Glorioso R., Moss, L.A.G, 2011.– « Origines et développement du concept de migration d'agrément » in Martin N., Bourdeau P., Daller J.-F. (dir.), Les Migrations d'agrément : du tourisme à l'habiter, Paris, Editions L'Harmattan, p. 37-55

Guyot S., 2011.– « The Eco-frontier Paradigm: Rethinking the Links Between Space, Nature and Politics », Geopolitics, 16 (3), pp. 675-706.

Guyot S. 2012.– « L’émergence d’un Front Touristique Transfrontalier dans les Andes Centrales (Triple Frontière : Argentine, Bolivie et Chili) ». ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 11, pp. 304–334.

Guyot S. 2015.– Lignes de front, l’art et la manière de protéger la nature. HDR, Université de Limoges, 528 p.

Guyot S., Guinard P., 2015.– « L’art de (ré)imaginer l’Afrique du Sud », L’information géographique, Numéro spécial sur « Images et imaginaires en géographie », 2015-4 (Vol. 79), pp. 70-96.

Headwaters economics, 2016.– A Profile of Demographic: Lewis and Clark County, MT, The Economic Profile System, headwaterseconomics.org

Hines J. D., 2010.– « Rural Gentrification as Permanent Tourism: the Creation of the New West Archipelago as Postindustrial Cultural Space », Environment and Planning: Society and Space, vol.28, pp. 509 - 525

Lewis M., 2007.– American Wilderness: A New History, Oxford, Oxford University Press, 304 p.

Maclean N., 1976.– A River Runs Through It, Chicago, The University of Chicago Press, 168 p.

Nash R.F., 2001.– Wilderness and the American Mind, New Haven/Londres, Yale University Press, 426 p.

Power T.M., Barrett R. .– 2001, Post-cowboy Economics: Pay and Prosperity in the New American West, Washington DC, Island Press

Rasker R., 2008.– « Economic Change in the American West: Solutions to the Downside of Amenity Migration », Understanding and Managing Amenity-led Migration in Mountain Regions, Banff

Redford, R., 1992.– A River Runs Through It, Columbia Pictures

Ridge M., 1991.– « The Life of an Idea: the Significance of Frederick Jackson Turner's Frontier Thesis », Montana: The Magazine of Western History, pp. 2-13

Saumon G., 2016.– « Du personnage du cow-boy solitaire à celui du pêcheur à la mouche : la fiction au fondement de la mutation territoriale de l'Ouest du Montana ? », Numéro thématique Géographie et fiction, au-delà du réalisme, Les Annales de Géographie, 2016/3, n°709-710

Saumon G., en cours. « De l’élitisme social et spatial des dynamiques migratoires au façonnement de représentations hégémoniques de l’environnement dans l’Ouest du Montana : analyse critique des récits et pratiques de la nature pour une géographie du capital environnemental. » Thèse de géographie, sous la direction de Nathalie Bernardie-Tahir, Sylvain Guyot et Frédéric Richard, Université de Limoges.

Travis W.R., 2007.– New Geographies of the American West: Land Use and the Changing Patterns of Place, Washington DC, Island Press, 304 p.

Turner F.J., 1920.– The Frontier in American History, Cambridge, Harvard University Press, 375 p.

Woods M., 2016.– « Reconfiguring Places - Wealth and the Transformation of Rural Areas ». In I. Hay, J.V. Beaverstock (ed.), Handbook on Wealth and the Super-Rich, Cheltenham/Northampton: Edward Elgar Publishing.

Haut de page

Notes

1 Terrain réalisé en juin 2015 par les auteurs, pour le compte de l’ANR IRGENT (gentrification rurale en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis). La méthodologie utilisée est essentiellement qualitative, fondée sur une trentaine d’entretiens semi-directifs avec différents acteurs (propriétaires fonciers, résidents, militants, commissaires d’expositions, artistes, artisans, élus), que les auteurs ont mis en regard afin de confronter représentations, pratiques et idéologies.

2 http://deq.mt.gov/Land/statesuperfund/ubmc/virtour, consulté le 10/06/2016.

3 Les 155 forêts nationales américaines sont des forêts fédérales, gérées par l’United States Forest Service du Department of Agriculture, depuis 1891. Il s’agit de forêts protégées, mais également exploitées en tant que ressource bois, territoire de pâturage et espace de loisirs, ce qui suscite parfois des conflits d’usages.

4 Les nouveaux arrivants participent parfois à la fabrique d’un idéal fermier, mettant en scène leur imagerie de la néo-ruralité. Il s’agit alors d’interroger l’existence d’une forme de gentrification agricole, liée à l’arrivée de catégories sociales plus aisées et qui s’investissent dans une petite activité agricole, non pas afin d’en dégager un revenu mais pour participer à produire le paysage auquel elles aspirent et jouir des aménités qu’offre le territoire.

5 Le National Wilderness Preservation System, créé par le Wilderness Act de 1964, est composé aujourd’hui de 765 Wilderness Areas, gérées par quatre agences fédérales (le Forest Service, le National Park Service, le Bureau of Land Management et le Fish and Wildlife Service) : ces sites, dédiés à la conservation de la nature, sont considérés comme biologiquement intacts et manifestent donc le fantasme américain de nature sauvage.

6 http://www.fs.usda.gov/attmain/flathead/specialplaces, consulté le 10/06/2016.

7 http://www.montanalandtrusts.org/memberdirectory/, consulté le 10/06/2016.

8 Tous les ans, l’ONG American Rivers publie un rapport intitulé The America’s Most Endangered Rivers for (year) afin d’encourager les politiques publiques en faveur de la protection de sites particulièrement vulnérables.

9 http://bbctu.org/Home_Page.php, consulté le 10/06/2016.

10 « Restore and conserve the cold water fishery of the Blackfoot River and its tributaries »

11 http://blackfootchallenge.org/, consulté le 10/06/2016.

12 http://www.nature.org/ourinitiatives/regions/northamerica/unitedstates/montana/stories/clearwater-blackfoot-project-1.xml, consulté le 10/06/2016.

13 http://www.nature.org/ourinitiatives/regions/northamerica/unitedstates/montana/placesweprotect/montana-legacy-project.xml, consulté le 10/06/2016.

14 http://www.nature.org/ourinitiatives/regions/northamerica/unitedstates/montana/blackfoot-community-project.xml, consulté le 10/06/2016.

15 http://fwp.mt.gov/hunting/hunterAccess/blockman/, consulté le 10/06/2016.

16 http://www.montanariveraction.org/big.blackfoot.river.html, consulté le 10/06/2016. « In 1998, the environmental community sponsored Voter Initiative 137, banning the use of cyanide to separate gold from ore in all new mines and the initiative was passed by Montana voters. »

17 http://missoulanews.bigskypress.com/missoula/the-end-of-the-gold-rush/Content?oid=1131945, consulté le 10/06/2016.

18 On peut citer le festival littéraire Norman Maclean de Seeley Lake http://www.macleanfootsteps.com/, ou encore l’association « Alpine Artisans » http://www.alpineartisans.org/tourofthearts/ qui propose un réseau d’artistes locaux et d’artisans.

19 http://www.kevin-j-odwyer.com/the-artist.html, consulté le 10/06/2016.

20 http://www.dunkerleyhandmadeknives.com/, consulté le 10/06/2016.

21 http://www.loughboora.com/sculpture/, consulté le 10/06/2016.

22 http://www.sculptureinthewild.com/artists.html, consulté le 10/06/2016.

23 « A huge step for Lincoln, bit of boast and a signature »

24 http://www.sculptureinthewild.com/staff-directors.html, consulté le 10/06/2016.

25 Voir les articles de la presse locale de 2015 : http://bvd.stparchive.com/Archive/BVD/BVD06192015P06.php et http://bvd.stparchive.com/Archive/BVD/BVD07022015P04.php , consulté le 10/06/2016.

26 Voir carte de localisation du projet http://www.sculptureinthewild.com/map.html, consulté le 10/06/2016.

27 http://www.sculptureinthewild.com/re-imagining-the-delaney-sawmill-teepee-burner.html, consulté le 10/06/2016. « Once so ubiquitous in Montana and the Northwest, the TeePee Burners were testaments of a once thriving timber industry. This iconic piece of industrial heritage has all but disappeared from the landscape and with it the cultural heritage of generations of community members. Re-Imagining the Delaney Sawmill TeePee Burner preserves one of the remaining Lincoln area landmarks and uses contemporary art practice to invoke community memories and transfer knowledge to future generations. »

28 http://www.sculptureinthewild.com/jorn-ronnau.html, consulté le 10/06/2016. « Thus, creating a gateway, an opening into a new experience. 14 meters from the Gateway, facing the opening I placed a high chair with steps spiralling up to it. All made from the tree trunks. Opposite the gateway, and visible from the chair, is now a small village with golden roofs, also carved out of the tree trunks. On one side of the forest, nature... and you go up five steps to a seat. On the other side is a vision, a village of dreams, of art, of initiative, a Utopia, or whatever is your personal “golden village”. »

29 https://www.youtube.com/watch?v=lYdakdRjv2U, consulté le 10/06/2016.

30 http://www.monarch-butterfly.com/, consulté le 10/06/2016.

31 http://www.sculptureinthewild.com/steven-siegel.html, consulté le 10/06/2016. « Connecting art-making and environmental processes, he builds impressive sculptures out of large quantities of pre or post-consumer materials that reflect the deposit and decay cycle that underlines the making of the land. Siegel's work prompt dialogue about society, landscape and form – all with an eye for nature's processes. »

32 Une autre œuvre, East West Passage (2015), des artistes britanniques (rôle nationalité ?) Mark Jacobs et Sam Clayton, représente le lien entre le passage de la frontière entre l’Est et l’Ouest symbolisée par le Continental Divide et l’utilisation locale du bois de construction. Elle replace Lincoln à l’échelle du pays, à la fois comme lieu de passage et d’habitat au cœur d’une forêt mythique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis)
Crédits Conception et réalisation S. Guyot, G. Saumon, F. Cerbelaud, Université de Limoges, GEOLAB CNRS 6042, juin 2016.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2. Le front écologique en œuvre dans la vallée de la Blackfoot
Crédits Source & droits : Blackfoot Challenge.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 3a. Paysage de la vallée, dans les environs de Lincoln
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Titre Figure 3b. Paysage de la vallée, dans les environs d’Ovando
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 4. Montana Memory: Re-Imagining the Delaney Sawmill TeePee Burner, 2014-2015. Kevin O'Dwyer (Irlande)
Légende Dimensions : 22,86 x 13,71 m. Œuvre financée par le Tippet Rise Fund of the Sydney E. Frank Foundation & Montana History Foundation
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre Figure 5a. A Gateway of Change (porte et chaise haute), 2014. Jorn Ronnau (Danemark)
Légende Materiaux: Pin Ponderosa, pierre dorée à la feuille d’or, (hauteur 5 m, longueur 30 m, largeur 10 m).
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Figure 5b. A Gateway of Change (cité d’or), 2014. Jorn Ronnau, (Danemark)
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre Figure 6. Love motel for insects, Brandon Ballangee (États-Unis)
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 7: Hill and Valley, 2014. Steeven Siegel (États-Unis)
Légende Matériaux : 14 tonnes de journaux, 200 kg de clous et 28 troncs de pins locaux.
Crédits Cliché : S. Guyot, G. Saumon.
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/3690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Guyot et Gabrielle Saumon, « La mise en art de la Blackfoot Valley (Montana, USA) ou comment (ré) concilier le front minier et le front écologique ? », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 105-2 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rga.revues.org/3690

Haut de page

Auteurs

Sylvain Guyot

Professeur de Géographie, Université Bordeaux-Montaigne et UMR 5319 CNRS Passages
sylvain.guyot@cnrs.fr

Articles du même auteur

Gabrielle Saumon

Professeure Agrégée de Géographie, Université de Limoges et UMR 6042 CNRS GEOLAB
gabrielle.saumon@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités