Navigation – Plan du site

Jeunes ladhakis jouant au cricket au pied des monts de la vallée de la Nubra (Ladakh)

Bernard Debarbieux

Texte intégral

Jeunes ladhakis jouant au cricket au pied des monts de la vallée de la Nubra (Ladakh)Afficher l’image
Crédits : © Jean-Baptiste Rabouan - http://www.rabouan-images.com

1Les enfants des montagnes du monde ont-ils des traits en commun ? Beaucoup aimeraient répondre que oui, au nom d’une communauté d’existence que l’on prête volontiers aux populations de montagne. Mais il faut bien se rendre à l’évidence : Ils sont aussi variés que l’humanité toute entière. Mêmes les montagnes qui sont leur environnement quotidien ne partagent pas grand-chose entre elles.

2En réfléchissant aux loisirs dans les régions de montagnes, Hervé Gumuchian, vingt ans après avoir consacré sa thèse aux représentations sociales de la neige dans les Alpes françaises, écrivait récemment : « Comme partout ou presque, le football y est roi (…) Ils se ressemblent étrangement ces enfants de 6 à 18 ans, avec leurs cris, leurs encouragements, leur joie ou leur déception lorsque le ballon s'évade du terrain décidément trop pentu ! »1 Somme toute, les enfants des montagnes partagent le goût pour ce sport non parce que la montagne est ici, dans tous les cas, mais parce que la mondialisation y manifeste ses effets, là aussi. Et avant la mondialisation par le football, la colonisation avait déjà introduit son lot de sports communs à des enfants de régions bien différentes.

3Voici de jeunes ladhakis, au pied des monts de la vallée de la Nubra, l’attention concentrée sur une balle de cricket qui n’est pas encore entrée dans le champ de la photographie.  Le Ladakh est majoritairement bouddhiste, colonisé par les Tibétains, les Kashmiris puis les Anglais. Incorporé à l’empire des Indes, le cricket s’y est diffusé au point de devenir la passion collective d’un pays multi-ethnique. Dans un ouvrage devenu fondamental pour nos sciences sociales contemporaines, Arjun Appadurai2 s’est servi du cricket en Inde pour illustrer ce processus d’indigénisation d’une culture coloniale. Le vaste monde s’organise à l’aide de productions culturelles qui, in fine, s’enracinent toujours dans leur milieu d’accueil. Un siècle après son introduction par les Anglais, dans une région encore difficile d’accès, le cricket est encore le sport préféré des ladhakis. Mais le football gagne du terrain. Du ski et du surf, par contre, il n’est jamais question.

"Enfants des montagnes du monde", textes sous la dir. de Bernard Debarbieux, légendes Jean-Michel Asselin, Glénat, 2008

"Enfants des montagnes du monde", textes sous la dir. de Bernard Debarbieux, légendes Jean-Michel Asselin, Glénat, 2008
Haut de page

Notes

1  Enfants des montagnes du monde (2008), Grenoble, Glénat

2  Appadurai, A. (1996). Modernity at large, cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis, University of Minnesota Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre "Enfants des montagnes du monde", textes sous la dir. de Bernard Debarbieux, légendes Jean-Michel Asselin, Glénat, 2008
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Jeunes ladhakis jouant au cricket au pied des monts de la vallée de la Nubra (Ladakh) », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rga.revues.org/770

Haut de page

Auteur

Bernard Debarbieux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités