Navigation – Plan du site

Interroger l’innovation dans les Alpes à l’échelle locale

Un territoire en mouvement, le Pays des Écrins
Philippe Bourdeau
Traduction(s) :
Examining innovation in the Alps at the local scale

Résumés

Lieu d’accueil de la semaine alpine 2008, le Pays des Écrins constitue un cas emblématique de territoire de montagne confronté à un impératif de mouvement face à de multiples facteurs de crise et de recomposition endogènes et exogènes. Les questions de la créativité et de l’innovation se voient alors posées de manière structurelle, à la fois comme ressource et injonction. A partir d’une relecture de la trajectoire de ce territoire à l’échelle des vingt dernières années, ce texte examine les conditions et les dynamiques géohistoriques et géoculturelles dans lesquelles la problématique de l’innovation peut être replacée dans un contexte de développement local patrimonial et touristique.

Haut de page

Texte intégral

Entrée en matière

  • 1  Le travail de recherche sur lequel est basé cet article a été financé par l’Institut de la montagn (...)

1C’est parce qu’il semblait propice à illustrer des ébauches de réponse aux questions qui se posent à l’innovation en montagne que le Pays des Écrins a été retenu comme lieu d’accueil de la Semaine alpine 2008. L’argumentaire mobilisé à cette occasion par les organisateurs mettait notamment l’accent sur la capacité créative qui a accompagné les profondes mutations de ce territoire au cours des vingt dernières années. La reconversion de l’Argentière-la-Bessée, chef-lieu du canton, suite à une brutale désindustrialisation intervenue dans la deuxième moitié des années 1980, apparaît comme un facteur-clé de ce changement ; et ce d’autant qu’il s’est inscrit dans un contexte de recomposition du système géotouristique local. Une forte dynamique locale, combinant créativité socio-économique et culturelle, « agilité » institutionnelle, affirmation d’un territoire de projet, émergence d’un leadership politique et visibilité médiatique constituent quelques indicateurs tangibles d’un changement et d’un mouvement qu’il semble possible d’interpréter en termes d’innovation : d’abord au sens commun d’introduction de nouveauté, puis dans une certaine mesure au sens restreint de processus de diffusion d’une nouveauté dans les pratiques et l’espace. En partant de l’hypothèse d’une forte valeur illustrative de ce territoire de montagne, nous interrogeons les facteurs et les modalités d’une innovation ordinaire (Alter, 2000) à l’échelle locale. Après avoir rappelé les principales figures du changement au Pays des Écrins au cours des 25 dernières années, nous examinerons brièvement en quoi ce territoire peut être représenté comme un outsider créatif au sein des Alpes françaises, avant d’esquisser puis de discuter plusieurs schémas d’interprétation possibles de sa capacité d’innovation1.

Figures du changement au Pays des Écrins (1985-2009)

De profondes mutations portées par un bourg-centre en crise

  • 2  Saint-Martin-de Queyrières, L’Argentière-la-Bessée, La Roche-de-Rame, Champcella, Fressinières, Le (...)

2Le Pays des Écrins correspond à la fois au canton de l’Argentière-la-Bessée et à la Communauté de communes de l’Argentiérois, qui regroupent neuf communes2 situées au sud de Briançon, dans le département des Hautes-Alpes. Sur le plan géoéconomique, il a été marqué au XXe siècle par l’affirmation d’une double polarité, industrielle et artisanale dans la Vallée de la Durance, agricole et touristique dans les vallées adjacentes de la Vallouise et de Fressinières.

  • 3  De 2 497 à 2191 habitants, avec un solde migratoire déficitaire de 448 personnes pour la période i (...)

3Le processus de désindustrialisation et de reconversion de l’Argentière-la-Bessée, bourg-centre du Pays des Écrins, a déjà été finement étudié (Cowburn et Sciblo-Jaillet, 1995 ; Donert et Light D., 1996) et ne fera donc pas ici l’objet du développement qu’il mérite. Rappelons simplement que la fermeture définitive en 1986 de l’usine d’aluminium de la société Péchiney, qui en était le cœur économique et urbanistique, a provoqué une profonde crise économique, démographique, sociale, politique et identitaire : perte de 334 emplois directs, chute de près de 15 % de la population communale3, et même déstructuration de la municipalité puisqu’une forte proportion des élus étaient des cadres de l’entreprise.

4Cette situation de « fin d’un monde » a été accentuée par l’échec quasi complet en moins de trois ans du plan de reconversion industrielle de 70 millions de francs financé par Péchiney avec le soutien des pouvoirs publics. C’est d’ailleurs cette nouvelle remise en cause cinglante de la « vocation » industrielle de la commune qui rendra d’autant plus crédible un projet de reconversion touristique et patrimonial jusque là seulement évoqué de manière très hypothétique, suscitant incrédulité et méfiance de la part d’une bonne partie de la population, des acteurs et des observateurs du territoire. Dès lors, en bénéficiant d’un fort leadership politique grâce à la mise en place d’une municipalité renouvelée et rajeunie, mais aussi du dynamisme d’un groupe émergent de nouveaux opérateurs économiques locaux (guides, accompagnateurs, hébergeurs, commerçants, éditeur…) l’Argentière-la-Bessée se lance dans un ré-ancrage volontariste dans son environnement montagnard. Cette démarche, incarnée par la formule « l’histoire, la nature, le sport », s’appuie sur un rapport d’audit commandité en 1990 à un bureau d’étude spécialisé, et vise à faire de l’Argentière « la porte de la haute montagne » en prenant le contre-pied systématique d’un siècle de quasi-monoactivité industrielle et de coupure vis-à-vis de la montagne proche. Dans le cadre d’un Plan pluriannuel de développement touristique lancé au début des années 1990, le ré-ancrage montagnard de l’Argentière va ainsi largement s’appuyer sur la valorisation des ressources naturelles et culturelles aussi riches qu’inexploitées offertes par la vallée de la Durance (gorges, eau vive), le Vallon du Fournel (rocher, glace, canyon, patrimoine minier et floristique) et la proximité des hauts lieux touristiques de la vallée de Vallouise.

5En une décennie (1990-2000), ce ré-ancrage volontariste prendra de multiples formes dans le domaine de l’aménagement et de l’équipement, mais aussi sur le plan socio-économique et géoculturel (Voir encadré ci-dessous).

Les principaux indicateurs de la reconversion de l’Argentière-la-Bessée (1989-2009)

Les principaux indicateurs de la reconversion de l’Argentière-la-Bessée (1989-2009)

Photographies : Ph. Bourdeau 2007

  • 4  Cf. notamment la réglementation concernant la pratique du parapente et du vélo tout terrain, ainsi (...)

6Avec pour toile de fond la très forte diversification des pratiques sportives de montagne –notamment estivales – qui s’opère dans les années 1980-1990, l’affirmation d’une dynamique touristico-sportive à l’Argentière-la-Bessée va contribuer à une profonde mutation du système géotouristique local. En effet, comme dans la plupart des massifs de montagne, le Pays des Écrins est alors marqué par un phénomène de développement de pratiques récréatives périphériques à la haute montagne. L’aménagement de sites d’escalade, de parapente, de via ferrata, de parcours acrobatiques en forêt, d’itinéraires de canyoning et de parcours d’eau vive fait ainsi l’objet d’une repolarisation qui bénéficie aux fonds de vallée, aux villages et aux alentours de la station de Puy-Saint-Vincent. Dans certains cas comme les sports d’eau vive ou le vélo tout terrain ce sont d’abord des raisons hydrographiques et topographiques qui expliquent cette recomposition. Mais ces aménagements et les pratiques sportives qui les sous-tendent s’inscrivent aussi dans de nouvelles lectures et de l’espace-temps récréatif, de sa sociabilité et de sa stylistique (intérêt pour des sites jusque là négligés, séquences de pratiques plus courtes, temps d’accès réduits, multiactivité, pratiques plus familiales, activités davantage centrées sur la gestuelle que sur l’environnement…) tout en intégrant les restrictions imposées par la réglementation du Parc national des Écrins4. Cette offre à la fois complémentaire et alternative aux logiques de fréquentation traditionnelles de la montagne s’affirme progressivement comme une composante déterminante de la vie touristique locale. En se voyant largement renforcée par la mise en tourisme de l’Argentière-la-Bessée, elle participe à un fort rééquilibrage vers l’aval du système géotouristique local.

Caractères et clés de lecture d’une « agilité » territoriale

Le Pays des Écrins : un outsider créatif ?

7L’inventaire des créations les plus marquantes identifiables depuis vingt ans à l’échelle du Pays des Écrins permet de constituer une liste d’opérations ou d’événements d’ampleur variable qui témoignent d’une capacité manifeste pour le lancement ou l’accueil de l’expérimentation :

  • création du concept de via ferrata sportive avec la création du 1er itinéraire français par le guide Lionel Condemine à Freissinières (1989) puis la création d’un 2e itinéraire aux Vigneaux (1992) ;

  • signature de la 1re convention d’application Natura 2000 signée entre l’Etat et une collectivité territoriale (vallon du Fournel-Les Bans, l’Argentière-la-Bessée, 2002) ;

  • réalisation de la pré-étude du 1er Agenda 21 local centré sur le tourisme sportif, avec l’appui scientifique de l’Institut de Géographie Alpine (L’Argentière-la-Bessée, 2005-2006) ;

  • conduite du projet de 1er SCOT volontaire de France et mise en place d’un Plan d’aménagement et de développement durable (Pays des Écrins, 2004-2006) ;

  • obtention du Label de « pôle d’excellence rural » sur le thème du « Pays de l’eau » : valorisation par la réhabilitation, la sensibilisation et la mise en réseau de l’eau et de tous ses usages quotidiens, industriels, patrimoniaux et récréatifs (Pays des Écrins, 2006) ;

  • mise en œuvre d’un diagnostic environnemental expérimental dans la station Pelvoux-Vallouise (Programme Interreg Dynalp2, 2007-2008, Pays des Écrins) ;

  • 2e commune française adhérente à Alliance dans les Alpes (L’Argentière-la-Bessée, 2006), puis adhésion collective du Pays des Écrins) ;

  • 1er Bilan carbone prévisionnel dans le cadre de la candidature de Pelvoux-Écrins à la candidature française –sur le thème du « retour aux sources »– pour les Jeux olympiques d’hiver de 2018 (2009)5.

  • 6  Projet non abouti mais qui peut être compris comme un « échec utile » au vu de la démarche partici (...)

8Outre une référence à la notion de développement durable, la créativité observée dans le territoire s’accompagne d’une forte réflexivité portant non seulement sur la question de l’observation du changement, mais aussi sur la compréhension du sens de l’action et sur la valorisation de l’expérience acquise : colloque « Natura 2000 et collectivités locales » (2002), séminaire Dynalp2 « stations de ski : évaluation environnementale et diversification » (2007), rencontres sur les Percées alpines (2008), semaine Alpine (2008), soutien apporté à de nombreuses études universitaires françaises ou étrangères, commande de nombreux rapports d’étude, d’audit et d’évaluation dans de nombreux domaines : économie, environnement, tourisme, sport, patrimoine. On peut ajouter à cette liste l’ensemble des diagnostics, travaux de consultation et démarches participatives réalisés entre 2005 et 2006 dans le cadre de la réalisation du projet de SCOT6, qui contribuent à orienter le Pays des Écrins sur le modèle d’un « territoire apprenant » (Jambes, 2003). De même, le développement recherché joue l’ouverture, l’échange et le partenariat avec l’extérieur du territoire : adhésion au réseau Alliance dans les Alpes, relations avec d’autres régions alpines dans le cadre de coopérations transfrontalières et de projets Interreg, participation au projet Via Alpina, accueil de chantiers de jeunesse internationaux ou de chercheurs et de groupes d’étudiants français et étrangers…(voire en annexe le document gif animé sur la diffusion des itinéraires de via ferrata en France à partir du pays des Écrins réalisé par Pascal Mao et Nicolas Robinet, Cermosem UJF).

Quelles grilles de lecture du changement et de l’innovation à l’échelle locale ?

Une lecture par l’arrière-plan géohistorique et culturel du territoire

9Si la constitution d’une trame historique en bonne et due forme se situe hors de notre propos, nous pouvons malgré tout relever que la trajectoire pré-moderne du Pays des Écrins est marquée par au moins deux épisodes empreints d’une forte dimension mémorielle : d’une part l’« hérésie » Vaudoise, entre le XIIIe et le XVIe siècles (Audisio, 1998), et d’autre part l’autonomie politique des Escartons (XIVe-XVIIIe siècles). Leur poids dans l’identité locale est à prendre en considération notamment sous l’angle d’un imaginaire de résistance à la norme, d’originalité institutionnelle, de richesse culturelle et de tradition d’ouverture sur l’extérieur – Suisse et Italie pour les Vaudois, Italie pour les Escartons ; les premiers alpinistes anglais qui visiteront les vallées du pays des Écrins au XIXe siècle seront notamment guidés par la mémoire des vaudois et des persécutions dont ils ont souffert.

10Ce contexte de dissidence et d’originalité se retrouve ensuite dans différentes expériences comme la création d’une formation pionnière d’instituteurs à Dormillouse, dans la vallée de Fressinières, par le pasteur Félix Neff entre 1826 et 1828 (Siestrunk, 2003) ; ou un siècle plus tard dans l’ancrage local de Célestin Freinet, instituteur communiste libertaire qui rédigera à Vallouise, pendant son assignation à résidence de 1941 à 1944, quatre ouvrages posant les fondements de sa pédagogie alternative, avant d’y créer des classes de neige pionnières au début des années 1960 (Lafon-Bottaro, 1999). Dans les années 1970, c’est une expérience communautaire influencée par Lanza del Vasto qui ranimera le hameau de Dormillouse, en même temps que l’ensemble du Briançonnais verra l’installation de néo-ruraux et sera dans l’aire d’influence de la coopérative d’origine anarchiste Longo Mai. On relèvera ensuite sur la période 1990-2000 l’installation dans le Pays des Écrins de professionnels du tourisme se référant au modèle de l’écotourisme, ainsi qu’une présence significative de maraîchers et producteurs « bio ».

Une lecture en terme d’innovation périphérique

11Les apports théoriques et empiriques de travaux portant sur les formes atypiques d’innovation soulignent qu’au delà de nombreuses contraintes dans la mobilisation de ressources, une position de confins, de périphérie ou de marge bénéficie d’une atténuation des facteurs de cohérence qui définissent les formes légitimes de l’action dans un territoire (Antheaume et Giraut, 2005). Ce « débrayage » des normes peut s’avérer très fécond dans la mesure où il stimule la capacité des acteurs concernés à trouver des arrangements culturels, économiques, institutionnels, identitaires, négocier des dérogations ou se lancer dans des expérimentations pour trouver des solutions de rechange. On rejoint ici l’analyse selon laquelle l’innovation se présente comme une forme de déviance au quotidien de la part d’individus et de groupes souvent atypiques voire dissidents, qui transgressent les règles pour atteindre des objectifs qui ne sont pas légitimes et peuvent par là contribuer à une inversion des normes (Alter, 2000).

12Les effets dynamisants et la créativité hétérodoxe liés à ce processus peuvent être retrouvés dans la configuration d’outsider – au double sens de franc-tireur et de challenger – qui définit très souvent le statut du Pays des Écrins au regard de différents projets ou événements : création d’un Centre national d’alpinisme de la Fédération des clubs alpins français à Pelvoux (2006), organisation de la semaine alpine (2008), candidature aux Jeux olympiques (2009).

Une lecture en terme de « crise créatrice »

13La désindustrialisation de l’Argentière-la-Bessée à la fin des années 1980 s’est traduite par une profonde déstabilisation du système économique, démographique, social, politique et identitaire local, et dans une certaine mesure cantonal. Le schéma de sortie de crise retenu correspond parfaitement avec le modèle-type de décision du développement touristique dans les Alpes (Bozonnet, Guérin et Herbin, 1986). Le tourisme est alors mobilisé comme un domaine d’intervention consensuel pour les collectivités locales dans la mesure où il renvoie à une idéologie de progrès, est susceptible de produire de larges retombées sur les différents secteurs de l’économie et l’emploi tout en revalorisant l’identité locale.

  • 7  Sur la même période, les chiffres sont encore plus spectaculaires en ce qui concerne le niveau d’é (...)

14Dans cette logique, les effets directs et indirects d’une crise offrent des marges de manœuvre pour une reconversion et une requalification territoriale. A l’Argentière, ce processus s’est notamment traduit par une forte disponibilité foncière et immobilière. Les logements de la cité Péchiney ont ainsi été achetées par la commune pour un franc symbolique, puis revendus à prix raisonnable à une population originaire de toute la région briançonnaise. Le changement démographique induit est conséquent, et se traduit d’abord par une remontée numérique, la population communale –2375 habitants en 2008– ayant presque rattrapé le niveau de 1982. Mais ce changement s’est aussi traduit aussi par un net renouvellement socio-démographique, la population communale ayant fait l’objet sur la période 1990-1999 d’une très forte croissance des professions intermédiaires (+ 47, 1 %) et des cadres et professions intellectuelles supérieures (+ 25 %)7. Et au delà des statistiques en matière de prix de l’immobilier ou de démographie, cette nouvelle population a massivement adhéré au projet de reconversion de la commune en contribuant à le renforcer.

15La résilience territoriale s’opère également en termes de ressources : l’injonction adaptative et créative opérée par la crise suscite une relecture des potentialités de l’espace, qui se manifeste par un redéploiement au sein d’un « espace utile » élargi (vallon du Fournel, anciennes mines d’argent, gorges de la Durance, rocher des Hermes…), mais aussi par une transposition et un ré-agencement des ressources patrimoniales et physiques. Tout en restant les mêmes, celles-ci se voient remobilisées dans le cadre d’usages nouveaux : le rocher passe du statut de minerai à celui support de grimpe, l’eau passe de houille blanche à support de pratique pour l’escalade sur glace ou le canoë-kayak…

Une lecture en terme d’entre-deux créatif

16La figure rhétorique de l’entre-deux développée par Daniel Sibony permet de repenser les fonctions de lien-sécants au sein desquelles s’élaborent de nouveaux trajets et passages entre les deux termes qui composent une relation (Sibony, 1991). Une perspective qui correspond très bien à la notion de betweeness proposée par Nicholas Entrikin (Entrikin, 1991). Peu mobilisée par les géographes français, la figure de l’entre-deux apparaît en effet comme un opérateur particulièrement fécond pour explorer et traduire de multiples schèmes relationnels d’ordre socio-spatiaux et socio-territoriaux qui sont marqués par des dualités, des ambiguïtés ou des hybridations dans lesquelles des différences se rejouent, des frontières se brouillent, sur un mode caractéristique de la post-modernité territoriale : lieu touristique-non-touristique, ville-montagne, station-hors station, sport-patrimoine, séjour de vacances-résidence, été-hiver, protection-aménagement (Bourdeau, 2007).

  • 8  Slogan du Comité départemental du tourisme des Hautes-Alpes.

17Sous cet angle de vue, le Pays des Écrins semble très illustratif d’un certain nombre de figures d’émergence, de situations de transition et de passage qui éclairent les recompositions et la créativité à l’œuvre à différentes échelles géographiques et sur différents registres : « entre lavande et glaciers »8, Alpes du nord-Alpes du sud, Briançonnais-Embrunais, Durance et vallées affluentes, amont et aval, station et villages, industrie et tourisme… En intégrant les pratiques sportives au cœur de la ville compétition d’escalade sur blocs artificiels) ou à sa périphérie immédiate (escalade, via ferrata, eau vive), comme en traçant un parcours patrimonial au cœur des installations industrielles passées et présentes c’est encore la figure de l’entre-deux qui se voit confortée.

Photographie Ph. Bourdeau 2007

Éléments de conclusion

18La trajectoire du Pays des Écrins depuis vingt ans apporte un témoignage significatif sur les conditions dans lesquelles un territoire de montagne confronté à l’incertitude du changement et à une crise majeure peut mobiliser des ressources historiques, patrimoniales, culturelles, sociales et politiques pour se réapproprier la construction d’une identité et d’une vision de l’avenir à la fois partagées à l’intérieur et reconnues à l’extérieur. Ce cas d’étude suggère que si l’innovation s’inscrit bien dans un contexte de changement, elle s’appuie aussi sur des continuités, et parfois des permanences, qui mobilisent les éléments constitutifs d’un territoire sur un temps long. La prise en compte d’un arrière-plan socio-historique et culturel – même s’il est oublié ou négligé par la mémoire locale – s’impose donc comme un élément à part entière de l’interrogation de la capacité d’un territoire à susciter, à diffuser ou à intégrer des formes de créativité interprétables en termes d’innovation.

19Comment, au sein du palmarès créatif assez copieux du Pays des Écrins, distinguer ce qui d’une part relève d’une innovation – au sens canonique de nouveauté validée par une large diffusion – d’une simple invention ? Si l’on s’en tient à cette définition restreinte, seule l’« invention » du concept de via ferrata sportive semble relever d’une logique d’innovation probante. Si l’impact de cette création est loin d’être négligeable pour la fréquentation du Pays des Écrins ou pour son image, sa seule prise en compte au titre de l’innovation ne rend que partiellement compte d’une dynamique locale qui s’exprime davantage en termes d’expérimentation et d’appropriation de solutions inventives ou originales, en s’appuyant sur un large répertoire de formules et de dispositifs locaux, nationaux et européens : Natura 2000, Interreg, Agenda 21, SCOT, Pôle d’excellence rurale, bilan carbone… À cet égard, la contribution du Pays des Écrins à une dynamique d’innovation semble non seulement reposer sur sa capacité à diffuser des nouveautés (via ferrata…), mais aussi à importer et à mettre en œuvre des dispositifs et des pratiques pionniers, ce qui apparaît comme une caractéristique des milieux innovateurs étudiés par l’économie territoriale (Maillat et al., 1993).

20L’itinéraire singulier de l’Argentière-la-Bessée, en termes d’identité comme d’activité, peut être interprété comme un élément-clé des mutations du pays des Écrins au cours des vingt dernières années : de « l’Argentière-la-noire » (pollution industrielle dans les années 1970) à « l’Argentière-la-Blessée » (désindustrialisation des années 1980) et à « l’Argentière, porte de la haute montagne » (slogan adopté en 1994), c’est une impulsion de « remise en territoire » et de recomposition qui s’opère, sans que le périmètre communal et cantonal soit modifié. Mais le rôle de déclencheur, et parfois de moteur, joué par le bourg-centre n’est qu’un des éléments actifs dans un processus au sein duquel s’inscrit de manière spécifique chaque entité du Pays des Écrins : Fressinières, Puy-Saint Vincent, Vallouise-Pelvoux, communes de la Durance –La Roche-de-Rame et Saint-Martin-de-Queyrières. A une nette fragmentation initiale entre Durance et vallées secondaires, aval et amont, industrie et tourisme, ville et villages, s’est progressivement déployé une ré-articulation et un rééquilibrage fonctionnel et identitaire et une nouvelle organisation socio-spatiale sur le plan de la vie quotidienne, des pratiques résidentielles, de l’activité économique et de l’identité du territoire.

21De fait, ce qui semble se jouer à l’échelle de la période prise en compte et de l’ensemble du Pays des Écrins, c’est une quadruple transition :

– d’une stratégie réactive, provoquée par la crise industrielle de l’Argentière-la-Bessée, à une stratégie proactive, qui se manifeste entre autres par le projet de SCOT volontaire ou encore la candidature aux Jeux Olympiques de 2018 ;

– d’une dynamique ponctuelle d’ordre communal (l’Argentière) à une dynamique d’ordre intercommunale (Communauté de communes), qui mutualise et territorialise l’action ;

– d’une logique expérimentale procédant par « coups » et essais (un projet, une création, un événement…) souvent portés par des individus au profil hybride d’entrepreneur-développeur, à une logique systématique organisée, programmée et professionnalisée dans le cadre de la collectivité territoriale (Centre de culture scientifique, technique et industrielle, Communauté de communes, Office de tourisme du pays des Écrins…) ;

– d’un logique créative endocentrée – une relance à usage économique et identitaire « interne » – à une logique exocentrée qui s’inscrit dans un positionnement concurrentiel tourné vers l’extérieur (autres destinations touristiques, autres villes candidates aux JO…).

22Par sa capacité à produire et à accueillir une innovation ordinaire et à la mettre en projet, le Pays des Écrins apparaît donc comme un territoire de montagne pertinent – parmi d’autres – pour l’observation d’un changement global qui prend la forme d’une mutation socio-économique de l’industrie vers les activités culturelles et de service (patrimoine, tourisme, formation, bâtiments et travaux publics), d’une recomposition des échelles d’intervention (de la commune à la communauté de communes), mais aussi d’une redéfinition du statut respectif des bourg-centres, des stations, des vallées et de leurs relations. Au final, la problématique de l’innovation ne semble guère se poser en termes de création ou d’opération ponctuelle emblématique d’un palmarès créatif et expérimental pourtant très étoffé, qu’il s’agisse de réussites imprévues – via ferrata – ou de projets n’ayant pas encore abouti – Agenda 21 local thématique, projet de SCOT… Elle paraît plutôt s’inscrire dans l’appropriation, la transposition et la « traduction » territoriale d’un processus de changement progressivement négocié, partagé et travaillé dans le cadre d’une intercommunalité de projet, au sein de laquelle le bourg-centre a peu à peu retrouvé sa place du fait de multiples initiatives créatives, en se donnant non seulement un leadership politique mais aussi un large répertoire de compétences professionnelles publiques et privées. En cela, le travail collectif réalisé dans le cadre de la candidature infructueuse du Pays des Écrins aux Jeux Olympiques de 2018, au delà de son apparence anecdotique ou de sa dimension médiatique, apparaît comme un nouveau palier non seulement dans l’élaboration et la structuration d’une intelligence territoriale, mais aussi dans l’inscription du territoire dans une temporalité commune – bien que lointaine et hypothétique – en dépassant les dyschronies (Alter, 2000) du présent. Il semble confirmé de ce point de vue que si « le présent divise, le passé et le futur unissent » (Calame, 1993). Enfin, on ne perdra pas de vue que les enjeux de communication et de marketing territorial suscitent une surenchère de la rhétorique de l’innovation, alors que ses formes les plus probantes et les plus intéressantes sur le plan du développement durable n’en revendiquent pas toujours le nom. Les multiples expériences et expérimentations relatées dans le troisième Rapport sur l’état des Alpes (CIPRA, 2008) en témoignent avec sobriété.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Bibliographie

Alter N., 1996. – Sociologie de l’entreprise et de l’innovation. Presses Universitaires de France, Paris.

Alter N., 2000. – L’innovation ordinaire. Presses Universitaires de France, Paris.

Antheaume Ph., Giraut F. (Dir.), 2005. – Le territoire est mort, vive les territoires. IRD, Paris.

Audisio G., 1998. – Les Vaudois, histoire d’une dissidence, XIIe-XVIe s. Fayard, Paris.

Avocat C., 1979. – Montagnes de lumière (Briançonnais, Embrunais, Queyras, Ubaye), évolution humaine et économique. Imprimerie Fayolle, Villeurbanne, 680 p.

Bourdeau Ph., 2007. – « Les sports de nature comme médiateurs de l’entre-deux ville-montagne : vers un post-tourisme ? ». In Monteventi Weber L., Deschenaux C. et Tranda-Pitton M. (dir.), Campagne-ville. Le pas de deux. Enjeux et opportunités des recompositions territoriales. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, pp. 27-36.

Bozonnet J.-P., Guérin J.-P., Herbin J., 1986. – La décision touristique. Rapport de recherche, Laboratoire de la montagne alpine, Grenoble.

Calame P., 1993. – Mission impossible. Ed. Lieu Commun, Paris.

CIPRA, 2008. – Nous les Alpes ! Des femmes et des hommes façonnent l’avenir. 3e rapport sur l’état des Alpes. Yves Michel, Gap.

Cowburn I., Sciblo-Jaillet S., 1995. – La géographie socio-historique d’une ville de l’aluminium : l’Argentière-La-Bessée (Hautes-Alpes). Colloque du CTHS, Aix-en-Provence, 9 p.

Donert K., Light D., 1996. – « Capitalizing on Location and Heritage : Tourism and Economic Regeneration in L’Argentière-la-Bessée, High french Alps » Practicing Responsible Tourism, International Case Studies in Tourism Planning, Policy, and Development, Lynn C. Harrison and Winston Husbands Dir., John Wiley & Sons, Toronto, pp. 193-215.

Entrikin J.-N., 1991. – The betweenness of place. Towards a geography of modernity. John, Hopkins University Press, Baltimore.

Fontan J.-M., Klein J.-L, Tremblay D.-G., 2004. – « Innovation et société : pour élargir l’analyse des effets territoriaux de l’innovation ». In Géographie Economie Société n° 2, vol. 6, pp. 115-128.

Gerbaux F., Marcelpoil E., Bourdeau Ph., Duboeuf Th., 2007. – La gouvernance territoriale dans les stations de montagne ; une approche pluridisciplinaire. Rapport de recherche à l’Institut de la Montagne, Grenoble.

Hillier J., Moulaert F., Nussbaumer J., 2004. – « Trois essais sur le rôle de l’innovation sociale dans le développement territorial ». In Géographie Economie Société n° 2, vol. 6, pp. 129-152.

Jambes J.-P., 2003. – Territoires apprenants : esquisses pour le développement local du XXIe siècle. L’Harmattan, Paris.

Klein J.-L., Harrison D., 2007. – L’innovation sociale. Emergence et effets sur la transformation des sociétés. Presses de l’Université du Québec, Montréal.

Lafon-Bottaro D., 1999. – Célestin Freinet (ou la révolution par l’école). Mémoire de maîtrise, Université de Nice/Sophia-Antipolis. Faculté de lettres, arts et sciences humaines, Département d’histoire, année universitaire 1998/1999.

Maillat D., Quevit M., Senn L., 1993. – Réseaux d’innovation et milieux innovateurs : un pari pour le développement régional. GREMI/EDES, Neuchâtel.

Siestrunk R., 2003. – À propos de Freissinières, des Vaudois, de Félix Neff et de quelques autres… Transhumances, Val-des-Prés.

Sibony D., 1991. – Entre-deux. L’origine en partage. Seuil, Paris.

Haut de page

Notes

1  Le travail de recherche sur lequel est basé cet article a été financé par l’Institut de la montagne dans le cadre du programme « Gouvernance territoriale dans les stations de montagne » (Gerbaux et al., 2007).

2  Saint-Martin-de Queyrières, L’Argentière-la-Bessée, La Roche-de-Rame, Champcella, Fressinières, Les Vigneaux, Puy-Saint-Vincent, Vallouise, Pelvoux. Pour une présentation du Pays des Écrins, voir http://www.cc-paysdesÉcrins.com/rubrique.php3?id_rubrique=8, consulté le 11/03/2009.

3  De 2 497 à 2191 habitants, avec un solde migratoire déficitaire de 448 personnes pour la période intercensitaire 1982-1990.

4  Cf. notamment la réglementation concernant la pratique du parapente et du vélo tout terrain, ainsi que l’équipement de voies d’escalade en zone centrale.

5  Ce bilan carbone est disponible sur : http://www.mountain-riders.org/_bureauEtude/docs/BilanCarbone-Pelvoux.pdf, consulté le 11/03/2009.

6  Projet non abouti mais qui peut être compris comme un « échec utile » au vu de la démarche participative conduite et de l’appropriation d’un diagnostic territorial partagé. Voir : http://www.cc-paysdesÉcrins.com/article.php3?id_article=85, consulté le 11/03/2009.

7  Sur la même période, les chiffres sont encore plus spectaculaires en ce qui concerne le niveau d’études, la part de la population titulaire d’un diplôme de niveau Bac + 2 ayant augmenté de 331 %, et celle de la population titulaire d’un diplôme de niveau supérieur à Bac + 2 ayant augmenté de 193 % (Source : INSEE).

8  Slogan du Comité départemental du tourisme des Hautes-Alpes.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rga.revues.org/docannexe/image/786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Les principaux indicateurs de la reconversion de l’Argentière-la-Bessée (1989-2009)
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Crédits Photographies : Ph. Bourdeau 2007
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Crédits Photographie Ph. Bourdeau 2007
URL http://rga.revues.org/docannexe/image/786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bourdeau, « Interroger l’innovation dans les Alpes à l’échelle locale », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 97-1 | 2009, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rga.revues.org/786 ; DOI : 10.4000/rga.786

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdeau

Institut de Géographie Alpine, UMR PACTE Grenoble ; ph.bourdeau@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités