Navigation – Plan du site

Armelle Faure et Adélaïde Maisonable, Bort-les-Orgues, les mots sous le lac. Récits et témoignages d’avant le barrage

Sophie Bonin
Référence(s) :

Armelle Faure (texte), Adélaïde Maisonable (photos), Bort-les-Orgues, les mots sous le lac. Récits et témoignages d’avant le barrage, 2012

Texte intégral

1Déplacer des populations de leur lieu de vie est une action publique, réalisée au nom de l’intérêt général, parfois aussi du fait des risques. Le XXe siècle en Europe, et les territoires de montagne de façon plus spécifique, se sont particulièrement illustrés dans ce domaine, en lien avec le développement industriel et la prospection de la « houille blanche ». Le XXIe siècle a marqué le pas de ce point de vue dans les pays anciennement industrialisés, du fait des mobilisations sociales devenues plus vives et plus organisées, mais aussi du fait d’effet de saturation des espaces les plus intéressants, en matière de construction de grands barrages (cf. Les barrages : vers de nouveaux enjeux pour la montagne, Revue de géographie alpine / Journal of Alpine Research, n°96-1, 2008). Toutefois, d’autres problèmes, liés aux risques notamment et au changement climatique, conduisent à envisager que soient affectées de nombreuses sociétés locales, pareillement habitantes de ces espaces voués à disparaître ou à se transformer. D’autres pays sont aujourd’hui très concernés par ces problématiques, en Amérique latine et en Asie notamment où ces déplacements de population sont considérables. L’ouvrage qui est présenté nous engage à ne pas mésestimer la tragédie qui se trame, le caractère irremplaçable d’un lieu de vie, mais il ouvre aussi sur des réponses pouvant atténuer ces drames.

2Ce beau livre, car richement illustré, en format « paysage », reconstitue le paysage et la vie d’avant le grand barrage de Bort-les-Orgues, sur la Dordogne, mis en eau en 1951, à partir d’un travail d’enquête dans cette haute vallée du Massif Central. Le texte s’appuie sur un patient et minutieux travail de recueil d’archives orales auprès de trente et une personnes qui se souviennent directement ou par la mémoire transmise de leurs parents, de cet évènement qui a englouti trois villages, déplaçant 130 familles. L’auteur est une anthropologue qui a consacré sa vie à réfléchir mais aussi à suivre sur le terrain le problème des déplacements de populations au nom de l’intérêt général et des grandes entreprises de modernisation, participant même à la construction et au suivi de normes sociales internationales dans ce domaine, pour la Banque mondiale (World Commission on Dams, Dams and Developpment : a new framework for Decision-Making, 2000). Le récit qui est ainsi recomposé parvient avec une grande sensibilité, et en s’appuyant aussi sur l’historiographie locale, à faire les passerelles avec le temps présent, lorsque des usages se poursuivent, ou des commémorations ont lieu. Mais l’enjeu de ce travail n’est pas seulement une description mémorielle : il s’agit de comprendre les émotions et les ressentis dans la durée, liés au déplacement de population, et finalement de saisir cet engloutissement, sur une période de 60 ans, comme un laboratoire pour comprendre l’attachement aux lieux vécus. De la même façon que le texte reconstruit le passé avec la parole des vivants, les illustrations alternent vues contemporaines et cartes postales anciennes, les photographies de la crête du barrage et de son usine hydroélectrique avec celles des stèles commémoratives d’évènements enfouis sous les eaux, mais non de la mémoire locale. Les paroles recueillies alternent aussi avec de succulents portraits des enquêtés, le plus souvent photographiés posant chez eux. L’enquête menée, qui suit un plan géographique des différentes parties de la vallée inondées, met en regard les entretiens des anciens habitants et leurs familles, avec l’histoire et la statistique locale des communes concernées : cela montre la complexité du traumatisme. La transformation radicale du paysage signifie la fin d’un monde avec ses usages et ses modes de vie. Le récit de la disparition de la voie ferrée, et le manque que cela a laissé, sont très évocateurs de cette imbrication entre changements matériels et immatériels, entre dimensions socio-économiques et dimensions esthétiques et affectives. « La dernière année du passage du train est autant dans la mémoire que l’immersion des maisons ou des terres agricoles. La destruction des gares a brutalement enclavé les habitants » (p. 23) : derrière la disparition localisée d’un morceau de vallée, c’est un système socio-économique qui est bouleversé, et elle est devenue au fil des années un souvenir particulièrement fort et symbolique. Dans cette façon de saisir l’impact des transformations d’un « cadre de vie », l’anthropologue modernise certaines approches géographiques classiques (Gabriel Rougerie, Armand Frémont, pour évoquer les auteurs les plus emblématiques), en la replaçant dans des enjeux contemporains qui sont au cœur de bien des conflits de paysage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin, « Armelle Faure et Adélaïde Maisonable, Bort-les-Orgues, les mots sous le lac. Récits et témoignages d’avant le barrage », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Notes de lecture, 2013, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rga.revues.org/1959

Haut de page

Auteur

Sophie Bonin

Maître de conférences en géographie à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles
s.bonin@versailles.ecole-paysage.fr

Articles du même auteur

  • Preface [Texte intégral]
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 96-1 | 2008
  • Préface [Texte intégral]
    Paru dans Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 96-1 | 2008
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités