Skip to navigation – Site map

Les friches en montagne : un sujet peu étudié

Appel à articles. Dates limites : 15 décembre 2017 (résumés), avril 2018 (articles). Direction conjointe du numéro par Gian Paolo Torricelli (prof. dr. Osservatorio dello sviluppo territoriale/www.arc.usi.ch/ost Accademia di Architettura/Università della Svizzera italiana, Largo Bernasconi 2, CH-6850 Mendrisio) gianpaolo.torricelli@usi.ch. et Sylvie Duvillard (Enseignant-chercheur, Université Grenoble Alpes, PACTE, 38000 Grenoble) sylvie.duvillard@univ-grenoble-alpes.fr

Contexte

  • 1 Numéro 103-2 | 2015 Impact du changement climatique sur les dynamiques des milieux montagnards. Imp (...)
  • 2 Articles parus successivement dans le quotidien Le Monde daté du 7 jnvier 2017 “A Borée (Ardèche) o (...)

La proposition d’un numéro sur les « friches en montagne » s’inscrit dans la continuité du numéro sur les effets du changement climatique dans les Alpes1, en particulier, changement semblant désormais condamner le ski et les sports de neige dans les stations de moyenne montagne et dont la presse s’est fait l’écho2. Une friche, un terrain en friche (fallow land ou wasteland) ou zone en friche (brownfield), est généralement un objet laissé à l’abandon, sans entretien et sans une fonction précise. Néanmoins du point de vue épistémologique l’expression « friche en montagne » n’est pas fixée. Non seulement il n’y a pas une littérature de référence, mais il n’y a pas non plus d’entente sur ce que « friche » veut dire. Il y a une douzaine d’années un groupe d’architectes bâlois de l’ETHZ (Studio Basel) dressaient un Portrait urbain de la Suisse dans lequel l’expression « friches alpines », (Alpine Brachen en allemand ou Alpine fallow lands en anglais) était utilisée pour signifier « (…) des régions en proie au déclin et à l’affaiblissement de leur substance [ayant] pour trait commun une émigration permanente. Il s’agit de régions qui ne sont pas raccordées à l’économie urbaine par l’intermédiaire d’un réseau de villes et qui n’ont pas pu développer une industrie touristique notable. L’effet d’aspiration des réseaux urbains y a déclenché une dynamique négative d’absorption des énergies » (Diener, Herzog, Mieli, de Mauron, Schmid, 2006, p. 930). En Suisse cette notion de friche fut immédiatement critiquée, entre autres dans le Programme National de Recherche (PNR) 48 sur les paysages et l’habitat en montagne : « La désignation de "friche" signifie qu’un espace n’est pas utilisable en tant que ressource économique aux yeux de la société urbaine. (…) Dans son étymologie agronomique, la notion de friche signifie aussi le repos et le renouvellement des ressources. Dans ce sens, la friche alpine peut être considérée comme un espace de compensation pour les espaces urbains, car la population urbaine recherche des lieux naturels pour se ressourcer. Parallèlement à l’utilisation directe, comportant une plus-value individuelle immédiate – comme c’est par exemple le cas pour le ski – les espaces offrent également des valeurs d’existence. Celles-ci s’expriment dans le souhait de conserver si possible des écosystèmes intacts et de préserver la nature pour les générations futures. » (Lehmann, Steiger, Weber, 2007, pp. 42-43). Le rapport concluait : « Il n’y a pas une friche alpine. L’espace alpin est très hétérogène. On ne peut donc pas traiter toutes les régions périphériques des Alpes de la même façon » (ibid., p. 76).

On le voit, le mot peut être problématique et nous invitons les chercheurs à se poser la question, également du point de vue de la théorie. En ce qui nous concerne la catégorie « friche » ne nous semble pas pouvoir désigner des espaces périphériques, aussi marginaux soient-ils, mais plutôt des espaces obsolètes, qui n’ont pas ou plus une fonction dans la vie sociale et économique d’une collectivité de montagne (ville, vallée, région, etc.). Un espace en friche signale un changement – « la friche étant un statut temporaire de l’espace » (Lévy&Lussault, 2003) –, économique, politique ou culturel, tels les anciens sanatoriums, de la fin du XIXe, ou bien aujourd’hui le changement climatique qui met fin à l’exploitation des remontées mécaniques pour les sports d’hiver en moyenne montagne. La friche est donc plutôt liée au potentiel économique local ou régional : dans les Alpes et plus particulièrement en France depuis des années on s’inquiète pour le modèle économique alpin adossé pour partie aux retombées économiques des sports d’hiver (Gauchon, 1997 ; Vlès, 2014). Presque naturellement, la friche alpine est souvent une friche touristique aux multiples déclinaisons. Entre installations abandonnées – surtout dans les stations de moyenne montagne (Bachimon & alii 2014) – et dégradation de l’hébergement de loisir dans les grandes stations, dans de nombreuses régions des Alpes l’obsolescence menace la dynamique économique locale, souvent monofonctionnelle et à présent fragilisée par le changement climatique et l’évolution du mode de consommation du produit touristique.

  • 3 Appel à article paru en mai 2017 intitulé « Trajectoires de vulnérabilité des territoires de montag (...)

On peut donc observer des friches comme les vestiges d’une vague d’urbanisation de la montagne (l’abandon des villages au profit de la ville de fond de vallée), ou alors comme témoignage d’une époque industrielle (par exemple les villages fantômes des Andes Chiliennes, suite à l’abandon de l’extraction du salpêtre ou les usines sidérurgiques abandonnées dans l’Arc alpin) ou encore comme signal d’une situation politique révolue (par exemple casernes et forts abandonnés sur les frontières des Alpes italiennes). Seulement ces quelques « cas » montrent que le sujet « friches en montagne » est très prometteur, non seulement parce qu’il n’y a pas de typologie et qu’il faudrait peut-être l’inventer, mais aussi parce qu’il rejoint une problématique jusque-là surtout urbaine (Clément, 1994) : celle de la valorisation des « biens communs » qu’ils soient d’ordre patrimonial, architectural, historique ou culturel (immatériel). La friche inscrit les territoires de montagne dans le temps long embrassant tout à la fois leur histoire3 et leur gouvernance déterminant ainsi leur devenir.

Problématiques et thèmes potentiels d’articles

Si la question des friches en montagnes reste ouverte, voici quelques questions, absolument non exhaustives, qui pourraient constituer la matière d’un prochain numéro de la revue :

  • La friche comme marqueur de l'obsolescence de l’espace en montagne : les friches ne sont-elles alors que des témoignages de modèles historiques d’exploitation de la montagne et, dans le cas de l’industrialisation et de la mise en tourisme, de la domination ville-montagne ?

  • Un phénomène processuel et cyclique ? Existe-t-il des différences régionales et des régularités dans les processus d’abandon de l’habitat / de l’activité en montagne au XXe siècle et en ce début du XXIe siècle ? La notion de friche climatique révèle-t-elle un nouveau type de friche spécifique aux espaces montagnards et si oui quelles en seraient les particularités infra montagnardes ? Exemple et cas d’études. Études comparatives bienvenues !

  • Enfin la friche comme opportunité : comment sont réutilisés les espaces en friches ? Quels changements de destination récents. Sont-elles l’objet d’une identification et de propositions de valorisation culturelle / patrimoniale en montagne aussi ? La valorisation des friches alpines, est-ce un témoignage du passage des « communaux » aux « biens communs » ? Études comparatives bienvenues !

Calendrier 

Les propositions d’articles d’environ 1000 mots sont à envoyer en anglais pour le 15 décembre 2017 à Gian Paolo Torricelli (gianpaolo.torricelli@usi.ch) et Sylvie Duvillard (sylvie.duvillard@univ-grenoble-alpes.fr) ainsi qu'à la coordination éditoriale : Olivier Vallade, olivier.vallade@msh-alpes.fr. Les articles défintifs sont attendus pour avril 2018. L'article doit être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais. L’auteur doit au préalable prévoir la traduction dans la seconde langue après expertise. L’une des deux versions doit être en anglais. Si l’article est proposé en anglais au départ, la traduction doit être faite en français. La publication est prévue pour mars 2019.

Bibliography

Références bibliographiques indicatives

Bachimon P., Bourdeau P., Corneloup J., et Bessy O. (2014).– « Du tourisme à l'après-tourisme, le tournant d'une station de moyenne montagne : St-Nizier-du-Moucherotte (Isère) », Géoconfluences, mis en ligne le 15 avril 2014 ; URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/les-nouvelles-dynamiques-du-tourisme-dans-le-monde/articles-scientifiques/du-tourisme-a-l-apres-tourism

Bealu F., Clément G., (1994). – Éloge de la friche, Hors collection, 38 p.

Clément G., (1997).– « Jardins en mouvement, friches urbaines et mécanismes de la vie », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 1997, Vol. 39, n°2 pp. 157-175, numéro thématique : « Sauvages dans la ville. De l'inventaire naturaliste à l'écologie urbaine ».

Coriat B. (2013).– Le retour des communs. Sources et origines d’un programme de recherche, Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, ‎ 12 décembre 2013. (http://regulation.revues.org/10463)

Diener R., Herzog J., Meili M., de Meuron P., Schmid C. (2006).– Switzerland, An Urban Portrait, 3 vol., Birkhäuser Verlag, Basel.

Gauchon C. (1997).– « Anciennes remontées mécaniques dans les montagnes françaises : pour une géographie des friches touristiques/Old ski lifts and telphers in French mountains : for a geography of touristic waste lands. » In : Bulletin de l'Association de géographes français, 74e année, 1997-3 ( septembre). « Didactique de la géographie. Aménagement et moyennes montagnes. » pp. 296-310; doi : 10.3406/bagf.1997.1986
http://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1997_num_74_3_1986

Lehmann B., Steiger U., Weber M. (2007).– Paysages et habitats de l’arc alpin. Entre valeur ajoutée et valeur appréciée, FNRS / Rapport final du PNR 48, vdf Hochschulverlag AG, Ecole polytechnique fédérale, Zurich.

Moret, J.-P. (2013).– « Revitalisation d'un village alpin en friche, le cas de Mase, Val d'Hérens » (VS), Travail de Master, EPFL, Lausanne.

Vlès V., (2014).– « Mutations urbaines des stations de montagne, Pessac ». Presses universitaires de Bordeaux, 171 p. (mai 2014).

Top of page

Notes

1 Numéro 103-2 | 2015 Impact du changement climatique sur les dynamiques des milieux montagnards. Impact of climate change on mountain environment dynamics

2 Articles parus successivement dans le quotidien Le Monde daté du 7 jnvier 2017 “A Borée (Ardèche) on pleure les neiges d’antan”, puis dans M Le magazine du Monde daté du 11 mars 2017 intitulé “Fausses pistes”

3 Appel à article paru en mai 2017 intitulé « Trajectoires de vulnérabilité des territoires de montagne face aux changements globaux ».

Top of page

News